Lundi 19 avril 2021
Francfort
Francfort

CEREMONIE – Tous derrière Charlie pour la 6e édition du ”Prix du meilleur élève en français”

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 25/01/2016 à 23:00 | Mis à jour le 26/01/2016 à 13:54

Depuis maintenant six ans, le prix des lycéens de la DFG est décerné symboliquement la veille de la Journée franco-allemande dans la prestigieuse salle des empereurs de la mairie de Francfort à l'élève qui se démarquera des autres par la qualité de sa plume et son élocution. Attentats, immigration, intégration, tolérance... l'actualité tragique de l'année 2015 en France a grandement inspiré les finalistes jeudi 21 janvier 2016.

Uwe Becker, les 5 finalistes avec à gauche les vainqueurs Leone Carcano et Fabia Willi, Pierre-Yves Le Borgn', Christophe Braouet
(Photo VK lepetitjournal.com/francfort)

Seuls cinq élèves issus de différents lycées de la région ont eu le privilège de s'assoir au premier rang de la Chambre Impériale de l'hôtel de ville de Francfort qui a réuni plus de 250 personnes.

Parmi eux, deux seulement seront désignés vainqueurs du ?Schülerpreis? organisé par la DFG (Deutsch-Französische Gesellschaft) ou prix du meilleur écrit en langue française, qui, malgré sa complexité, reste l'une des plus attractives chez nos amis d'outre-Rhin. 


Un couronnement littéraire sous le regard des empereurs allemands

Ils sont tous là, de Charlemagne à Franz II. Les 52 rois et empereurs du Saint-Empire romain germanique trônent fièrement sur les murs de la ?Kaisersaal? de style gothique qui n'est ouverte qu'à de très rares occasions. Dotée de cette collection unique de portraits de 2,80 m sur 80 cm, hauts en couleur et peints par les plus grands maîtres de l'époque, la ?Kaisersaal? est considérée comme le joyau incontesté du Römer. 

(Photo SJD lepetitjournal.com/francfort)

Français et Allemands unis plus que jamais

Après un petit prélude musical du jeune ensemble de cuivres Brassolinos dirigé par Sunhild Pfeiffer, le trésorier de la ville de Francfort, Uwe Becker, ouvrira la cérémonie par un discours ponctué de quelques phrases en français qui nous rappelle son attachement à la relation franco-allemande : ?L'Allemagne et la France sont les moteurs de la construction européenne. Vous, jeunes lycéens, ?uvrez à la consolidation de ce lien qui unit les deux pays depuis des années?, s'exclame-t-il. C'est ensuite à la consule générale de France à Francfort, Sophie Laszto, de prendre la parole. Dans une allocution bilingue, elle salue les pays de Victor Hugo et de Goethe et rappelle des événements phares à venir comme la Journée internationale de la Francophonie le 20 mars et le salon du livre de 2017 où l'Hexagone est l'invité d'honneur. Et d'ajouter : ?L'Europe est une force et même si cette dernière rencontre actuellement des difficultés, la France et l'Allemagne trouveront ensemble des solutions pour une fin heureuse?. Vient alors le tour du député socialiste Pierre-Yves Le Borgn', représentant des Français de la 7e circonscription, qui ne saura cacher son émotion de se trouver pour la première fois dans la ?Kaisersaal? la veille de la Journée franco-allemande. ?Plus qu'une amitié, il existe ?une véritable affection? franco-allemande dont témoignent les nombreux jumelages et initiatives entre les deux pays. Le prix du meilleur élève rappelle l'importance de la littérature dans les relations humaines car découvrir une langue, c'est aussi découvrir l'autre?, soulignera-t-il.

(Photo VK lepetitjournal.com/francfort)

Quand l'embarras du choix se transforme en torture

Selon Uwe Becker, choisir un vainqueur parmi les cinq candidats a été une vraie torture pour le jury* qui a eu ?Die Qual der Wahl! Comme à l'accoutumée, c'est Christophe Braouet, président de la DFG, qui annoncera le verdict. Même si les filles restent en supériorité numérique, la parité a cette fois-ci été respectée car ce sont bien un garçon et une fille qui se sont vus attribuer le premier et second prix : Leone Carcano (Freiherr-vom-Stein Schule de Francfort) avec ?Nous sommes Charlie? et sa dauphine Fabia Willi (Humboldtschule de Bad Homburg) pour ?Un regard sur la société française en mutation?. Les trois autres finalistes sont Souhaila Boutachdat de la Bettinaschule de Francfort avec ?Les migrants en France? ; Freya Greiss de la Elly-Heuss-Schule de Wiesbaden avec ?Partir, c'est mourir un peu? et Johanna Weber de Carl-Schurz-Schule de Francfort avec ?Nos premiers pas en France?. Le vainqueur et seul représentant de la gent masculine cette année a donc axé sa dissertation sur l'attaque qui a visé le journal satirique Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 et ému le monde entier. Cette distinction sonne comme un bel hommage rendu à ses auteurs tombés sous les balles de l'obscurantisme pour avoir simplement exprimé leurs opinions. Qu'ils se rassurent, la relève est assurée !

* Le jury était composé de Messieurs Braouet (président de la DFG), Reyher (ancien directeur de la Holzhausenschule) et Triqueneaux (référent linguistique pour la Rhénanie-Palatinat et la Hesse), de Madame Weiß-Bagel (directrice du Schulamt Frankfurt) et soutenu par Madame Waldeier-Odenthal (APDL) 

Sounkoura-Jeanne Dembélé (www.lepetitjournal.com/francfort), mardi 26 janvier 2016

Suivez-nous sur facebook

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet