D’où vient l’expression "tête de Turc" ?

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 07/11/2022 à 18:15 | Mis à jour le 08/11/2022 à 10:49
Tête de turc fête foraine

Il y a des questions que tout le monde se pose sans vraiment chercher la réponse. Nous nous interrogeons sur la provenance de la fameuse expression française : "tête de Turc"...

 

Être la "tête de Turc" dans un groupe, c'est être le bouc-émissaire, celui sur lequel les autres s'acharnent. Il est fautif de tous les maux. Mais pourquoi renvoyer au Turc pour désigner un souffre-douleur ? Une corrélation qui mérite clarification !

Un peu d'Histoire

À travers les siècles, l'Occident a souvent vu les Turcs comme des ennemis ; ils portaient la figure de l'envahisseur. L'expression "fort comme un Turc" remonte d'ailleurs à cette époque, où les Turcs étaient notamment assimilés à Attila le Hun (Ve siècle). Leurs nombreuses conquêtes, depuis la fondation des empires des Ghaznévides d'Afghanistan au Xème siècle, des Seldjoukides un siècle plus tard, et surtout des Ottomans à la fin du XIIIème siècle, avec la prise de Constantinople par le sultan Mehmet II dit "le Conquérant" en 1453... leur donnèrent l'image d'un peuple guerrier.

Cette image va peu à peu évoluer négativement. D'envahisseur, le Turc glisse vers le "barbare". Il est vu comme l'oppresseur de grandes civilisations européennes, comme la Grèce. C'est notamment la vision de certains écrivains des Lumières. Voltaire a ainsi écrit au chapitre CXCVII de l'Essai sur les mœurs et l'esprit des nations : "Nous ne connaissons presque aucune ville bâtie par eux [les Turcs], ils ont laissé dépérir les plus beaux établissements de l'Antiquité, ils règnent sur des ruines". Les Ottomans n'avaient donc pas bonne presse en Occident.

Le Turc devient une attraction

De cette animosité est née une attraction de fête foraine à la fin du XIXème siècle, en France. L'attraction était construite sur le modèle du dynamomètre, un instrument qui servait à mesurer la force (d'un homme ou d'un animal), la résistance d'un matériau ou son élasticité. Le participant devait taper le plus fort possible, à l'aide d'un maillet, sur une tête enturbannée censée représenter un Turc. Ce type d'attraction existe toujours dans les fêtes foraines, même si la tête de Turc a bien sûr été retirée. De là serait donc née l'expression qui veut que l'on se défoule sur une "tête de Turc".

 

tête de turc France 19e siècle
Illustration anonyme (vers 1890)

 

De nos jours, cette expression reste courante, même si elle est souvent utilisée à tort et à travers... 

 

Sarah Baqué

Cet article, publié une première fois en février 2014, a été mis à jour en novembre 2022

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale