Dimanche 15 décembre 2019
Kuala Lumpur
Kuala Lumpur
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

POLLUTION - Le brouillard recouvre Singapour et la Malaisie !

Par Lepetitjournal Kuala Lumpur | Publié le 19/06/2013 à 12:33 | Mis à jour le 20/06/2013 à 04:20

De la fumée en provenance de feux de forêt en Indonésie a recouvert Singapour et la Malaisie. Les autorités de la Cité-Etat pressent Jakarta de prendre des mesures d'urgence contre un brouillard qui a pollué l'air à son pire niveau depuis 16 ans.

Article original "Haze shrouds Singapore and Malaysia", 19 juin, The Wall Street Journal

Le "haze" est de retour !

Le ?haze? (?brouillard" en anglais), soufflé vers l'Est et le Nord-est depuis des feux sur l'île de Sumatra a d'abord touché Singapour, avant d'atteindre la Malaisie, le week-end dernier. Il a poussé les indices de pollution dans les deux pays jusqu'à un taux nocif pour la santé. Les immeubles du quartier d'affaires de Singapour demeuraient dans la brume mardi tandis que certains résidents commençaient à prendre des précautions en enfilant des masques et en restant à la maison.

A Singapour, l'index standard de pollution ? une mesure développée par l'agence de protection environnementale américaine ? a culminé à 155 dans la nuit de lundi, le chiffre le plus élevé enregistré depuis septembre 1997. A l'époque, l'Asie du Sud-est, connaissait la pire crise de pollution atmosphérique de son histoire.

Chez les voisins malaisiens, les conditions de pollution ont également atteint le seuil de la nocivité pour la santé. A Malacca, l'AFI ( indice de pollution atmosphérique) s'est hissé à 161 samedi. Dans son combat contre le "haze", le fameux nuage de pollution, la Malaisie a enregistré le niveau de nocivité le plus élevé depuis 2005. Huit ans plus tôt, la détérioration de la qualité de l'air avait conduit les autorités à déclarer l'état d'urgence dans deux Etats et à fermer momentanément le plus grand port.

Une pollution liée aux feux de forêt

"Cette situation de brouillard en Malaisie, va empirer dans les prochains jours à mesure que les vents transporteront de la fumée des points chauds de Sumatra", a expliqué le Premier ministre, Najib Razak, sur sa page facebook, lundi. "Pensez à réduire vos activités à l'extérieur et boire beaucoup d'eau pendant cette période".

L'agence environnementale nationale de Singapour a expliqué lundi que les difficultés actuelles avec le "haze" étaient dues à un temps sec, encouragé par la multiplication d'activités de feu illégales, principalement au centre du Sumatra. Dimanche, près de 138 points chauds auraient été recensés.

L'agence a pressé les autorités indonésiennes d'étudier des mesures d'urgence pour atténuer les problèmes de brouillard transfrontalier. Elle a conseillé aux résidents, particulièrement les enfants, les personnes âgées et les habitants souffrant de problèmes cardiaques ou pulmonaires, d'arrêter les activités fatigantes et prolongées à l'extérieur.

Vers un retour à la normale ?

La qualité de l'air de Singapour est revenue à un niveau modéré mardi à 15h heure locale, avec un PSI de 90. A 11h, les autorités malaisiennes ont relevé un API toujours nocif pour la santé dans quatre zones de l'Etat de Johor. Pasir Gudang détenait le record avec une lecture de 153.

Selon les officiels singapouriens et malaisiens, les Indices PSI et API se classent comme suit:

  • 51 à 100 : qualité de l'air modérée
  • 101 à 200 : qualité de l'air nocive pour la santé
  • 201 à 300 : qualité de l'air très nocive pour la santé
  • Au-dessus de 300 : qualité de l'air dangereuse pour la santé

Un problème récurrent

Le brouillard transfrontalier est un problème récurrent pour Singapour et la Malaisie depuis les années 80. Un vent dominant s'abat régulièrement sur la fumée des forêts et des tourbes de Sumatra, la plus grande île entièrement contrôlée par l'Indonésie.

On se souvient des pires moments pour la qualité de l'air de la région, quand en septembre 1997, le PSI singapourien atteignit le triste record de 226. Etaient en cause déjà à l'époque les feux de forêt indonésiens utilisés comme moyen peu cher mais illégal de nettoyer un terrain pour les plantations. Ces actions avaient répandu un vent de colère en Asie du Sud-est et causé des milliards de dollars de pertes entre les vols annulés, les conséquences sanitaires et les départs de touristes.

Bien que l'agriculture de subsistance et les accidents puissent être mis en cause, les universitaires affirment que la plupart des feux sont détectés dans des plantations possédées ou utilisées par des entreprises d'huiles de palme ? celles basées à Singapour ou en Malaisie comprises.  

Des solutions peu efficaces

?Nous devons exercer une pression commerciale sur les compagnies à l'origine du ?haze?? a réagi Vivian Balakrishnan, le ministre singapourien de l'environnement sur sa page facebook.

Le politicien a affirmé avoir demandé à son homologue indonésien, Balthasar Kambuaya de nommer les entreprises responsables des feux et de fournir une carte des concessions montrant les emplacements des plantations. Son idée est d'ainsi identifier les compagnies à incriminer en temps réel par le biais de l'imagerie satellite.

Une partie des principales entreprises singapouriennes, disposant d'exploitations d'huile de palme en Indonésie, a nié utiliser le feu pour le développement de ses terres. En réponse aux questions de The Wall Street Journal, le porte-parole de Wilmar International Ltd. et Golden Agri-Resources Ltd, a par exemple affirmé mardi que les plantations du groupe se voyaient imposer une politique stricte de ?0 feu?  et l'utilisation des moyens mécaniques pour nettoyer les terres.  

Une concertation régionale pour répondre à un brouillard transfrontalier

Les ministres de l'Environnement de Singapour, de la Malaisie, de l'Indonésie, de la Thaïlande et de Brunei devraient discuter prochainement du problème du "haze" au cours d'une rencontre régulière en août.

"C'est un problème récurrent dont nous n'avons pas été capable de prévenir la réapparition. Nous allons continuer d'éduquer les fermiers traditionnels à éviter la pratique "slash and burn" ( casser et bruler")" a expliqué Sumarto Suharno, porte-parole du ministère de la forêt indonésien. ?Les autorités locales avec l'aide des communautés sur place, ont pris des mesures pour éteindre les feux et empêcher leur expansion. Heureusement, la situation ne devrait pas être pire que l'année dernière, à condition que les prévisions météorologiques se révèlent exactes".

Un phénomène asiatique ?

Les derniers déboires de la Malaisie et Singapour avec le "haze" s'inscrivent dans une tendance à l'augmentation de la pollution atmosphérique dans les villes asiatiques d'économies en développement. A l'exemple de Pekin ou de New Dehli, l'utilisation grandissante des véhicules et l'industrialisation en plein boom semblent avoir pris de cours les contrôles environnementaux.

Hong Kong, un centre financier rival de Singapour, connait ainsi ses propres problèmes de pollution atmosphérique, souvent attribués au trafic automobile et aux émissions des industries de villes voisines en Chine. En 2012, la qualité de l'air de la ville n'a répondu aux standards de l'Organisation Mondiale de la Santé seulement pendant 69 jours.

Les experts affirment que la tendance à la détérioration de la qualité de l'air constatée dans les villes asiatiques en développement pourrait être difficile à renverser. Les forces économiques qui conduisent à la pollution sont en général bien enracinées dans le paysage urbain. 

"La pollution du haze est un phénomène saisonnier qui peut disparaître assez rapidement puisqu'il est principalement causé par les feux de forêt" explique Sophie Punte, directrice du groupe de défense de la qualité de l'air, "Clean Air Asia", basé à Manille.

"Dans les villes asiatiques en développement, les sources de pollution sont nombreuses  - du transport routier aux industries -  et les économies qui sous-tendent la pollution sont complexes. Cela prendra davantage de temps et d'effort qu'ailleurs pour les empêcher de nuire". 

Traduction de Marion Le Texier (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) Jeudi 20 Juin 2013

logofbkl

Lepetitjournal Kuala Lumpur

Lepetitjournal.com est un média francophone en ligne, gratuit et indépendant, présent dans plus de 50 pays. L'édition de Kuala Lumpur a ouvert le 27 mars 2012.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Singapour Appercu

Trophées des Français d’Asie/Océanie, mise en lumière des 6 lauréats

Nous pouvons être fiers de nos communautés françaises d’Asie-Océanie qui bâtissent brique à brique l’édifice de la France à l’étranger ! Le 5 décembre, s’est déroulée la cérémonie de remise des Trophé

Actualités

CULTURE

Musées français à l’étranger : le softpower tricolore

Se développer à l’international, tel est l’enjeu des musées français. Après une ouverture à Malaga, le Centre Pompidou vient d'ouvrir ses portes à Shanghai et à l'art français en Chine. 

Sur le même sujet