Un bestiaire japonais : Vivre avec les animaux à Edo-Tokyo (XVIIe-XIXe siècle)

Un bestiaire japonais : Vivre avec les animaux à Edo-Tokyo (XVIIe-XIXe siècle)

Une oeuvre exposée à la maison de la culture du Japon à Paris montrant une femme et un chat pour l'exposition bestiaire japonais

Féru de folklore japonais et ami des animaux ? Alors vous serez servi en vous rendant à la Maison de la culture du Japon à Paris, qui présente en ce moment son exposition "Bestiaire japonais : Vivre avec les animaux à Edo-Tokyo (XVIIe-XIXe siècle)" jusqu'au 21 janvier 2023. 

 

L'exposition "Bestiaire japonais : Vivre avec les animaux à Edo-Tokyo (XVIIe-XIXe siècle)" a ouvert ses portes aujourd'hui à la Maison de la culture du Japon à Paris et se poursuivra jusqu'au 21 janvier 2023. Organisée en partenariat avec l'Edo-Tokyo Museum, elle présente - à travers de nombreuses oeuvres uniques et historiquement inestimables - les liens entre les habitants d'Edo (aujourd'hui Tokyo) et les animaux, à une époque où le Japon était encore fermé au reste du monde, à quelques exceptions près. 

@lepetitjournal.com Féru de folklore japonais et ami des animaux ? Alors vous serez servi en vous rendant à la Maison de la culture du Japon à Paris, qui présente en ce moment son exposition "Bestiaire japonais : Vivre avec les animaux à Edo-Tokyo (XVIIe-XIXe siècle)" jusqu'au 21 janvier 2023. #bestiairejaponais #japon #paris #maisondelaculturedujaponàparis ♬ そよ風 - SHISE

Au Japon, une représentation entre croyances religieuses et rapport à la nature à l'ère Edo

A travers l'histoire du Japon, et notamment à l'ère Edo, les Japonais ont établi un lien privilégié avec leurs animaux, leur attribuant souvent des vertus et des symboliques influençant leurs croyances religieuses et les rites saisonniers. Avoir des souris chez soi, considérées comme les envoyées de Daikokuten, divinité de la prospérité, n'était par exemple pas une mauvaise chose. Si au sein même de l'ère Edo, leur rapport aux animaux a évolué au point de donner naissance aux ancêtres des zoos avec l'arrivée d'animaux exotiques, il n'en demeurait pas moins extrêmement fort, surtout dans les représentations artistiques. Encore aujourd'hui, les Japonais conservent un lien privilégié avec les animaux et les traitent avec une attention toute particulière. 

Le tableau Coutumes et bonheurs de l'Est : Les souris de la prospérité exposé à la maison de la cutlure du Japon pour l'exposition bestiaire japonais
Coutumes et bonheurs de l'Est : Les souris de la prospérité, Yôshû Chikanobu, 1890.

Un lien privilégié entre Japonais et animaux exprimés sous tous les aspects

Outre les tableaux et autres paravents, la place accordée aux animaux dans la société japonaise transparaissait également à l'ère Edo dans la vie quotidienne des Japonais. Tenues traditionnelles et jouets, dont vous pourrez découvrir des exemples dans l'exposition, affichaient de ce fait bien souvent un lien avec les animaux. Toujours en suivant certaines croyances, pouvaient être brodés sur les kimonos - non sans dextérité - des représentations d'animaux. Les figurines et les jouets des enfants à l'ère Edo revêtaient pour la plupart l'aspect caricaturé d'animaux de compagnie ou auxquels on accordait certaines croyances. Une tendance qui ne s'est pas perdue au fil des âges et a aujourd'hui évolué en mettant l'accent sur le côté mignon - ou "kawaii" - de ces représentations d'animaux pour enfants. 

 

Infos pratiques  

Dates

Du
au