RICCARDO DEL FRA - Tournée en Allemagne avec ”My Chet My Song”

Par Lepetitjournal Hambourg | Publié le 08/10/2013 à 22:00 | Mis à jour le 06/10/2013 à 18:23

Riccardo Del Fra, contrebassiste et compositeur de jazz italien, directeur de la section jazz du conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris s'est fait surtout connaître grâce à son parcours aux côtés du célèbre trompettiste et chanteur de jazz américain Chet Baker mais aussi par le festival de jazz de Marciac (?JIM ? Jazz in Marciac), un des plus grands festivals dans la discipline, qu'il a marqué de son empreinte en créant ?My Chet My Song? avec l'orchestre du conservatoire national de Toulouse. En octobre et début novembre il entame une tournée en Allemagne avec un projet créatif de jazz, quintet franco-allemand. Lepetitjournal.com/francfort a souhaité se pencher sur le parcours musical de Ricccardo del Fra et notamment sur sa création innovante franco-allemande.

(©Christian Ducasse)

Lepetitjournal.com/francfort : La musique et notamment le jazz ont-ils toujours fait partie de votre environnement ?

Riccardo del Fra : Je viens d'une famille de non-musiciens mais ma maman était mélomane et adorait le cinéma. C'est avec elle, dès mon jeune âge, que j'ai découvert ces deux mondes, la musique et le cinéma. J'ai su très vite que la musique était ma vie.

La disparition en 1988 de Chet Baker dont vous étiez très proche et que vous avez accompagné lors de ses tournées internationales, a semblé terriblement vous affecter. Comment avez-vous rebondi pour poursuivre votre carrière musicale ?
La disparition de Chet a été un moment particulièrement triste. Ma rencontre avec lui fut un grand tournant pour moi, comme musicien mais comme homme aussi.  En jouant et en tournant avec lui, j'ai changé ma vie, j'ai changé de pays, j'ai commencé à voir la musique autrement. Je ne peux pas dire que sa mort m'ait "affecté terriblement". Ce fut très triste, c'est sûr. C'était un poète et un rebelle. Sa façon de faire de la musique m'influence encore aujourd'hui, même si je joue des choses très différentes. Après sa mort, j'ai senti le besoin de découvrir des nouvelles choses et, suite à une rencontre, je me suis intéressé à la musique contemporaine, française en particulier. J'ai eu la chance de pouvoir étudier puis travailler avec des compositeurs français et cela a été une source d'inspiration formidable.

Comment est née l'idée de transformer votre projet musical ?My Chet my song? né lors du festival de Marciac en France et s'inspirant de la musique de Chet Baker en projet franco-allemand ?
Le hasard fait bien les choses. Il y a quelques années, le pianiste Sebastian Sternal fut l'un de nos élèves Erasmus au conservatoire de Paris où je travaille. Nous avons gardé le contact et même crée des liens entre le conservatoire et la ?Musikschule? de Mayence où il enseigne aujourd'hui. J'aime beaucoup sa sensibilité et son savoir faire qui collent parfaitement à ce projet et à ces musiques. Le désir de jouer ensemble a créé l'opportunité, grâce aussi à mon agent allemand qui a accompagné le projet avec beaucoup d'enthousiasme.

Que pourriez-vous nous dire sur la coopération entre les musiciens français et allemands ?
C'est une très bonne chose mais qu'il faudrait développer davantage. Hélas, nous ne sommes pas encore les Etats Unis d'Europe. Il faudrait multiplier ce type de partenariats. C'est très enrichissant pour tous de découvrir d'autres approches, des différences et des similitudes. On est voisins. Deux "petites" régions d'Europe. On  joue la même musique. C'est un langage, on parle le même langage. Et les accents, c'est encore de la musique ...

Et en ce qui concerne le cinéma. Vous avez joué dans les enregistrements de plusieurs musiques de films comme La Cité des Femmes de Federico Fellini ou collaboré avec Ennio Morricone. Avez-vous des projets avec le monde cinématographique ?
J'ai eu le plaisir de jouer et enregistrer les musiques de grands compositeurs de cinéma et j'ai le plaisir et la chance d'en écrire aussi, pour des cinéastes très divers, souvent pour des films d'auteur, comme on dit. J'ai appris énormément en faisant ce travail très particulier. C'est de l'orfèvrerie. En ce moment, je suis très concentré sur mon projet de groupe et prépare un enregistrement avec un grand orchestre. Plus tard, j'espère pouvoir écrire de nouveau pour le cinéma, bien sûr.

Enfin vous semblez être sans cesse par monts et par vaux. Comment menez-vous votre carrière de directeur de conservatoire de musique à Paris et celle de musicien en tournée ? D'où tirez-vous toute cette énergie ?
Je crois profondément en une chose : quand on fait quelque chose avec passion et avec sincérité, l'énergie vient directement du "faire". L'action demande de l'énergie mais peut la générer aussi.

Propos recueillis par Valérie Keyser (www.lepetitjournal.com/francfort), lundi 7 octobre 2013

 

Tournée en Allemagne et au Luxembourg de Riccardo del Fra / Octobre et novembre 2013

My Chet My song quintet franco-allemand
Airelle Besson (trompette)
Sebastian Sternal (piano)
Pierrick Pedron (sax)
Jonas Burgwinkel (batterie)

6 octobre - Cologne, Festival Vive le Jazz
7 octobre Cologne, master class Riccardo Del Fra, Hochschule für Musik und Tanz
8 octobre - Mayence, Institut Français
9 octobre - Bonn, Vive le Jazz
10 octobre - Luxembourg, Dudelange
11 octobre - Tübingen , Sudhaus
12 octobre - Munich, Unterfahrt
13 octobre - Bayreuth, Jazz Club
14 octobre - Nüremberg, Tafelhalle
15 octobre - Heidelberg, Enjoy Jazz
16 octobre - Münster, Festival, Gronau Rock'n Pop Museum
17 octobre - Cassel, Schauspielhaus, double concert avec Tingvall trio
2-3 novembre - Festival de Berlin, Jazz club A-Trane

Plus d'informations et adresses ici

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hambourg !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale