Jeudi 22 octobre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Un guide des États disparus pour voyager autrement

Par Déborah Collet | Publié le 06/08/2020 à 18:00 | Mis à jour le 06/08/2020 à 21:14
guide états disparus

Le projet Extinguished Countries permet de mettre en lumière les nations mortes et disparues qui ont joué un rôle déterminant dans la création de notre monde moderne. Le premier guide des États disparus raconte l’histoire de la République de Venise, autrefois composée de sept pays, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, le Monténégro, l’Albanie, la Grèce et Chypre. Une traversée à travers les routes maritimes, les commerces d’épices et les batailles navales dans un guide de 250 pages qui fonctionne comme une machine à voyager dans le temps et l’espace. Le journaliste Giovanni Vale nous raconte comment lui et son équipe ont cartographié les vestiges modernes de l'ancienne République de Venise. 

 

 

 

Pourquoi avez-vous choisi de lancer une série de guides sur les États qui n'existent plus ? 

En plus de mon métier de journaliste, j’ai travaillé ces dernières années sur les guides touristiques pour les éditions Gallimard ou le guide Petit Futé en France. J’ai pu observer comment le secteur a évolué, notamment depuis l’apparition de plateformes comme Airbnb ou TripAdvisor. 

Il y a 2 ans, j’étais à Dubrovnik, une ville du sud de la Croatie, située sur la mer Adriatique et je discutais avec ma femme sur l’histoire locale de la ville. Pendant des siècles, Dubrovnik était une république indépendante maritime appelée la République de Raguse. Cette ville possède une histoire particulière et insolite, pourtant, le tour guidé le plus connu à Dubrovnik est celui de la série Game of Thrones, le Trône de Fer. Aucun tour guidé propose de revisiter l’ancienne république de Raguse. 

Je viens du nord de l’Italie, dans la région de Frioul qui a fait partie, pendant un moment de la République de Venise. Cette même région a aussi fait partie de l'empire austro-hongrois, puis de l’Italie. Ces différents systèmes politiques ont laissé une histoire et des traces qui sont importantes à préserver. 

Nous nous sommes dit qu’il serait intéressant de voyager autrement que dans les guides que l'on connaît aujourd’hui. "Ne serait-ce pas intéressant d’avoir des guides sur les États qui n'existent plus ?" Nous nous disions que c’était peut-être un peu trop geek ou que le guide ne serait lu que par les passionnés d’histoire. Nous avons trouvé un équilibre entre un livre qui raconte des histoires insolites et un approfondissement journalistique avec 400 interviews.

 

guide états disparus
Giovanni Vale dans les rues de Sibenik, Croatie. Photo: Paul Prescott.

 

Il y a beaucoup d'histoires qui m'ont surpris. Parmi celles-ci il y a l’origine du mot ghetto.

Autrefois, qu’est-ce qu’était la République de Venise ?

Le terme République de Venise reste assez flou à l’esprit des personnes. Nous parlons d’un pays qui a existé pendant plus d’un millénaire, c’est-à-dire plus longtemps que nos États actuels. La République de Venise reposait sur le commerce maritime. Elle était gérée par une oligarchie, c’est-à-dire, un groupe de personnes qui forme une classe dominante et qui détient le pouvoir. À cette époque, le concept de nations n’existait pas. À son apogée, la République de Venise touchait 7 pays actuels, l’Italie du nord jusqu’à Chypre en passant la côte de la Slovénie, la Croatie, le Monténégro, et quelques villes d’Albanie et de Grèce. Nous connaissons tous des personnages connus du temps de la République vénitienne tels que Marco Polo, Galileo Galilei et Casanova. Mais nous ne connaissons pas forcément des histoires insolites sur des créations de ce temps. Nous sommes partis sur la route de ces faits méconnus pour les mettre en lumière. 

Il y a beaucoup d'histoires qui m'ont surpris. Parmi celles-ci il y a l’origine du mot ghetto. Je savais qu’il existait un ghetto à Venise, mais j’ignorai le sens ethnologique du terme. Ghetto vient de l'italien "gettare", prononcé à l'allemande "ghettare". À l'époque de la République de Venise, les juifs étaient obligés d'habiter dans le ghetto mais n'étaient pas "exclus" ou "rejetés" de la population. Ils ne seront jamais chassés de la ville (comme c'est le cas ailleurs en Europe pendant le Moyen Âge) mais seront toujours confinés dans ce quartier.

 

 

Comment avez-vous fait pour réaliser des recherches et récolter le témoignage d’habitants sur ces nations disparues ?

J’ai commencé le guide avec une approche journalistique, et vu que je ne suis pas historien, j’ai lu des livres sur la République de Venise. J’ai cartographié l’ancienne République vénitienne en sélectionnant les territoires auxquels je voulais me consacrer. J’ai répertorié les historiens, les passionnés d’histoire des villes au lieu de m’attarder sur des guides locaux traditionnels. L’objectif était de m’intéresser à tous types de profils. Par exemple, j’ai interviewé un cuisinier qui connaissait la gastronomie locale et un ingénieur qui a consacré son temps libre à reconstruire un bateau pirate qui autrefois, existait pendant la République de Venise. Petit à petit, j’ai commencé à retranscrire chacune des anecdotes, des histoires, sur du papier.

Un jour, j’étais au téléphone avec le directeur de l’Office de tourisme de l’Istrie, une région côtière de la Croatie. J’avais dans les mains une carte de la région de l’Istrie au temps de la République vénitienne. Je lui ai demandé des contacts et des informations sur certaines villes. Un moment, je lui ai dit "Avez-vous quelqu’un à me conseiller dans la petite commune de Dvigrad. Il a dit "Non, c’est une ville fantôme, il n’y a personne à Dvigrad aujourd’hui". Depuis quatre siècles, Dvigrad a été abandonnée à cause de la peste ou d’autres maladies. Et si vous vous baladez dans la ville, vous pouvez voir les ruines de 200 maisons en pierre, la place et l’église de la ville.

 

guide états disparus
Parties de l'ancienne République vénitienne de l'Adriatique. Extinguished Countries.

Le guide des États disparus nous emmène dans un autre temps que celui d’aujourd’hui, loin des destinations les plus prisées et des villes touristiques. 

Que souhaitiez-vous apporter au public à travers ce livre ? 

Je pense que la crise sanitaire actuelle nous montre encore plus que le tourisme est en train de changer et doit évoluer. Par exemple, sur la côte croate, le tourisme n’est plus soutenable. La rencontre avec l’autre est toujours positive, par rapport aux endroits que nous visitons et aussi pour nous-même. À travers ce guide, j’espère apporter deux choses au public.

Premièrement, une nouvelle façon de voyager à travers les frontières. Le guide des États disparus nous emmène dans un autre temps que celui d’aujourd’hui, loin des destinations les plus prisées et des villes touristiques. Le guide va en quelque sorte responsabiliser le voyageur pour lui poser cette question : "Comment peut-on avoir un impact positif en visitant des villes touristiques ?" Prenons l’exemple de Venise où nous avons élaboré un tour d’une heure et demie qui montre aux voyageurs quel est l’impact du tourisme de masse sur certains quartiers qui ne sont plus authentiques.

Deuxièmement, le guide nous questionne sur notre identité. Le guide des États disparus est une série de guides qui, à chaque fois, met en avant un nouvel État disparu. Nous voulons montrer que malgré les géographies politiques, le monde moderne comme nous le connaissons, n’a pas toujours existé. Dans un monde où l’Europe revit une montée des nationalismes et où nous parlons constamment de l’importance des frontières et des identités nationales, je pense qu’il est important de se poser la question : "Quelle est notre identité ? Qu'avons-nous en commun avec les pays voisins ?"

Nous avons des points en commun avec des habitants qui sont loin de nous, mais avec qui nous sommes reliés grâce à une histoire commune. Par exemple, nous avons découvert un plat qui porte le même nom en Grèce, en Croatie et en Italie. Le brodetto en italien est une soupe de poissons, agrémentée de tomates et d’arômes. Au temps de la République vénitienne, il existait dans la région du Veneto et sur la côte orientale de l’Italie. Ce plat est présent à Corfu, en Grèce sous le nom de "bourdeto". Les Grecs mettent du paprika et des piments dans le ragoût de poissons. Puis, il y a un petit village en Croatie près de la côte, où ce même ragoût de poissons se cuisine avec des anguilles et des grenouilles.

 

guide des états disparus

 

Dans vos prochains guides, quels autres États "disparus" voulez-vous illustrer ? 

Nous n’avons pas encore tranché, mais nous aimerions illustrer plusieurs États disparus. Mon équipe et moi avons parlé de l’empire ottoman ainsi que de l’empire austro-hongrois. Les États disparus auxquels nous avons pensé jusque-là sont européens, mais il y en a bien sûr d'autres dans d'autres continents. Nous avons imaginé illustrer l’Andalousie qui était autrefois un État arabe. Nous avons pensé nous intéresser à la Yougoslavie, l’un des pays des Balkans.

 

Réservez le premier guide consacré à la République de Venise en cliquant ici.

 

Nous vous recommandons

deborah collet

Déborah Collet

Spécialisée en communication et dans les relations médias, elle est aujourd’hui journaliste au sein de la rédaction internationale.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

DOMINIQUE ALHERITIERE ven 07/08/2020 - 15:59

Très intéressant. Merci

Répondre
Commentaire avatar

Laurent ven 07/08/2020 - 08:45

Belle trouvaille. Merci

Répondre

Gastronomie

Chennai Appercu
RÉTROSPECTIVE

Culture, restos, voyages...comment se détendait-on à Madras en 1969 ?

1969, Madras. Alain est un jeune étudiant parachuté en Inde à la fin de son cursus universitaire. Une expérience qui le marquera à jamais. Plus de 50 plus tard il partage ses souvenirs de Madras.

Culture

Bucarest Appercu

BUCAREST DE POCHE - D'où viennent les noms des quartiers de Bucarest?

Quelle est l’origine des noms des différents quartiers de Bucarest? Des milliers de personnes déambulent chaque jour dans ces endroits sans forcément se poser la question. Et pourtant le nom de chaque