Jeudi 3 décembre 2020

Aujourd'hui commence la fête du sacrifice ou "Kurban Bayramı"

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 31/07/2020 à 03:35 | Mis à jour le 31/07/2020 à 03:35
Kurban bayram Turquie sacrifice

(Une première version de cet article a été publiée en novembre 2011).

C'est aujourd'hui que commencent les célébrations du "Kurban Bayramı". Cette fête du sacrifice durera quatre jours, pendant lesquels le partage et la nourriture seront au centre des préoccupations, même si cette année, le climat est quelque peu particulier. Retour sur les origines et les festivités du Kurban Bayram.

Lors du "Kurban Bayram", chaque famille disposant de moyens financiers est censée sacrifier un animal et en distribuer les deux tiers, d'abord aux "pauvres", ensuite aux voisins et aux amis. Le dernier tiers est réservé aux invités de la table familiale. Le sacrifice de l'animal (le plus souvent un mouton), doit respecter minutieusement certaines règles : l'animal aux yeux bandés doit être tué par une personne maîtrisant la pratique afin de ne pas le faire souffrir.

Origines religieuses

Chaque année les dates de célébration des fêtes religieuses sont modifiées selon le calendrier islamique basé sur les cycles lunaires.
Cette fête du sacrifice, qui a lieu 70 jours après la fin du ramadan, symbolise dans la religion musulmane, l'acte de soumission à Dieu. Cette tradition très populaire commémore le geste d'Ibrahim (Abraham) qui s'apprêtait à tuer son fils unique Isaac sur ordre de Dieu. Abraham était prêt à sacrifier son enfant mais Dieu intervint et substitua finalement un mouton à l'enfant.
Cette célébration populaire en Turquie permet de rappeler "la générosité de Dieu", les repas se partagent dans un faste éloigné du jeune de Ramadan.

Cuisine

Selon la tradition, les meilleurs morceaux du mouton sacrifié sont offerts en partage à ceux qui mangent rarement de la viande. Le boucher qui abat l'animal garde les tripes et les pieds. La famille garde les morceaux moins nobles, excepté un gigot réservé au "kurban kavurma". Dans ce plat traditionnel, la viande découpée en fines lamelles est cuite dans une grande casserole, dans son propre jus, avec un morceau de la queue grasse de l'animal. Ce kavurma est généralement saupoudré de thym et accompagné de riz pilav.

Le matin du "Kurban Bayram", la croyance musulmane veut que les animaux soient égorgés, et leur sang complètement vidé du corps. Il n'est pas rare d'assister à ces sacrifices en pleine rue ou dans les jardins des habitants. 

Sang déversé dans le Bosphore Kurban Bayram
Sang déversé dans le Bosphore durant un Kurban Bayram

 

De nos jours, certaines familles aisées préfèrent donner directement de l'argent aux oeuvres caritatives plutôt que de sacrifier un animal.

Lors de ces journées de fête, il est coutume de rendre visite à ses proches : repas, loukoums et autres délices se partagent en famille. Cette année, les autorités ont appelé à éviter les embrassades et respecter la distanciation sociale, en raison du nombre encore très élevé de cas positifs de Covid-19. 

Florence Tapiau

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu
THÉÂTRE

Gilbert Rouvière, un metteur en scène français pour « Avant/Après »

L’œuvre de l’Allemand Schimmelpfennig est la première pièce de théâtre montée au Pérou depuis le début de la pandémie. Une production de l’ENSAD présentée gratuitement en ligne du 3 au 20 décembre.

Sur le même sujet