Jeudi 12 décembre 2019
Francfort
Francfort
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPATRIATION-ALLEMAGNE – Compléter sa retraite en Allemagne

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 11/02/2015 à 23:00 | Mis à jour le 09/02/2018 à 06:32
Retraite_XS

 

Le niveau famélique des retraites publiques allemandes (30-40% du dernier salaire net) incite fortement chacun à faire quelque chose de spécifique pour compléter ses revenus après sa période active. Expatriation-Allemagne vous aide à choisir la formule la plus adaptée en fonction de votre situation pour ce quatrième volet de rubrique dans le cadre de son partenariat avec lepetitjournal.com/francfort.

(© Photo Fotolia)

Plusieurs mécanismes existent, chacun avec ses avantages et ses inconvénients. Une bonne préparation de retraite consiste en un mélange adapté de ces différents mécanismes. Chaque situation étant différente, cette présentation ne saurait remplacer cependant un conseil retraite personnalisé.

L'investissement immobilier est bien souvent une étape important dans la constitution d’un complément de retraite
Il est possible en achat de résidence principale, en immobilier locatif ou en achat de parts de fonds immobilier.

Nos recommandations en 2015 :
•    Résidence principale : oui si l’objectif est d’y rester plus de 10 ans.
•    Immobilier locatif en Allemagne : oui.
•    Immobilier locatif en France : non principalement pour des raisons fiscales depuis 2012.
•    Fonds immobilier : oui, mais dépend du support choisi.

La retraite d’entreprise pour les salariés fidèles à leur employeur et aux revenus modestes
Ces plans d’épargne-retraite sont présentés très souvent de manière attractive par les employeurs, car ils en sont un mécanisme de fidélisation des employés.
L’avantage principal en est le prélèvement des versements sur le salaire brut, et donc l’absence d’impôts et de cotisations sociales pour les salariés gagnant moins des plafonds de la sécurité sociale. Un autre avantage peut être l’abondement par l’employeur.
Les inconvénients en sont : l’imposition importante et l’assujettissement aux cotisations sociales des rentes à la retraite (18% de cotisations, ca. 20-30% d’impôts), l’absence de flexibilité notamment en cas de changement d’employeur, le fait que l’argent soit bloqué jusqu’à la retraite, les frais importants des contrats et la difficulté de suivi en cas de départ d’Allemagne.

En 2015 nous vous recommandons de le faire si :
•    Vous pensez rester plus de 10 ans dans votre entreprise.
•    Vous gagnez moins de 48.600 € bruts annuels ou êtes assuré santé privé.
•    Votre employeur participe aux versements.
•    Le blocage de votre argent jusqu’à la retraite ne vous pose pas de problème.

Dans tous les autres cas, les mécanismes privés sont plus pertinents.

La Riester-Rente, pour les salariés et familles
La Riester-Rente, du nom de son inventeur, a été créée en 2001 pour compenser la baisse des retraites publiques décidée à l’époque.
Ses avantages : pour de modestes cotisations, l’Etat participe en subventionnant les contrats d’épargne et en permettant de déduire les cotisations de son revenu imposable. De manière générale, la répartition des versements entre cotisant et Etat est de 60%/40%. De plus, l’argent économisé est accessible en cas d’achat immobilier en Union Européenne.
Ses inconvénients : la rente sera imposable (environ 20 à 30% d'impôt) et la procédure pour récupérer les subventions étatiques nécessite un suivi professionnel du contrat, qui n’est généralement pas constaté chez tous les opérateurs. Ces contrats sont réservés aux salariés et le plafond de versement est de 2.100 € / an.

En 2015, nous vous recommandons la Riester-Rente si :
•    Vous ne prévoyez pas de quitter l’Allemagne avant 2017-2018.
•    Vous avez un interlocuteur fiable et compétent pour gérer le contrat et faire les demandes de subvention.
•    Vous avez un interlocuteur pour réaliser votre déclaration de revenus.

La Basis-Rente, pour les indépendants et les salariés fortement rémunérés
La Basis-Rente ou Rürup-Rente, du nom de son inventeur, a été créée en 2005 pour compenser la baisse des retraites publiques décidée à l’époque.
Ses avantages : les cotisations sont déductibles du revenu imposable. Le contrat est aussi accessible aux professions libérales. Le plafond de cotisations est de 22.000 € / an.
Ses inconvénients : la rente sera imposable (environ 20 à 30%) et l’argent est bloqué jusqu'à la retraite.

En 2015, nous vous recommandons la Basis-Rente si :
•    Vous ne prévoyez pas de quitter l’Allemagne avant 2017-2018.
•    Vous êtes indépendant ou si vous gagnez plus de 71.400 € (plafond au-delà duquel vous ne cotisez plus aux caisses de retraite publique).
•    Le blocage de votre argent jusqu’à la retraite ne vous pose pas de problème.
•    Vous avez un interlocuteur pour réaliser votre déclaration de revenus.

Les assurances-vie allemandes, pour épargner en toute flexibilité
L’épargne complémentaire en assurance-vie allemande (Rentenversicherung) est très populaire en Allemagne. Ce sont des contrats en général assez flexibles, permettant d’accéder au capital avant la retraite. L'impôt n'est dû qu'au moment de la sortie et non chaque année.
Ses avantages : accès de l’argent en capital ou en rente à la retraite, impôts très faibles, possibilité de versements complémentaires, possibilité de rendement garanti à vie, possibilité de continuer ses versements en cas de départ d’Allemagne.
Ses inconvénients : leur structure de frais de gestion qui rend ces contrats inattractifs pour un placement à moyen terme (privilégier alors l’assurance vie française).

En 2015, nous vous recommandons l’Assurance-vie allemande si :
•    Vous souhaitez conserver une flexibilité.
•    Vous prévoyez de ne pas avoir besoin de cet argent avant la retraite, mais pouvez y accéder, au cas où...
•    Vous voulez placer votre argent à l’abri du fisc.
•    Vous ne pensez pas rester très longtemps en Allemagne.

L’assurance-vie française, pour ceux qui considèrent un retour en France
L’assurance-vie française, lorsque le contrat est adapté aux expatriés, permet une épargne flexible et disponible à volonté. Elle est donc souvent envisagée dans une stratégie retraite.
Ses avantages sont cette flexibilité et l’accès à l’argent à moyen terme, avec une structure de coûts transparente. Pour un contrat enregistré par la société d’assurance comme possédé par un non-résident, la CSG n’est pas acquittée. En cas de retour en France, les bénéfices du contrat sont imposés au taux réduit de 7,5% après 8 années de détention (voire 0% si le gain retiré est inférieur à 4.600 € par an).
Ses inconvénients (notamment en la comparant à sa cousine l’assurance-vie allemande) sont une structure de frais de gestion qui rend sa détention coûteuse à long terme et une imposition des revenus en Allemagne au titre des revenus du capital, soit 25%. L’incertitude fiscale en France est toujours une menace.
Nous la recommandons plus comme un placement à moyen terme.

Elle est néanmoins pertinente pour préparer sa retraite si :
•    Vous comptez retourner en France prochainement.
•    Vous risquez d’avoir une carrière dans de nombreux pays différents et privilégiez la simplicité.
•    Vous pensez avoir besoin de l’argent avant votre retraite pour réaliser d’autres objectifs.
•    Vous souhaitez placer votre argent en France.

Pour en savoir plus, contactez Expatriation Allemagne. Nos conseillers pourront répondre à vos questions.

Jeudi 12 février 2015

Association Expatriation Allemagne
Weinstrasse 20
60435 Frankfurt-am-Main
U-Bahn 5 - Sigmund-Freud-Strasse
Tel.: +49 (0) 69 / 36 60 53 94
secretariat(at)expatriation-allemagne.com


lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Francfort

ARTICLE SPONSORISÉ

Emploi-Allemagne. Le spécialiste de l'emploi des Français en Allemagne

Née à Francfort il y a plus de 20 ans, Emploi-Allemagne est une plateforme d’aide à l'insertion professionnelle des Français en Allemagne. Sa présidente, Anne-Chrystelle Bätz nous en dit plus.

Sur le même sujet