Mardi 24 novembre 2020

Dans l’ombre du coronavirus, l’Indonésie débute le Ramadan

Par Valérie Pivon | Publié le 22/04/2020 à 21:30 | Mis à jour le 23/04/2020 à 04:55
ramadan Indonesie confinement

Le Ramadan débute en Indonésie, le jeûne est suivi par une grande majorité de la population. Il est avant tout un moment de retrouvailles familiales, de recueillement, de réflexions spirituelles, d'intensification de la pratique du culte mais aussi d'échanges et de partage. Mais cette année, Coronavirus et état d’urgence sanitaire changent la donne.

 

Dans les faits, le Ramadan commence bien avant le début du jeûne. On remarque depuis quelque temps déjà une grande activité autour des cimetières. C'est le moment du souvenir. Les familles se doivent de nettoyer les tombes de leurs chers disparus et les couvrir de pétales et d'eau de rose qu'ils achètent aux vendeuses installées aux abords des cimetières. 

« La tradition veut que les Indonésiens se rendent au cimetière avant le début du Ramadan ; c'est ce que nous appelons le Nyadran. Nous nettoyons les tombes de nos parents, grands-parents puis nous les aspergeons d'eau parfumée, nous y déposons aussi des fleurs ou des pétales de roses. Ensuite nous récitons des prières» nous explique Nida que nous avons rencontrée. Pour ceux qui n'auront pas pu se déplacer pendant l'année, le mois du Ramadan sera l'occasion de venir. Mais ça, c’était avant le coronavirus.

Fin mars, le gouverneur de Jakarta mais aussi de nombreuses provinces de l'archipel ont déclaré l’état d’urgence sanitaire et depuis interdit tout rassemblement de plus de 5 personnes. Il est demandé aussi aux personnes de prier chez eux. Chacun s’adapte à la situation, les plus jeunes comme Adji ou Fauzi feront le jeûne mais resteront avec leur famille chez eux. Parmi les plus agés, comme Ananda, ils ont décidé de ne pas faire le jeûne ce mois-ci, mais de le reporter : “le jeûne nous rend plus vulnérable, nous prierons à la maison”.

Nul ne doute qu’en ces moments difficiles, la règle du partage sera appliquée en Indonésie. Depuis le début de la pandémie, les quartiers, les voisins s’organisent pour venir en aide aux plus démunis en leur apportant de la nourriture, mais aussi des produits de base. Les Indonésiens sont réputés pour être généreux, cette année encore plus que les autres, il est certain que cette valeur sera à l’honneur parmi la communauté.

L'un des moments attendus à la fin du Ramadan, le Mudik ou retour au village pour les Indonésiens, n'aura pas lieu au mois de mai, le président Joko Widodo vient de l’interdire pour cause de pandémie. Pour rappel, chaque année 20 millions de personnes retournent dans leur village familial afin de célébrer Idul Fitri.

 

Nous vous recommandons

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Singapour Appercu

La tête dans les étoiles avec Claudie Haigneré

A Singapour, dans le cadre du festival vOilah! 2020, une conférence en ligne a été organisée pour recueillir le témoignage de femmes scientifiques. Lepetitjournal.com a rencontré l’une d'elles.