Lundi 20 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CULTURE - Littérature vive : "L'association promeut une littérature francophone plurielle et originale"

Par Lepetitjournal Hambourg | Publié le 30/11/2010 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 10:22


Créée il y a un peu plus d'un an par Dorothée Brandt, doctorante, Cyrielle Levignat, chargée de cours à l'Université de Hambourg, et Martin Neumann, professeur d'université, l'association Littérature Vive se fait le porte parole de la littérature d'expression française à Hambourg. Sans exclusive, l'association n'hésite pas à s'aventurer sur des territoires littéraires peu explorés. Interview de la co-fondatrice de l'association, Cyrielle Levignat

Lepetitjournal.com : Tout d'abord, pouvez-vous présenter à nos lecteurs ?
Cyrielle Levignat
: Je suis originaire de Bordeaux. Je suis venue à Hambourg dans le cadre de la convention universitaire Bordeaux-Hambourg afin de réaliser un mémoire portant sur la littérature germano-turque. Et comme beaucoup de français, j'ai été séduite par Hambourg et j'y suis restée. Suite à ma maîtrise, j'ai travaillé dans un lycée allemand en tant qu'assistante de langue. C'est à ce moment que j'ai découvert ma passion pour l'enseignenement. J'ai donc repris un deuxième cursus, un Staatsexam français-allemand. Contrairement au début où j'ai eu un rejet de la France et du français, je ressens, désormais, le besoin de renouer avec mes racines.

Quelles ont été vos motivations pour créer Littérature Vive ?

Je voulais renouer avec la langue française en conciliant ce retour avec la littérature, qui est une de mes plus grande passions. Avec ma co-fondatrice, Dorothée, nous avions envie de créer quelque chose : une association littéraire s'est naturellement imposée à nous. Mais nous souhaitions créer quelque chose de différent. L'objectif premier était de donner à l'expérience littéraire un cadre plus large, permettre qu'elle soit un moment et un lieu de partage.

Quelle type de littérature défendez-vous ?
Dans la lignée du Manifeste pour une littérature monde de Le Clézio, Littérature Vive promeut une littérature francophone plurielle et originale. Nous ne défendons pas la littérature "Française" : en fait, peu importe la nationalité d'un auteur - qu'il soit Québécois, Africain, ou encore Espagnol - pourvu que ses ouvrages aient été écrits en français. Lors des deux premiers rendez-vous, Carole Martinez (Le coeur cousu), aux racines espagnoles, et Ali Waberi (Le passage des larmes), originaire de Djibouti ont présenté leurs ouvrage aux public de l'association

Comment fonctionne votre association ?
Nous organisons des lectures. Celles-ci sont réalisées par les auteurs eux mêmes. Chaque semestre, un auteur est invité à présenter son livre et à en lire quelques passages en français, à la suite de quoi, une lecture en allemand est réalisée par un acteur. Et s'en suit une discussion-débat où tout auditeur peut poser une question à l'auteur.

Quel genre de public attirez-vous ?
Les étudiants, le personnel enseignant de la fac, le public de l'Institut français, un public francophile et francophone amoureux de la littérature...

Votre plus beau souvenir avec l'association ?
Je pense que c'est lors de notre dernière rencontre. L'angoisse première est toujours de savoir si des gens vont venir. Même si l'évènement avait été préparé des mois à l'avance et il s'est avéré que c'était le jour du match Allemagne-Ghana : autant vous dire que nous n'attendions plus beaucoup de monde. Mais à 19h00, plus de 70 personnes ont investi la salle confirmant l'intérêt réel de notre public pour l'association.

Anne Durrieu (Lepetitjournal.com - Allemagne) mardi 30 novembre 2010

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet