Mercredi 15 août 2018
Istanbul
Istanbul
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PACTE MIGRATOIRE - L'UE a-t-elle tenu ses promesses?

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 16/11/2017 à 19:04 | Mis à jour le 16/11/2017 à 19:04
europe turquie

Seuls 15% des réfugiés syriens qui auraient dû l'être ont été envoyés de la Turquie vers l’Union européenne dans le cadre du pacte migratoire signé en mars 2016. C’est ce qu’indique un rapport publié, mercredi, par la Commission européenne. 

Pour comprendre ce rapport, il faut revenir au 18 mars 2016, quand la Turquie signe avec les vingt-huit membres de l’Union européenne (UE) un accord, dit "historique". Son objectif: freiner l’arrivée quotidienne de milliers de migrants venus par bateau depuis la mer Egée, jusqu’aux îles grecques. Le pacte établit le renvoi systématique de tous les migrants vers la Turquie, y compris les demandeurs d’asile, en contrepartie d’un soutien financier de la part de l’UE pour améliorer le quotidien des réfugiés en Turquie. 

L’accord prévoit également de mettre en place un système d’échange : pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, un Syrien resté dans les camps de réfugiés en Turquie est envoyé en Europe. Dans le cadre de cet échange, l’accueil des migrants syriens dans l’UE est plafonné à 72.000 personnes. Sur ces 72.000 personnes, seules 11.354 étaient installées en Europe au début du mois de novembre, soit un peu plus de 15% du plafond initial. Le rapport de la Commission européenne affirme cependant que "les réinstallations se poursuivent à un rythme soutenu". 

Concernant les compensations financières, la Commission européenne note que "l’UE est sur la bonne voie" pour contracter les 3 milliards d’euros promis d’ici la fin de l’année 2017. En chiffres, cela se traduit par l’allocation de 2,9 milliards d’euros sur les 3 milliards et la signature de 55 projets d’une valeur de 1,78 milliard d’euros… Dont seuls 908 millions ont été déboursés à ce jour. Une seconde enveloppe de 3 milliards d'euros est prévue en théorie.

La Turquie a menacé à plusieurs reprises d’annuler unilatéralement l’accord migratoire, qui a permis de réduire considérablement les arrivées de migrants et réfugiés en Europe. Le gouvernement turc déplore la promesse non tenue d’exemption de visas pour les séjours courts de ses ressortissants dans les pays de l’UE. De son côté, l’UE attend toujours que la Turquie remplisse 72 critères fixés, dont le plus important consisterait à modifier sa loi antiterroriste jugée liberticide. Les relations entre Ankara et Bruxelles se sont détériorées en raison du froid diplomatique entre la Turquie et certains pays membres, à l’instar de l’Allemagne et des Pays-Bas, depuis la tentative avortée de coup d’Etat et la campagne sur le référendum constitutionnel instaurant un régime présidentiel en Turquie. 

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 17 novembre 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 CommentairesRéagir