Un tour du monde sensoriel : l’exposition Monnaies & Merveilles à la Monnaie de Paris

Un tour du monde sensoriel : l’exposition Monnaies & Merveilles à la Monnaie de Paris

affiche de l'exposition Monnaies et Merveilles

La Monnaie de Paris propose au public, du 12 mai au 25 septembre 2022, l’exposition Monnaies & Merveilles, un voyage enchanté autour du monde. Entre rites, parures, sacré et échange, la monnaie ne cesse d’émerveiller. Bérénice Geoffroy-Schneiter, la commissaire de l’exposition, a dévoilé au petitjournal.com les mystères de la monnaie.

 

D’or, d’argent, de plumes, de nacre, de perles, de fer... la monnaie étonne par sa diversité. Multiples sont les formes inventées par les hommes et les femmes pour matérialiser les transactions commerciales à l’intérieur comme à l’extérieur du groupe, exprimer le rang, le prestige et la richesse, assurer l’équilibre et la survie de la communauté. Exhibés ou tenus secrets, investis de symboliques sociales ou sacrées, ces instruments de sociabilité et d’échange épousent les aspects les plus divers : velours Kuba du Zaïre, bracelets-monnaie de Côte d’Ivoire, textiles de Timor (Asie du Sud-Est), rouleaux de plumes des îles Santa Cruz (Polynésie)...

Quelque 200 pièces invitent le public à un voyage sensible au cœur des usages et des rituels monétaires à travers les cultures et les civilisations. Le parcours met également en lumière une série d’objets populaires européens. « Nous vous proposons un véritable voyage sensoriel » introduit Catherine Monlouis-Félicité, Directrice du développement culturel.

 

Collier en pattes de scarabées et Monnaie talipun
Collier en pattes de scarabées et Monnaie talipun 

 

« Chaque pièce de l’exposition vient avec son millefeuille de sens »

Les types de monnaie présentés dans cette exposition démontrent que nombreux ont été ses usages. Bien loin d’être cantonné à la pièce, la monnaie est une source insoupçonnée de voyages et de curiosité. Comme souligne Bérénice Geoffroy-Schneiter : « les formes de monnaies exposées sont loin d’être primitives, et rivalisent au contraire de sophistication. »

La monnaie recèle d’étonnantes pratiques : objet de dot, de rituel sacré, d’échanges, elle emploi des matériaux rares et exigeants, tels que les métaux précieux, des tissus, des coquillages rares et même … des pattes de scarabées. Beaucoup de peuples ont aussi fondu la monnaie des peuples colonisateurs pour en faire leur propre monnaie, dans une forme de recyclage.

 

Monnaies en forme de « bouquets de serpents » Population Mumuye, Nigeria, Afrique de l’Ouest XXe siècle
Monnaies en forme de « bouquets de serpents » Population Mumuye, Nigeria, Afrique de l’Ouest XXe siècle

 

Trois questions à la commissaire de l’exposition, Bérénice Geoffroy-Schneiter

Il y a-t-il aujourd’hui encore des cultures où la monnaie a une valeur autre que fiduciaire ?

Bien sûr, et à vrai dire chez nous aussi. La monnaie a une autre valeur que simplement fiduciaire, c’est ce que cette exposition a voulu montrer. Le président de la Monnaie de Paris, Marc Schwartz, me le disait au moment d’organiser Monnaies & Merveilles. Malgré cette période de confinement et une époque où tout devient virtuel, l’Hôtel de la Monnaie continue de frapper des pièces, il y a toujours des collectionneurs - cela veut bien dire qu’il y a encore du sentiment lié à la monnaie.

Il y a aussi la beauté de l’objet : les numismates aiment la beauté du métal, l’inscription sur la pièce, sa place dans la durée et dans l’histoire. Je ne suis pas économiste et je vois dans la monnaie un supplément d’âme. Nous avons tous une histoire avec la monnaie : c’est l’enfant qui perd sa dent de lait et qui trouve une pièce sous son oreiller, ce sont les Italiens qui déposent une pièce dans les fondations d’une maison au moment de la construction.

Dès le début, la monnaie c’est penser l’autre, penser l’échange, penser l’humain. La monnaie est bien plus qu’un moyen de payer. C’est aussi un message que convoie l’exposition, et c’est pour cette raison que la monnaie épouse des formes aussi variées. Je pense notamment à ce rouleau de plume des Iles Salomon (ndlr : affiche de l’exposition). Ce sont des facteurs de liens et de sociabilité, et des fabriques de beau - et du beau vient la valeur.

 

Sommes-nous arrivés à la fin de l’histoire de la monnaie, avec la dématérialisation ?

L’imagination humaine n’a pas de limite et les bitcoins et toutes ces nouvelles monnaies dématérialisées n’effaceront pas cela. Je pense notamment à l’or, auquel je viens de consacrer un livre (LIEN) : l’or participe aux plus anciens rites funéraires, des précolombiens à l’ère pharaonique. L’or et la monnaie sont universels, ce sont des sources de rite de passage.

La dématérialisation ne changera pas ce fait : les terreurs existent toujours, les angoisses métaphysiques ont toujours été les mêmes, donc l’Homme trouvera toujours des rites à associer à la monnaie, quelle que soit sa forme. On fabriquera toujours du beau, et toujours de l’échange. « Regarde la monnaie que je fabrique, je te dirais qui je suis », on en revient à cela.

 

 Automate de voyance « Le sphinx » Entreprise Bussoz, France Première moitié du XXe siècle et collier en dents
 Automate de voyance « Le sphinx » Entreprise Bussoz, France Première moitié du XXe siècle et collier en dents 

 

Quelle est la spécificité de cette exposition ?

L’idée de cette exposition était d’émerveiller, de pousser les visiteurs à réfléchir à leur propre rapport à la monnaie. J’aime aussi l’idée de renverser les clichés : l’irrationnel autour de la monnaie vient aussi, et particulièrement, de l’Europe. En témoignent les automates de voyance de la dernière salle du parcours. L’irrationnel et la superstition ne viennent pas forcément des Papous.

Chaque pièce de l’exposition vient avec son millefeuille de sens, cela représente la polysémie de ces objets. Un objet est à la fois monnaie, objet sacré, rituel, décoratif … Il était particulièrement intéressant avec ce sujet de ne pas cloisonner les domaines.

J’ai grandi en Afghanistan ainsi qu’au Pakistan et cette exposition est aussi le fruit de l’esprit d’une nomade : je suis à la fois dedans et dehors, je m’efforce de sortir des codes conventionnels.

 

 

Infos pratiques  

Dates

Du
au

Horaires

Du mardi au dimanche 11h - 18h
Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21h.
11 Quai de Conti, 75006 Paris