Candidat aux Trophées des Français de Hong Kong

IMG_7490.jpg
Nasthasia
Faure
Trophée Art et Culture
Ce dont je suis la plus fière, dans mon parcours, est de la comédie musicale « Il Jouait Du Piano Debout ». Nous aurions préféré une fin heureuse, mais je préfère vous parler, ici, du travail accompli.

En septembre 2020, nous avons commencé à travailler sur le projet, aux côtés de Justine Devisse Mezrani, directrice de production du spectacle et de Lenny B.Conil, notre metteur en scène. Je n’avais encore jamais monté de projets de cette ampleur, il y avait tout à faire. Nous avons auditionné chanteurs et acteurs. Puis, dès janvier, tout s’est accéléré. Il a fallu trouver des sponsors et commencer les répétitions. Le French May et L’Alliance française nous ont rapidement soutenu, puis ce fut au tour de TV5 Monde de nous informer qu’ils prenaient le « Star sponsor » de la comédie musicale. Quel bonheur ! Pour la première fois depuis des mois de travail d’écriture, de recherches, d’auditions, le projet était enfin concret.

En février, Mohamed Drissi, notre chorégraphe, a choisi les danseurs et a entamé les répétitions. Puis, tout est allé très vite, nous travaillons, beaucoup, avec de la rigueur, de l’exigence et aussi avec un peu d’appréhension. À partir de mi-avril, les danseurs, chanteurs, et comédiens ont commencé à répéter ensemble. Il a fallu créer la cohésion de groupe, qui s’est installée petit à petit. Des amitiés et des complicités sont nées. Ça a été une période incroyable, riche en découvertes, apprentissages, émotions, rires.

Lors de l’ouverture de la billetterie, les tickets ont été sold out en moins de 48 heures! Grâce à cet engouement de la part du public, nous avons pu rajouter deux dates, et allions donc, jouer 5 fois en salle comble ! Nous avons eu l’immense chance de jouer deux fois « Il jouait du piano debout » au City Hall Theater. Le public a été extrêmement réceptif, nous avons eu une standing ovation lors de la première le vendredi 4 juin.
Toutefois, pour des raisons juridiques, les trois dernières représentations n’ont pu avoir lieu. Mais cela n’enlève en rien le travail acharné, accompli durant 9 mois, et la fierté qui en découle. Ce projet a été un formidable travail d’équipe, qui a vu le jour grâce à Justine, Lenny et Mohamed, tous les techniciens et les 30 merveilleux artistes qui ont donné vie, et plus encore, à « Il jouait du Piano debout ».

J’ai découvert des aspects de ce métier que je ne connaissais pas et j’ai été comblée de fierté de voir des artistes heureux et un public heureux.
Pour la suite, je souhaite - en temps voulu - remonter & réécrire un spectacle totalement original. Car l’art ne meurt jamais… et c’est là, ma plus grande fierté en tant qu’artiste.