Lundi 19 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Détesté à Paris adoré à Jakarta qui suis-je ?

Par Lucie Pech | Publié le 14/09/2017 à 17:19 | Mis à jour le 15/09/2017 à 10:22
Photo : Mathilde D. Véronique O. Caroline K.
Jakarta-pigeons-oiseaux

La passion que portent les Indonésiens aux oiseaux en tout genre ne peut échapper aux visiteurs qui se promènent dans le pays. Ils sont partout, sur les balcons, dans les cours ou au-dessus des portes d'entrée, dans les maisons, les jardins  ou à l'entrée des commerces et...toujours en cage. 

Le pigeon n'est pour sa part pas élevé pour sa beauté ou son chant mélodieux mais pour être dressé afin de participer à des concours. Car le pigeon est monogame et fidèle toute sa vie à sa compagne. Le jeu consiste donc à l'éloigner de sa bien aimée et d'attendre tranquillement qu'il revienne au bercail. Certains volatiles peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour revenir à leur domicile. Les "entraineurs" se regroupent pour effectuer des lâchés et confronter la rapidité de leurs volatiles. Le gagnant étant celui qui à tire d'ailes rejoint sa cage le 1er. Cette passion dévorante et exclusivement masculine peut coûter très chère car si le pigeonneau ne vaut que Rp 100.000 un champion peut se monnayer plusieurs millions de rupiah. 

Lucie Pech(www.lepetitjournal.com/jakartavendredi 15 septembre 2017

Lucie pech

Lucie Pech

De Casablanca à Jakarta en passant par Alger, Istanbul, Phnom Penh, Colombo ou Nairobi, l’expatriation est ma 2e nature. Passionnée de voyages et de rencontres. J'aime partager mes découvertes sur notre gigantesque et trépidante ville de Jakarta
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Notre-Dame: point d'étape sur un chantier titanesque

Lundi redémarre le gigantesque et complexe chantier lancé après l'incendie qui a ravagé la toiture de Notre-Dame de Paris, interrompu le 25 juillet dernier en raison des risques de contamination...