Mardi 10 décembre 2019
Johannesburg
Johannesburg
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MARC GBAFFOU - Une voix unie pour l'Afrique

Par Lepetitjournal Johannesbourg | Publié le 02/03/2016 à 23:00 | Mis à jour le 15/03/2016 à 20:48

Chaque année, des centaines de milliers de migrants africains fuient leur pays pour des raisons politiques, économiques, ou à la recherche de meilleures conditions de vie, notamment pour les soins médicaux et les études supérieures. Johannesburg, connue comme la mégapole afropolitaine, accueille de nombreuses communautés africaines francophones, majoritairement des Congolais, Camerounais, Ivoiriens. Marc Gbaffou quitte la Côte d'Ivoire pour se rendre en Afrique du Sud en 1997, peu après la fin de l'apartheid. Presque 20 ans plus tard, il est à la tête de l'African Diaspora Forum et est devenu le porte-parole des droits des immigrés, de l'intégration et la non-violence. Récit d'un parcours hors du commun.


Retour en 1994 à Abidjan? Marc Gbaffou est alors étudiant en chimie dans une université où les étudiants engagés protestent. Lui-même est militant dans un syndicat étudiant, au grand dam de son père qui lui a déconseillé dès son plus jeune âge de se lancer dans la politique. En 1995, il est recherché par le gouvernement qui a lancé un mandat d'arrêt contre tous les leaders de syndicats. Son oncle marin lui transmet la terrible nouvelle et lui recommande d'aller en Afrique du Sud qui s'ouvre au monde et dont la politique d'immigration est plus souple envers les étrangers. Après quelques escales, il entre sur la terre d'accueil le 1er janvier 1997.

Une fois arrivé, les choses ne sont pas aussi simples, pour commencer l'inscription à l'université de Wits Technikon. Gbaffou se retrouve à vendre des fruits et légumes dans le quartier de Hillbrow, au summum de sa violence, et ce pendant deux ans. Au fur et à mesure, son commerce se développe, et il emploie des migrants pour tenir ses sept stands de rues. Chaque jour, il s'approvisionne au Joburg Market, le grand marché situé à City Deep, au sud de la ville. Ils tissent des liens avec un riche commerçant indien et sa femme qui s'intéressent à sa situation. Touchés par son histoire, ils lui proposent de soutenir financièrement ses études. En échange, il travaille deux jours au sein du commerce de la famille mais payé à plein temps - il est agent de sécurité, poste réservé aux indiens et aux « gens de confiance ». Alors âgé de 26 ans, il se demande quelles études reprendre. Sous la recommandation d'un pasteur congolais, il s'oriente vers la chimie alimentaire, secteur en croissance à l'époque. Au bout de trois ans, il part en stage à l'International Flavours and Fragrances, une entreprise spécialisée dans les arômes et parfums alimentaires, et s'émancipe de ses bienfaiteurs.

En 2005, diplôme en poche, il a accompli son objectif universitaire avec une carrière devant lui mais il est aussi activement impliqué dans différentes activités communautaires et associatives en parallèle. En 1999, deux ans après son arrivée en Afrique du Sud, il créée la première association des Ivoiriens de Johannesburg (AIJ) pour venir en aide aux compatriotes malades, pour les inscriptions dans les écoles ou pour les décès. Impressionnée par le succès de l'AIJ, l'Ambassade de la Côte d'Ivoire lui demande de l'étendre au niveau national et l'AIJ devient la Communauté des Ivoiriens en Afrique du Sud (CIAS) en 2003. Au fil du temps, il entre en contact avec de nombreux migrants africains.

L'année 2008 marque un tournant décisif pour Gbaffou. Suite aux attaques xénophobes, il se met en contact avec les leaders des autres communautés dans le but de créer l'African Diaspora Forum (ADF), une plateforme représentant la communauté africaine en partenariat avec des Sud-Africains. En huit ans, l'association qui comptait 10 membres à ses débuts a pris de l'ampleur avec 4.700 membres de 21 pays africains maintenant. Très impliquée au sein de la société et sur la scène politique, l'association permet aux migrants et aux locaux de s'adresser au gouvernement d'une seule voix. Récemment les membres de l'ADF ont organisé des ateliers de cohésion sociale dans les townships d'Alex, d'Orange Farm, d'Etwatwa et de Diesploot.

L'African Diaspora Forum (ADF)

Créée en 2008 suite aux attaques xénophobes, l'organisation est aujourd'hui composée de 4.700 membres. Elle promeut l'intégration des migrants au sein des communautés, la cohésion sociale et la non-violence. Elle apporte aussi son soutien sur les questions d'immigration.


Missions :

? Lutter contre la xénophobie et la discrimination
? Favoriser et renforcer les relations, les échanges et la compréhension mutuelle entre les Sud-Africains et les citoyens d'autres pays du continent.
? Mettre en place un forum panafricain pour les résidents africains de toute nationalité confondue pour travailler ensemble et s'adresser d'une voix commune sur les questions d'intérêt communs.
? Créer un sentiment d'appartenance à l'Afrique.

Site internet www.adf.org.za 
Facebook @African-Diaspora-Forum


Lire aussi L'ADF Women's League ? Création d'une association pour les femmes migrantes africaines

Retrouvez les autres portraits de la Francophonie :

André Ahiba - Chef à la Résidence de France (Côte d'Ivoire)

Romain Dittgen - Un chercheur à Joburg (Luxenbourg)
Philomène - A la découverte de Joburg (France/Sénégal)

www.lepetitjournal.com/johannesbourg Jeudi 3 mars 2016


Restez connecté

Ecrivez-vous nous
Abonnez-vous à la newsletter
Aimez notre page Facebook
Suivez notre compte Twitter
Retrouvez tous nos articles sur notre site 

lepetitjournal.com johannesbourg

Lepetitjournal Johannesbourg

Lepetitjournal.com de Johannesbourg est le journal des français, francophones et francophiles à Johannesburg. Des news en français sur l'actualité et la culture sud africaine, le réseau francophone, les sorties et autres informations insolites.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Dubaï Appercu
TROPHÉES AFRIQUE MOYEN ORIENT

Découvrez les lauréats des Trophées des Français Afrique &Moyen-Orient

Cette année pour la première fois, lepetitjournal.com, média des Français et des Francophones dans le monde entier, a décerné ce lundi 25 novembre ses Trophées des Français d’Afrique et du Moyen-Orien

Expat Mag

SOCIÉTÉ

Jérôme Fourquet s'alarme de la déconstruction de la société

Jérôme Fourquet -directeur de département à l'IFOP- présente une analyse de la société française au premier anniversaire de la crise des gilets jaunes, dans son dernier livre "L'Archipel français".

Sur le même sujet