Mercredi 14 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Musée Guimet - Indonésie portrait d’artistes du 7 au 14 avril

Par Lepetitjournal Jakarta | Publié le 26/03/2018 à 23:30 | Mis à jour le 28/03/2018 à 02:22
Photo : @ musée Guimet
indonesie- guimet/exposition/artistes

De Bali à la Papouasie, d’Antonin Artaud au gamelan, à travers les arts plastiques, le récit d’aventure, la curiosité d’intellectuels et d’artistes occidentaux, le cinéma, la musique et la danse, l’évènement  Indonésie, un portrait d’artistes du musée Guimet est une invitation à rencontrer un archipel souvent ignoré.

 

Passés les charmes balinais convenus, le portrait d’artistes que le musée veut dessiner est celui de toute une génération qui, dès la fin de la première guerre mondiale, va se passionner pour l’Indonésie, admirant, captant, trahissant son héritage artistique pour en faire un matériau de création. C’est un siècle d’exploration artistique et d’itinéraires croisés qui s’ouvre alors. L’Indonésie, son mythique gamelan, sa danse aux enchantements ambigüs, ses paysages et ses rites n’ont cessé de fasciner. En contrepoint, les images d’une Indonésie contemporaine et les interrogations qu’elles portent en montreront la vitalité créative, la source d’inspiration jamais tarie.

Indonésie, un portrait d’artistes est une programmation imaginée avec Patrick Bensard, ancien directeur de la cinémathèque de la danse, et placée sous le regard de Brigitte Lefèvre, ancienne directrice de la danse de l’Opéra National de Paris, directrice artistique du Festival de danse de Cannes et présidente de l’Orchestre de chambre de Paris.

 

Cinéma: 7 avril

Cette journée mettra à l’honneur Walter Spies, notamment en projetant son film L’Ile des démons, réalisé en 1933, le musée propose de découvrir à travers la création cinématographique contemporaine indonésienne une figure féminine tutélaire du pays et une autre vision de Bali, moderne celle-là.

 

Écran Indonésien: 8 avril

Un film autobiographique sur Kartini de Hanung Bramantyo sera présenté au public. Kartini naît en 1879, pendant la période coloniale des Indes néerlandaises. A l’âge de douze ans elle maîtrise le néerlandais, qui lui ouvre les portes de l’éducation par la lecture. Vivant de l’intérieur les vicissitudes de la vie féminine :polygamie, sujétion au mari… Kartini devient par ses actes et ses écrits une pionnière des droits des femmes et un symbole national.

 

Une autre projection, The Seen and Unseen de Kamila AndiniTantra et Tantri sont jumeaux. Lorsque Tantra tombe malade et perd progressivement l’usage de ses sens, sa jeune sœur, du haut de ses dix ans se crée un nouvel univers de perceptions. Entre dialogues imaginés avec son frère, danses de la vie quotidienne et immersion dans le Sekala Niskala, conception holistique du visible et de l’invisible de la vie balinaise, le film nous plonge dans une sublime représentation de l’Indonésie et de l’univers de ses enfants.

 

Danse: vendredi 13 avril

Sumatra est à l’image de l’Indonésie, une île avec une grande diversité de peuples et de traditions. Au sein de la province de Sumatra-Occidental vivent essentiellement les Minangkabau, une ethnie qui a développé un art tout à fait particulier : le randai. Le randai, quasiment jamais présenté en France, est une forme de théâtre traditionnel du pays Minangkabau, qui mélange art dramatique, musique, chant, danse, art martial silek.

La pièce jouée revient sur un épisode historique du territoire : la tentative de prise d’assaut d’un fort néerlandais par « La lionne de Minangkabau » Siti Manggopoh et sa troupe.

 

Pour connaitre l’ensemble du programme, cliquez ici 

 

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com jakarta

Lepetitjournal Jakarta

L'édition de Jakarta de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir