Vendredi 18 octobre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

APPEL À TÉMOINS – J’ai grandi en expatriation

Par Damien Bouhours | Publié le 26/07/2019 à 00:34 | Mis à jour le 26/07/2019 à 17:00
Photo : Photo by Kamile Leo on Unsplash
appel à témoins grandir expatriation

Vos parents étaient ou sont toujours expatriés ? Vous avez grandi entre plusieurs pays et/ou plusieurs continents ? Vous êtes aujourd’hui dans la vie active et êtes peut-être vous-même déjà parent ? Qu’est-ce que cette expatriation précoce vous a apporté ? Que retenez-vous de cette expérience et en quoi a-t-elle influencé votre parcours ? Partagez votre expérience en nous envoyant votre témoignage à l’adresse votreavis@lepetitjournal.com

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur produits.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

TT dim 04/08/2019 - 10:28

Pourquoi quand c'est un africain (Maghreb et Sud du Sahara) qui part vivre en France, on l'appelle un immigré et quand c'est un français qui part vivre ailleurs on l'appelle tout de suite un expatrié? #CURIEUX

Répondre
Commentaire avatar

Nadia dim 28/07/2019 - 10:37

Pourquoi toujours parler de l'expatriation et jamais de l'émigration? Merci.

Répondre
Commentaire avatar

phénix mar 23/07/2019 - 06:47

Bonjour, je suis né a Phnom-Penh, pour en repartir en 1963, ensuite pour suivre mes parents ils sont mutés en Afrique équatoriale (Congo, Cote-d'ivoire) dont j'ai continué a suivre mes études dans ces pays, arrivé sur le marché du travail, par gout de la vie en outre-mer j'ai continué a voyager dont j'ai eu divers affectations (Tchad, Gabon, Cameroun et Nouvelle-Calédonie), aimant tous ces peuples dont je vivait pratiquement avec eux volontairement pour connaitre leur coutumes, arrivé a la retraite j'ai décidé de poser mes valises au Cambodge, durant toutes ces affectations j'ai pu cultuver mes connaissances de ces peuples en ne regrettant pas mon parcourt social, je suis a Kampot en ce moment et je continu a percourir ce pays et ces habitants que j'aime tant et découvrir a chaque escapade de nouvelles choses, donc en tant que fils d'expatrié cela m'a donné de gout des découvertes et d'étre sociable avec les personnes du cru. Bien cordialement.

Répondre

Famille

Enfants enlevés au Japon, le calvaire sans fin des parents français

Chaque année, au Japon, 150 000 mineurs sont kidnappés par l'un des parents qui coupe tout contact. Le Sénateur Richard Yung a présenté une résolution qui permettrait au parent lésé de garder le lien