TIANANMEN - 25 ans déjà....

Par Lepetitjournal Hong Kong | Publié le 03/06/2014 à 22:00 | Mis à jour le 15/06/2014 à 05:22

 

Retour en page d'accueil - Découvrez nos autres articles

Alors qu'après un quart de siècle le silence et la répression d'Etat sévissent toujours en Chine, Hong Kong s'apprête à commémorer ce soir au Victoria Park le douloureux anniversaire.

Le 4 juin 1989

C'était il y a 25 ans. Après un mois et demi de manifestations, les chars d'assaut étaient envoyés Place Tiananmen à Pékin pour mettre fin à l'un des plus importants mouvements pro démocratie de l'histoire. Dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, les soldats ont ouvert le feu tuant des milliers d'étudiants et de travailleurs qui manifestaient pacifiquement sur cette place ô combien symbolique.

Un silence d'Etat

En un quart de siècle, le Parti communiste chinois (PCC) est parvenu à instaurer en Chine continentale un silence d'Etat sur les manifestations et la répression meurtrière du "Printemps de Pékin", dont une partie de la jeunesse chinoise ignore jusqu'à l'existence.

Les familles des manifestants abattus ou disparus n'ont jamais été autorisées à porter publiquement leur deuil. Elles sont aujourd'hui encore persécutées et beaucoup ignorent toujours ce qu'il est advenu de leurs chers disparus

Les symboles de Tiananmen sont également l'objet d'une censure draconienne. La photo du "Tank Man", ce jeune homme qui bloqua courageusement la progression d'une longue colonne de chars, est ainsi toujours largement méconnue en Chine. L'an dernier, il a suffi d'un détournement du fameux cliché, des canards jaunes géants remplaçant les chars, pour que les autorités bloquent les mots "rubber duck" comme toute référence au massacre sur l'Internet chinois.

La répression du 25ème anniversaire

25 ans après les faits, le gouvernement central est plus que jamais décidé à éradiquer cet épisode de la mémoire chinoise. A l'approche de cet important anniversaire, tous les services Google encryptés ou non venant de l'étranger on été bloqués en Chine sans que le géant américain ne proteste ou n'active une fonction anti-censure sur Chrome au nom de la liberté d'information. Ces dernières semaines, les autorités ont également renforcé les mesures de sécurité dans la capitale et fait arrêter des dizaines d'activistes et de défenseurs des droits de l'homme pour éviter tout coup d'éclat. Parmi eux, la célèbre journaliste Gao Yu, accusée d'avoir révélé des secrets d'Etat et forcée de confesser ses fautes sur CCTV à une heure de grande écoute. Les familles des prévenus ont reçu l'interdiction de parler aux médias étrangers sous peine de représailles.

Hong Kong se souvient de Tiananmen

Dimanche quelques milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Hong Kong pour marquer le 25ème anniversaire du "Printemps de Pékin" écrasé dans le sang par l'armée chinoise. Cette marche, qui chaque année précède la veillée aux bougies du 4 juin à la quelle 150.000 personnes sont attendues, a rassemblé 3.000 manifestants selon les organisateurs et 1.900 selon la police.

On est loin des 8000 manifestants qui avaient envahi les rues de la ville en 2009 à l'occasion du 20ème anniversaire mais Lee Cheunk-Yuan, président l'Alliance de Hong Kong de soutien aux mouvements pro-démocratiques en Chine n'est pas inquiet : "Les Hongkongais considèrent la cérémonie du 4 juin comme plus importante. Je pense donc qu'ils viendront nombreux mercredi soir au Victoria Park pour se souvenir.", a-t-il déclaré au South China Morning Post.

Dimanche à Tamar Square, les manifestants ont appelé à la réhabilitation du mouvement de 1989, à la "Démocratie maintenant", à la "Fin du parti unique" et à la "Libération de Gao Yu". Des revendications qui resteront sans doute lettre morte à Pékin. Mais "il est de la responsabilité des habitants de Hong Kong de soutenir (les marches en faveur de la démocratie) car nous bénéficions d'une protection pour nos libertés", a indiqué à l'AFP Richard Tsoi, le n°2 de l'Alliance de soutien aux mouvements pro-démocratiques en Chine qui de 1989 à 1997 grâce à l'opération Yellow Bird à aider quelques 500 leaders étudiants et dissidents persécutés à fuir la Chine via Hong Kong.

Grâce au statut spécial dont elle bénéficie depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, l'ancienne colonie britannique sera sans doute une nouvelle fois ce soir le seul territoire chinois à commémorer Tiananmen. Mais cette année la ville a fait un pas de plus dans la célébration de ce douloureux anniversaire puisque s'est ouvert au printemps à Tsim Sha Tsui le premier musée permanent consacré au 4 juin 1989.

Florence Morin (www.lepetitjournal.com/hongkong) mercredi 4 juin 2014

Crédits photos Jeff Widener/AP

Informations pratiques :

Veillée aux bougies pour le 25ème anniversaire du 4 juin
4 juin 2014 - 8H
Victoria Park - Football field

 

Lire également:

TIANANMEN - Le premier musée du souvenir s'est ouvert à Hong Kong

BUZZ ? La version Rubber Duck du 4 juin

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.