Lundi 21 septembre 2020
Francfort
Francfort

MAINRELOCATION – Chantal Bigot vous offre son expérience et expertise de la relocation (Publi-Info)

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 21/08/2016 à 22:00 | Mis à jour le 18/08/2016 à 02:45

Trouver un logement temporaire ou permanent, effectuer des démarches administratives dans un pays dont on ne maîtrise pas forcément la langue... tout cela prend du temps, demande beaucoup d'énergie et génère bien souvent son lot de stress. Lepetitjournal.com/francfort a voulu en savoir davantage sur les services d'une agence de relocation destinés à faciliter la relocalisation de familles ou de particuliers et a rencontré Chantal Bigot, Française originaire de la région d'Angers, responsable de mainrelocation depuis plus de vingt ans.

(Photo VK lepetitjournal.com/francfort)

Chantal Bigot et son agence mainrelocation assistent les particuliers ainsi que les entreprises, leurs cadres et famille qui viennent vivre en Allemagne et plus particulièrement dans la région Rhin-Main. Son expérience et expertise dans le secteur de la relocalisation depuis plus de vingt ans, mais aussi son énorme réseau, en font une interlocutrice de choix qui trouve une solution à tout ou presque !

De la demande de visa à l'installation clés en main, en passant par la location de la pension pour chat, Chantal Bigot peut prendre en charge l'ensemble du processus de relocalisation et rendre l'installation des intéressés facilitée. Rencontre.

Lepetitjournal.com/francfort : comment vous est venue l'idée de créer l'agence mainrelocation ?

Chantal Bigot : l'idée est partie d'un séminaire d'orientation organisé par le Consulat de France à Francfort alors que j'étais en recherche d'emploi. Je vivais déjà en Allemagne depuis longtemps et parlais très bien anglais et allemand. J'ai su tout de suite après ce séminaire que j'étais faite pour être indépendante. Je voulais travailler dans un environnement international et avoir à faire à de nombreuses nationalités. La relocation me donnait cette possibilité et j'ai donc créé l'agence mainrelocation en 1996.

Comment vous y êtes-vous prise pour vous lancer sur le marché et trouver vos premiers clients ?

J'ai d'abord démarré avec une partenaire mais celle-ci est rentrée en France au bout de trois ans. Et pour trouver des clients, c'est simple ! J'ai commencé par le marketing téléphonique auprès des entreprises, via notamment un club d'affaires de la région. Une des premières entreprises démarchées est d'ailleurs cliente depuis vingt ans et fait toujours appel aux services de mainrelocation.

Quelle est la région dans laquelle vous intervenez ?

J'interviens sur toute l'Allemagne en ce qui concerne certaines prestations comme le service d'immigration et en Rhin-Main pour ce qui demande une présence physique, c'est-à-dire à Francfort, Darmstadt, Mayence, Wiesbaden, Bad-Homburg, Königstein? et dans les zones plus éloignées, je travaille avec des partenaires.

Quel type d'entreprise fait appel à vous ?

Tout type d'entreprise, des groupes américains, suisses, français, suédois ainsi que de nombreuses entreprises allemandes.

Les particuliers sont-ils aussi intéressés par les services de relocation ?

Oui. Nous apportons nos conseils et offrons notre expertise aux expatriés, aux détachés ou aux jeunes qui s'apprêtent à effectuer un stage ou un VIE (Volontariat International en Entreprise).

Existe-t-il un profil type de clients qui s'adressent à mainrelocation ?

Non, il n'y en a pas. Nous avons des demandes de toute sorte. Cela va de la recherche de logement pour un budget de 600 euros à 6000, voire 9000 euros sans les charges. Parfois même, je reçois des demandes de Russie, d'Inde, de Corée, mais la plupart de mes clients sont originaires de France et des Etats-Unis.

Quels services vos clients vous commandent-ils en général ?

Les demandes sont très variées et vont de la recherche de pension pour chat, à la crèche ou école maternelle ou encore à l'école de langue ou au club d'équitation? Je peux proposer un package d'un service complet ou bien juste une prestation comme la prise en charge d'un service administratif qui représente le plus gros de nos prestations, à côté de la recherche de logement, surtout pour les non-européens. Aussi, nous conseillons sur les règlements, les baux de location, les droits des étrangers, les assurances? et sommes assistés pour cela par des cabinets d'avocats. Nous travaillons avec les ambassades et les consulats et faisons appel à des juristes pour clarifier des situations spécifiques.

Avez-vous parfois des demandes farfelues ou difficiles à mettre en ?uvre ?

Oui bien sûr, et c'est aussi ce qui fait le charme du métier. Par exemple, j'ai eu le cas d'un chat qui est arrivé à destination avant la famille. Il a fallu aller le chercher à l'aéroport et le mettre en pension en attendant ses maîtres. Ou bien le cas du chien qui décède la veille du départ de la famille à l'étranger. Il s'agissait d'Anglais en partance pour Dubaï et il fallait régler le problème en quelques heures. Il y a aussi eu le cas d'un locataire précédent qui n'a pas déménagé alors que nous étions prêts à prendre le logement le 1er du mois et que le déménageur était déjà devant la porte.

Les demandes diffèrent-elles en fonction de la nationalité ?

Sans tomber dans les clichés? les clients de Hong Kong ne prennent un appartement qu'à partir du 20ème étage? alors que même si Francfort possède de nombreux gratte-ciel abritant des banques, les immeubles ont en moyenne trois ou quatre étages. Comment leur faire comprendre cela ? Les Indiens n'aiment pas les escaliers et il faut toujours trouver des appartements dans des immeubles avec ascenseur. Les Français ont besoin de placards, les Américains demandent où sont les lampes et les rideaux...

Est-il difficile de trouver un logement dans la région ?

Oui et non. Peu importe la nationalité, lorsque nous avons une demande de service complet de relocation, la priorité est de trouver le logement. Et lorsque les clients nous font une demande de logement temporaire de trois ou quatre jours, voire une semaine, c'est alors assez stressant. Nous devons aussi les convaincre de remettre l'appartement en état à la fin du séjour?

Il existe de nombreuses agences de relocalisation en Allemagne. Qu'est-ce qui vous fait vous démarquer ?

Je travaille dans le secteur de la relocalisation depuis plus de vingt ans, je parle français, anglais, allemand et de nombreuses entreprises font appel à mainrelocation depuis des années. Aussi, je suis membre de l'EuRA (European Relocation Association) qui offre une garantie de sérieux et présente une excellente référence. Les agences membres du réseau EuRA doivent fournir un certain nombre de prestations spécifiques du métier et garantir aux clients expatriés un code de conduite et de déontologie. Cela me permet aussi d'être membre d'un réseau international et d'être reconnue au-delà du continent européen.

Alors qu'on assiste à une surenchère des offres souvent gratuites sur internet, les réseaux sociaux et forums d'expatriés, pourquoi passe-t-on aujourd'hui par une agence de relocalisation ?

Les particuliers qui s'adressent à mainrelocation manquent de temps et préfèrent être déchargés de toute la partie logistique.

Avez-vous déjà reçu des plaintes ?

Jamais jusqu'ici. Je me mets en général à la place de l'expatrié qui fait appel à mes services. Il est important pour moi de le prendre en charge correctement et de lui assurer un service de qualité !

Interview réalisée par Valérie Keyser (www.lepetitjournal.com/francfort), lundi 22 août 2016
Rediffusion du vendredi 17 juin 2016


Pour obtenir plus de renseignements ou un devis adapté à vos besoins, n'hésitez pas à prendre contact :

Mainrelocation
Chantal Bigot
Auf der Koernerwiese 12
D-60322 Frankfurt
Téléphone :+ 49 69 97 20 34 85
Fax + 49 69 97 20 34 86

e-mail: info@main-relocation.com
www.main-relocation.com

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Bucarest Appercu
INTERVIEW

Tilla Rudel, nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara

Cette semaine notre rédaction est allée du côté de Timișoara, une ville que nous affectionnons tout particulièrement, pour vous présenter la nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara, Ma

Sur le même sujet