Mercredi 11 décembre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Derniers jours de l'exposition Murakami

Par Sophie Yiu | Publié le 29/08/2019 à 11:24 | Mis à jour le 02/09/2019 à 04:29
Photo : Takashi Murakami à Tai Kwun
Murakami exposition Hong Kong

L’exposition grandiose sur Takashi Murakami va fermer ses portes dimanche soir. Il vous reste trois jours pour découvrir le parcours unique de cet artiste surnommé le “Warhol Japonais”.

Murakami vs Murakami 

L'exposition “Murakami vs Murakami” au Musée d’Art Moderne de Tai Kwun explore l'univers multiforme de l’artiste. Occupant toutes les galeries du musée, cette rétrospective présente plus de 60 peintures et sculptures dans un cadre totalement immersif qui met en valeur les paradoxes et la diversité du travail et de la vie de Takashi Murakami. 

 

 

Un des artistes contemporains les plus influents de son temps

Fils de chauffeur de taxi, il rêve très tôt de devenir animateur de dessins animés. Diplômé de l’Université des Arts de Tokyo, il fonde en 1995 le studio de production Hiropon Factory et commence à exposer en Europe et aux États-Unis. Considéré comme l'un des chefs de file du néo-pop japonais, il revendique l'héritage de Warhol et du pop art américain, tout en analysant la manière dont l'art japonais peut trouver une autonomie face au modèle occidental. Murakami tente de brouiller les frontières entre l'art populaire et les beaux-arts. Murakami collabore avec la marque de maroquinerie de luxe Louis Vuitton dont il conçoit la collection 2004, alliant son univers à ceux de cette marque, en réinterprétant, tout en couleurs, les thèmes classiques. En septembre 2010, son exposition dans les Grands appartements et la Galerie des glaces du château de Versailles suscite la polémique. Il a aujourd'hui exposé ses oeuvres dans de multiples musées et institutions du monde entier, et certaines de ses pièces se vendent à des millions de US dollars.

La mise en abime de Tai Kwun est probablement l’une des premières retrospectives complète de l’artiste, mélangeant vidéos, dessins originaux et mises en scènes où le spectateur est plongé dans l’univers de l’artiste.

 

Takashi Murakami à Hong Kong
The Birth Cry of a Universe, présenté pour la première fois dans sa version complète après 14 ans de préparation

 

Du kawai au chaos en passant par le zen

Tantôt attiré par le monde coloré du manga et de la culture kawai, tantôt poussé par la création pure d’un univers fantastique aux personnages inquiétants, le voyage proposé par Murakami ne laisse pas indifférent. Il mélange, sons, images et compositions où le visiteur trouve naturellement sa place, finissant par devenir acteur de l’œuvre d’art. Le fait de disposer des coussins aux formes florales où les jeunes enfants s’installent pour regarder des dessins animés originaux est une invitation à quitter le présent pour rentrer dans une quatrième dimension, un monde fait de lignes claires et de couleurs positives. La simplification n’est pas chez Murakami un reflet d’une paresse de représentation, c’est au contraire le fruit d’un travail incessant pour redéfinir l’ensemble du monde actuel, en éliminer les impuretés et faire accéder chacun au détachement nécessaire au bonheur. Idéaliste ou ouvrier du beau? Comme pour tous les grands créateurs, il est impossible de saisir toutes les dimensions d’un artiste multiforme et insatiable. Avec Murakami, le présent tel que nous le connaissons s’efface pour laisser place à autre chose... un nouveau monde.

 

Takashi Murakami à Hong Kong
Trois facettes d'un même artiste Photo @Sophie Yiu

 

Collectionner l'art pour s'évader du temps et de la mort

Quant à la question de l'obsession des gens avec l'art et leur capacité à y mettre des sommes exorbitantes, Murakami, lui-même grand collectionneur répond dans son exposition: "Je crois que quand il s'agit d'acheter de l'art, il est dénué de sens de parler en termes relatifs et de juger si un prix est trop élevé. Nous allons tous mourir un jour. Si l'art est une devise qui nous permet pour un moment de nous libérer fondamentalement de la peur de mourir, alors bien-sûr l'art devrait coûter autant que pour construire une machine à remonter le temps.” Ce auquel il ajoute: “Je ne sais pas si moi-même je réussirais à créer une pièce qui pourrait fonctionner comme une pareille machine, mais j’y travaille dur, nuit et jour.”
 

Informations pratiques:

  • "Murakami vs Murakami Solo Exhibition" au Tai Kwun Museum of Modern Art 
  • 10 Hollywood Road, Central
  • Jusqu'au 1er Septembre 2019

 

Pour être sûr de recevoir gratuitement tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi): 

https://lepetitjournal.com/newsletter-152565

Ou nous suivre sur Facebook: https://m.facebook.com/LPJHK/

 

Photo Sophie3

Sophie Yiu

Hongkongaise de coeur depuis plus de 8 ans, Sophie est fascinée par le pouvoir d’une bonne histoire.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Berlin Appercu
SOCIÉTÉ

La grève générale française vue par la presse allemande

La grève générale du 5 décembre et les contestations du projet de réforme des retraites envisagé par le gouvernement français attise la curiosité de la presse allemande. Petit tour d'horizon.