Samedi 25 janvier 2020
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'histoire des jonques de Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 24/09/2019 à 15:06 | Mis à jour le 25/09/2019 à 01:36
Photo : Jonque dans Victoria Harbour @ Keith Macgregor - Courtesy de "Blue Lotus Gallery
Histoire des jonques de Hong Kong

Images par excellence de l’exotisme oriental, les sampans et jonques de Hong Kong ont depuis longtemps quitté Victoria Harbour. Voici l’histoire de la gloire et du déclin de ces embarcations mythiques.

Les photos des années 1960 du port de Hong Kong permettent immédiatement de l’identifier grâce aux jonques qui sillonnaient la mer autour de l’ancienne colonie britannique. Ces bateaux liés à l’histoire de la Chine font partie intégrante de l’imaginaire lié à l’Asie. Mais d’où viennent-ils exactement?

 

Jonques Hong Kong
La flotte de l'explorateur chinois Zheng He

 

Les origines

Le développement de la navigation en Chine n’est pas si ancien que cela. En effet, la population s’est longtemps consacrée au développement autour des deux grands fleuves et n’a entrepris les échanges maritimes que tardivement. Si la célèbre expédition de Zheng He (1371-1433) vers les côtes africaines est restée gravée dans les mémoires, c’est surtout au XVIeme siècle que s’établissent en Asie des lignes commerciales régulières et avec elles la construction de bateaux robustes capables de transporter des marchandises dans leurs cales compartimentées. La jonque, dont le nom vient du malais "djong" via les Indes Néerlandaises avec lesquelles la Chine a de nombreux échanges, se caractérise par sa construction en bois, de forme ventrue pour assurer un tirant d’eau suffisant et sa célèbre voilure faite de toile de coix lacryma, une feuille cultivée au sud de la Chine, renforcée par des lattes de bambou. C’est cette voilure à nervures qui décorera pendant plusieurs siècles les différentes côtes et ports d’Asie. L’essentiel de la fabrication des voiles se fait dans le Guangdong et le Fujian produisant les fibres de feuilles utilisées pour les jonques. Les sampans ont ceci de différent des jonques que leur fond est plat, leur usage étant limité à la navigation côtière et le cabotage. Ils utilisent en revanche le même type de voilure.

 

Histoire des jonques de Hong Kong
Une jonque étend ses ailes Photo @Keith Macgregor - Courtesy de "Blue Lotus Gallery

 

Pirates, marchands et gipsies

Parallèlement au commerce va se développer sur mer une activité tout aussi, voire plus, lucrative, à savoir la piraterie. Les pirates se dotent naturellement de larges flottes disposant de canons et d’hommes d’équipage rompus au corps à corps. Se dissimulant souvent derrière des îles dont la baie de Hong Kong ne manque pas (il y en a près de 260!), les jonques lançaient des attaques-éclair sur les navires lourdement chargés et dont les passages étaient connus grâce à un large réseau d’informateurs dans les ports, au premier rang desquels figuraient les filles de joie.

Malgré la piraterie, le commerce fait la fortune des marchands installés dans les ports de Canton, Quanzhou, Xiamen ou Ningbo. Ceux-ci étaient constitués en guildes, leur conférant un pouvoir économique et politique de tout premier rang. Ainsi, ce sont ces armateurs de Ningbo qui seront à la base du tout premier système bancaire chinois, donnant naissance à de grands réseaux financiers à partir du 19ème siècle lorsque les Anglais colonisent Hong Kong.

 

 

Sur les jonques et sampans vivaient aussi une autre catégorie de population, immortalisée en particulier sur les anciennes photos du port d’Aberdeen. Il s'agit de ceux que l’on nomme les "gens sur l’eau" ou "Tankas" ("peuple œuf" du fait de la forme de leurs embarcations). Privés de l’accès à la propriété terrienne par les Chinois, ils ont longtemps résidé dans les baies du sud de la Chine dont Hong Kong. Leur activité principale était la pêche mais on se souvient aussi que les femmes ont fourni les premiers contingents de prostituées pour les marins anglais. Dans le film "Le monde de Suzie Wong", on voit William Holden être sollicité par des femmes des bateaux de Causeway Bay alors qu’il recherchait Suzie Wong.

 

Histoire des jonques de Hong Kong
"Le monde de Suzie Wong" met en scène la prostitution flottante à Causeway Bay

 

Les dernières voiles de Hong Kong

Si les jonques ont fourni la toile de fond des films et photos du Hong Kong des années 1960, la mécanisation et l'assimilation des populations vivant sur les bateaux à la fin des années 1970 font qu'elles ont presque totalement disparu du paysage de la ville. Aujourd'hui, si l’on vous propose de passer une journée sur une "jonque" au départ du port de Hong Kong, il y a peu de chance que vous retrouviez la magie des voiles en forme d’ailes de papillon lors de votre excursion. Ce terme désigne en effet des embarcations modernes permettant d'emmener des groupes pour une journée dans les îles ou des plages éloignées. Comme on avait l'habitude de louer les services de pêcheurs locaux dans les années soixante pour passer le weekend loin du centre ville, le nom de jonque est resté.

Il est tout de même possible pour les nostalgiques de nourrir l’illusion grâce aux deux dernières jonques agrémentées de voiles, bien que celles-ci soient purement décoratives, pour une visite du port ou une excursion à la carte. L’accès se fait au pier 8 ou bien à Tsim Sha Tsui. L'un des bateaux, le "Dukling" est une authentique jonque ancienne datant de 1955 et restaurée pour accommoder les touristes. Même si la formule est un peu kitch, vous pourrez peut-être encore vous prendre, qui sait pour un pirate ou un "sea gipsy". Alors bon vent!

 

Histoire des jonques de Hong Kong
Le "Dukling" dans le port de Hong Kong

 

N'oubliez pas de vous abonner GRATUITEMENT pour recevoir nos articles quotidiennement:

Recevez notre newsletter en vous enregistrant à https://lepetitjournal.com/newsletter-152565 
Ou suivez nous sur Facebook à https://m.facebook.com/LPJHK/

 

Nous vous recommandons

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

EXPO

Les expositions à ne pas manquer en France en 2020

Vous avez prévu un séjour en France en 2020 et vous avez envie d’en profiter pour faire des expos ? On a sélectionné pour vous les évènements culturels à ne pas manquer à Paris et en province