Mercredi 20 juin 2018
Heidelberg Mannheim
Heidelberg Mannheim
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LA PHOTO DU MOIS - Faites l'amour, pas la guerre !

Par Lepetitjournal Heidelberg Mannheim | Publié le 27/03/2018 à 14:02 | Mis à jour le 27/03/2018 à 14:32
29633234_10214065915115012_1115963499_o

Ce char taggué de l’inscription « Not war, make love » concentre symboliquement en lui seul la transformation d’une ancienne base militaire américaine en future résidence de vie pour de nombreuses familles. Situé au nord de Mannheim, le village Franklin est voué à devenir l’un des quartiers les plus modernes de la ville d’ici quelques années intégrant toutes les commodités. Mais paradoxalement, le char s’intègre toujours dans le paysage pour l’instant. Entre les tas de terre et les trous creusés pour la construction des futurs bâtiments, le chantier est un vrai champ de bataille. Et le char, outil de destruction, cohabite avec les grues et autre machines symboles, elles, de la construction.

 

Ouvert en 1947, après la Seconde Guerre mondiale, et nommé d’après le nom du célèbre président américain, la base militaire Franklin était devenue au fil du temps un véritable petit village habité par les soldats américains et leur famille. On y trouvait des jardins d’enfants, des écoles, une polyclinique, un cinéma, une église, un hôtel ainsi que divers magasins et des installations sportives. Avant sa fermeture, on comptait alors plus de 15 000 personnes sur le site. C’est seulement en 2012 que les dernières familles ont quitté les lieux pour laisser place progressivement à la rénovation actuellement en cours. S’il reste en place, le char servira probablement de décor aux jeux de rôles des enfants du quartier, nourrissant ainsi leur imagination tout comme leurs petits soldats de plombs.

 

Maxime Ollivier (www.lepetitjournal.com/heidelberg-mannheim), mardi 27 mars 2018

0 CommentairesRéagir

Communauté

LYCÉES FRANÇAIS DU MONDE

FAPÉE - Xavier Gonon : "Les parents d’élèves doivent être associés"

Entre contraintes budgétaires et volonté présidentielle d’en faire un instrument du rayonnement de la France dans le monde, l’enseignement français à l’étranger est à la croisée des chemins. Eclairage