Attentats de Bruxelles: les débats s'ouvrent avec un coup d'éclat d'Abrini

Par AFP | Publié le 05/12/2022 à 11:05 | Mis à jour le 06/12/2022 à 09:35

"On nous humilie !" Les débats au procès des attentats jihadistes de 2016 à Bruxelles se sont ouverts lundi avec un premier coup d'éclat de Mohamed Abrini, un des principaux accusés, qui a menacé de rester mutique si les conditions de sécurité ne sont pas assouplies.

Le Belgo-marocain connu comme "l'homme au chapeau" --qui a renoncé le 22 mars 2016 à se faire exploser à l'aéroport de Bruxelles-- a demandé la parole quand la présidente assurait que ce procès ne devait pas être "une vengeance d'Etat".

"Ça fait sept ans que je subis une vengeance", a-t-il lancé, jugeant "pitoyables" les conditions de transfert vers le palais de justice, marquées par des fouilles à nu, avec les yeux bandés et "de la musique satanique à fond".

"Les choses doivent changer, sinon je garderai le silence jusqu'à la fin du procès", a mis en garde celui qui avait longuement parlé dans la procédure française du 13 novembre.

Le matin du 22 mars 2016, deux jihadistes se sont fait exploser dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, et un troisième une grosse heure plus tard dans une station de métro du quartier européen. Bilan: 32 morts et plusieurs centaines de blessés.

Ces attentats-suicides, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), ont été perpétrés par la cellule jihadiste déjà à l'origine des attaques du 13 novembre 2015 (130 morts à Paris et Saint-Denis).

Neuf hommes comparaissent à ce procès dont Mohamed Abrini et le Français Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos du 13-Novembre. Un dixième est jugé par défaut car il est présumé mort en Syrie.

- "Pas digne" -

Après le tollé suscité en septembre par un box non conforme au droit européen (ce qui a retardé le procès de près de deux mois), les contestations de la défense se sont portées dès les premières heures des débats sur les conditions drastiques de sécurité imposées aux sept accusés détenus.

afp

"Tous les matins on examine les plis de l'anus de mon client. Est-ce que ça c'est digne ? Qu'est ce qui va sortir de l'anus de mon client ? Un revolver ?" a lancé Jonathan De Taye, avocat d'Ali El Haddad Asufi.

Il a annoncé une mise en demeure du ministère de la Justice afin d'obtenir l'assouplissement des mesures.

L'ambiance a été beaucoup moins électrique après la suspension de la mi-journée. La cour a procédé pendant trois heures à l'appel des centaines de personnes - de diverses nationalités - qui souhaitent obtenir réparation d'un préjudice.

Selon la cour d'appel, on recensait 957 parties civiles constituées avant le début de l'audience. De nouvelles constitutions pourront intervenir la semaine prochaine.

Seules quelques dizaines de ces parties civiles étaient présentes lundi. Parmi elles, la maman de Sascha et Alexander Pinczowski, une soeur et un frère dans la vingtaine, tués à l’aéroport de Zaventem d'où ils devaient s'envoler pour New York.

Après avoir ouvert les débats en début de matinée, la présidente de la cour Laurence Massart s'est livrée à un long exercice de pédagogie à destination des jurés -- 12 titulaires et 22 suppléants sur les 24 prévus.

- "On doit être impartiaux" -

"Notre rôle, c'est de décider, trancher. On doit être impartiaux", a expliqué la magistrate.

Malgré les quelque "300 cartons" de procès-verbaux, le principe est l'oralité des débats, a insisté Mme Massart. "Toute l'enquête va revivre devant vous".

Six des dix accusés ont déjà été condamnés dans le procès-fleuve qui s'est achevé en juin en France pour les attentats du 13-Novembre. Abdeslam et Abrini ont chacun écopé d'une peine de prison à vie à Paris.

Avant la prise de parole d'Abrini lundi à la mi-journée, l'attitude d'un de ses voisins de box, Osama Krayem, avait déjà fait naître des doutes sur la participation des accusés.

Ce jihadiste suédois d'origine syrienne, qui a accompagné le kamikaze du métro avant de rebrousser chemin, a de nouveau refusé lundi de se lever et de répondre aux questions au moment de l'appel.

afp

Les débats, suspendus vers 16H15, doivent reprendre mardi avec le début de la lecture de l'acte d'accusation, prévue sur trois jours.

Les accusés sont censés être interrogés à partir du 19 décembre, et les premiers témoignages de victimes attendus à la mi-janvier.

Les débats doivent durer "jusqu'à fin juin-début juillet", selon la présidente.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition internationale