Mercredi 14 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Nouvel an musulman - L'Indonésie célèbre l'entrée dans l'an 1440

Par Valérie Pivon | Publié le 10/09/2018 à 23:30 | Mis à jour le 10/09/2018 à 23:30
Photo : CC-Prayudi Harto
Nouvel an musulman 1440

L’Indonésie célèbre aujourd’hui Muharram, l’entrée dans la nouvelle année musulmane, l’an 1440. Cette date correspond à la commémoration de l’Hégire, évènement fondateur de l’islam qui signifie exil, immigration en arabe.

Qu’est-ce que l’Hégire ?

Vers l’an 610, Mahomet, fils de marchands arabes installés à La Mecque, confie qu’il a reçu des révélations d’un dieu unique, Allah. Ces révélations seront transcrites plus tard dans le Coran. Il réunit autour de lui des dizaines de disciplines. À cette époque la péninsule arabique et ses villes sont réputées pour ses temples polythéistes. Les prêches de Mahomet dérangent les pèlerins mais aussi les marchands qui vivent du commerce autour de ces temples. Selon les récits anciens, de nombreuses disputes et éclats ont lieu.

Certains disciples de Mahomet originaires de la ville de Yathrib (qui deviendra Médine) l’encouragent a rejoindre cette cité située à 400 kilomètres au nord de la Mecque. C’est ainsi que les premiers départs ont eu lieu très certainement d’après les textes le 16 juillet 622. 

L’Hégire désigne donc une rupture avec un modèle de société vers un lieu prêt à accueillir une communauté appelée Oumma. Celle-ci s’étendra ensuite à la péninsule arabique.

Le départ de Mahomet à Médine est pour les musulmans le début de l’ère musulmane.

Comment est fixée la date du nouvel an musulman ?

L’Hégire est le point de départ du calendrier hégirien ou musulman. Contrairement au calendrier grégorien utilisé en occident depuis 1582, le calendrier hégirien est basé sur 12 mois lunaires de 29 à 30 jours. Ce calendrier ne comporte donc que 354 ou 355 jours, c’est ce qui explique que la date du ramadan ou Aid el-Kebir soit décalée chaque année de dix ou onze jours. Le calendrier musulman démarre donc au moment de l’Hégire en 622, selon une décision de calife Omar (584-644).

C’est l’observation du premier croissant de la nouvelle lune crépusculaire qui détermine le début d’un nouveau mois et par conséquent d’une nouvelle année. Au 29 ème jour du douzième mois appelé Dhou al Hija, les musulmans observent la lune. Si elle apparaît après le coucher du soleil, le nouveau mois commence. Si ce n’est pas le cas un trentième jour est ajouté au mois. Il existe un décalage possible selon les pays où est observée la lune. Le nouvel an musulman sera célébré en Europe le 12 septembre, un jour après l’Indonésie. 

Comment le nouvel an musulman est célébré en Indonésie ?

Si historiquement le nouvel an musulman revêt une importance dans l’islam, cette journée est célébrée de façon plus simple que les fêtes de l’Aïd el Fitri (fin du ramadan) et de l’Eid al Adha (fête du sacrifice). En Indonésie, la veille au soir de la nouvelle année, de nombreuses processions ont lieu dans la ville. Les familles, les enfants se rendent avec des lampions et au son des tambours à la mosquée pour prier. Ces déplacements peuvent entrainer quelques embouteillages. C’est aussi l’occasion de lancer des feux d’artifices. Le jour même les pratiquants se retrouvent à la mosquée pour prier. L’Iman souhaitera ses vœux pour la nouvelle année. Les fidèles le feront ensuite entre eux bien souvent autour d’un repas familial. La réunion familiale a lieu soit chez les parents soit chez une personne qui a déjà fait le Hadj, le pèlerinage à la Mecque. On retrouvera sur la table le Ketupat avec un curry d’agneau. Le ketupat est un petit panier tressé en feuille de bananier dans lequel le riz est cuit de longues heures à la vapeur. C’est un plat emblématique des fêtes musulmanes en Indonésie.

C’est aussi au cours de cette première journée de l’année que l’on procède aux rituels de purifications des Kriss, appelé le Tanggal satu Suro, le jour du kriss pour les javanais. De nombreuses cérémonies de purification sont organisées également sur l'île de Java cette semaine. Elles sont liées plutôt à l'âme spirituelle javanaise appelée le Kejawen car, ne l'oublions pas, l'Indonésie a été pendant plusieurs siècles de confession Hindouiste et bouddhiste, on retrouve ici le syncrétisme propre à l'archipel.

thumbnail

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 12 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal ma passion pour l'Indonésie.
0 Commentaire (s)Réagir