Jeudi 18 juillet 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Grand oral au Parlement européen pour von der Leyen, les Verts pas convaincus

Par AFP | Publié le 10/07/2019 à 19:35 | Mis à jour le 11/07/2019 à 01:05
4027ac681397e55a6f8f597e9c4ef6572890a39d

L'Allemande Ursula von der Leyen, la candidate à la présidence de la Commission européenne, a passé mercredi son grand oral au Parlement européen, un examen crucial à l'issue incertaine qui l'a vu promettre qu'il y aurait autant de femmes que d'hommes aux manettes de l'Europe.

Sur le Brexit, elle s'est dite prête à accorder plus de temps au Royaume-Uni, alors que le divorce avec Londres, prévu à l'origine pour le 29 mars 2019, a été reporté au 31 octobre.

"Si le Royaume-Uni a besoin de plus de temps, je suis d'accord pour lui accorder plus de temps. Un Brexit sans accord serait catastrophique", a déclaré celle qui pourrait devenir la première femme à présider l'exécutif européen. Elle avait auparavant défendu l'accord de retrait négocié entre les 27 et Theresa May mais que le Parlement britannique a rejeté à trois reprises.

- Frustration -

Pour succéder au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker le 1er novembre, cette proche de la chancelière Angela Merkel, membre comme elle du parti conservateur CDU, doit absolument convaincre les élus européens, plutôt frustrés par la façon dont elle a été désignée.

Il lui faut obtenir la majorité absolue au Parlement, qui est d'au moins 374 voix (et non plus 376, compte tenu de l'absence de trois élus catalans). Or ce résultat n'a rien d'acquis à l'heure actuelle, les dirigeants de l'UE l'ayant désignée le 2 juillet au cours d'un sommet européen d'une durée exceptionnelle de trois jours, créant la surprise et faisant fi des candidats présentés par les eurodéputés.

Pour être confirmée, Mme von der Leyen, 60 ans, actuellement ministre allemande de la Défense, va devoir rallier les suffrages des trois grands groupes : PPE (le sien, 182 élus), socialiste (154 élus) et libéro-centriste de Renew Europe (108 élus).

Mercredi matin, elle a commencé sa tournée par un huis clos avec les sociaux-démocrates, qui ont annoncé à l'issue de son audition une décision la semaine prochaine concernant leur soutien.

Malgré les fortes réserves à son égard de ses compatriotes du parti SPD (16 élus au total dans le groupe des sociaux-démocrates), partenaires de coalition dans le gouvernement Merkel, plusieurs participants partaient du principe que la majeure partie de ce groupe voterait pour elle. "Elle était vague et ne voulait pas s'engager", a dit à l'AFP un participant, tablant cependant sur "60% de votes en sa faveur et 40% contre".

Mme von der Leyen a ensuite répondu aux questions des libéro-centristes de Renew Europe, qui comprend les élus français macronistes, une audition intégralement diffusée sur internet, comme celle des Verts (74 élus) ensuite.

S'exprimant la plupart du temps dans un excellent anglais, mais aussi parfois en allemand et en français, Mme von der Leyen a insisté sur sa volonté de mettre en place la première Commission européenne de l'histoire totalement paritaire, avec autant d'hommes que de femmes. Ceci ne dépend toutefois pas totalement d'elle puisque ce sont les Etats membres qui désignent eux-mêmes leur commissaire.

- Les Verts voteront contre -

Devant un auditoire plutôt bien disposé à son égard, elle a promis aux élus centristes libéraux que la Danoise Margrethe Vestager, qui avait été leur candidate pour la Commission européenne, serait l'une des vice-présidentes.

Sur le dossier ultrasensible de l'immigration, elle a plaidé pour renforcer plus rapidement l'agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes Frontex. "Je pense qu'avoir 10.000 personnes travaillant pour Frontex en 2027, c'est bien trop tard. Il faut que cela soit bien plus tôt", a-t-elle dit.

Sur l'autre grand sujet de la campagne des européennes, le climat, elle a souhaité que l'Europe soit "le premier continent neutre" en carbone en 2050.

Au cours de son audition chez les Verts, Mme von der Leyen a dû faire face à des questions beaucoup plus incisives. Sa prestation n'a pas convaincu et ceux-ci ont annoncé qu'ils voteraient contre elle.

“Nous n'avons entendu aucune proposition concrète, que ce soit sur l'Etat de droit ou sur le climat. Nous avons été élus sur un mandat de changement et nous ne voyons pas comment le changement serait possible avec cette candidate", a déclaré la coprésidente des Verts, l'Allemande Ska Keller.

Pour l'instant, le vote au Parlement européen à Strasbourg sur sa candidature est prévu pour mardi ou mercredi prochain. Il n'est toutefois pas exclu que Mme von der Leyen préfère reporter cette élection à septembre, si elle estime avoir besoin de davantage de temps pour convaincre.

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Kriss jeu 11/07/2019 - 22:37

Vive la parité ! LA CHEFFE EST MAINTENANT MAITRE QUEUX ! En matière de cuisine nos mères et grands-mères savaient que tout tient aux suivis des recettes pour obtenir un bon plat! C’est ringard, c’est du passé, disent les européistes, qu’en est-il ? Mme von der Leyen fait donc la tournée des popotes pour faire sa tambouille! Dans cette gastronomie commune comment les élus vont-ils maintenant pouvoir satisfaire leurs Peuples gourmets de démocratie quand chacun aime les plats de son pays, ceux présentés au menu des élections dans son terroir? Saucisses patates frites Von den LEYEN dans le resto gastronomique UE ? Cela ne va pas marcher longtemps! Puisque personne n’a rien voulu changé , elle devra mijoter petits plats dans les grands du passé , un repas collectif, filtré passoire pour plaire à tout le monde sinon de ses casseroles elle va prendre une gamelle ! Or : No, nicht, Nem, Non, Nie, Nâo, Ne, Nu, Né, Neen, Nije, etc.. 27 façons de dire NON existent autour d'elle et plaire à tout le monde est justement l’impossible fondamental de l’UE ! Seuls des technocrates tous identiques ne veulent surtout rien changer et surtout pas admettre que mettre tout le monde d’accord est impossible sauf a mentir, corrompre ou donnant donnant! Or telle est le fonctionnement de l'UE! On a donc pu voir encore et toujours cette technocratie en chef œuvrer « Ein Macron Ein Merkel Ein Junker » férue de « bien pensance » et « positivisme » à tout-va dictateur ! Or l’être humain normal qu’il soit Allemand Hollandais Grec ou Français est naturellement nanti non seulement de goûts différents, mais d’estomac qui digèrent souvent autrement ! Ainsi alors alimenté en final on risque d’arriver au bout d’un chemin gastrique qui jouera l’Hymne à la Joie en trompette Brexit ! Comme on a fait en sorte que l' être citoyen , sujet à constipation n’existe plus à Bruxelles rien ne peut plus se digérer démocratiquement ! Comme on a remplacé les élus par des technocrates et lobbies aux sphincters calibrés grandes écoles on risque de faire péter la baraque UE ! L’ont-ils compris ? Non non ils s’occupent toujours de leurs mêmes plats cuisinés au congélo et vite fait réchauffés micro ondes! Fast démocratie! Ainsi que peuvent-ils nous offrir au menu ? HORS D OEUVRE nous avons déjà digéré la bonne terrine de « foi » féministe assaisonnée charcuterie à la mode « balancetonporc » ! Jeu paritaire am stram gram « pig et pig » et colégram entre la France et l’Allemagne pour obtenir autant de lard que de cochon/ne ! Rien de changer dans les passe-droits qui se féminisent aussi par parité : on a Von der Leyen 7 enfants sur le tapis allemand et Lagarde un an de prison sous le Tapie français et plus de poursuite envers ce beau monde! Pas mal hein ! A suivre au menu, POISSON pour noyer l’autre : Macron au vin blanc , bien mariné de Com. Ca fait longtemps que c’est digéré Grand Débat en jaunisse ! PLAT PRINCIPAL à la sauce conciliation, ragoût tomates hollandaises sous serres au goût tofu OGM made in USA mais « al dente » fermes comme des kartoffels de Bade Wurtemberg , c’est dur aux "sans dents" mais faut s’y faire, ils ont l'habitude ! Alors ecolo vous avez dit écolo, mais où donc ? PLAT LEGUMES un tout mijoté avec poivrons d’Andalousie au gasoil français car transportés 1200km par camions ! Rien de changé tout roule diesel! Légumes parfois au petit goût de Vodka car les chauffeurs Polonais « travailleurs détachés » eux aussi « en marche » en vitesse ne peuvent s’arrêter pour pisser alors etc… etc Écologiquement tout va bien rien de changé ! Encore donc une flatueuse ratatouille à s’en faire péter l’estomac citoyen ! Tout tout tout salé sucré bien servi pour plaire à tout le monde et plus si affinités culinaires pour que chacun y trouve son petit morceau ! FROMAGE Europe Europe qui tant allègre ou « à l’aigre » sautera dans votre assiette comme un cabri ! Et hop on savait depuis De Gaulle mais ça saute toujours et rien ne change! BOISSONS Le tout arrosé par les vins de l’incontestable sommelier Junker, millésimes directement importés de sa cave sise en paradis fiscal entre Bruxelles et Strasbourg ! Rien n’a changé non plus au paradis de l’argent ! DESSERT ….. un gros flan…un peu plus gros qu’avant c’est tout! De cette cuisine inchangée, voilà le seul menu que pourra proposer Von der Leyen en palabrant la bouche pleine! Même menu qu’il y a 10 ans, le même qu’il y a 20 ans le même dans 30 ans car plus mêmes les recettes ne sont bonnes, pas même la sauce Euro, trop de monde affamé dans cette auberge espagnole, trop de pique-assiettes, trop de mendiants aux portes, nos french cuistots de ratatouille sont sous les ordres de chefs allemands eux-mêmes avec des livres de cuisine imprimés aux USA ! Cette Europe captive est une vue de l’esprit dramatique dont l’esprit technocratique ne veut voir l’Europe tels que sont les Européens ! Tels qu’ils ont été indépendants pour faire l’occident en commun et pas l’inverse! C’est dommage pour l’esprit européen de nos enfants dont justement la mondialisation à tant besoin en partage! Ces gens là ne méritent que la dérision, on s'amuse donc pour ne pas en pleurer !

Répondre

Expat Etudiant

São Paulo Appercu

Le classement des meilleures universités d’Amérique latine

La meilleure université d’Amérique latine n’est plus brésilienne. Pour la première fois, le Brésil n’est plus à la tête du classement des meilleures universités d’Amérique latine.