Samedi 22 septembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

INTERVIEW – François-Xavier Lienhart, président du nouveau club VIE Japon

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 04/12/2012 à 23:09 | Mis à jour le 10/12/2012 à 13:20

Délégué adjoint de Saint-Gobain pour le Japon et Président du nouveau Club Volontariat International en Entreprises (V.I.E.) lancé jeudi dernier à l'occasion d'une soirée à l'Ambassade de France à Tokyo, François-Xavier Lienhart revient pour lepetitjournal.com sur les missions de club, les besoins auxquels il répond et donne quelques conseils à ceux qui souhaiteraient venir dans l'archipel en utilisant cette formule

Lancé jeudi dernier à l'Ambassade de France à Tokyo, le Club VIE (Volontariat International en Entreprise) est le réseau officiel des anciens VSN, CSN, VIE, VIA en France et dans le monde. Il a pour objet de fédérer et animer une communauté d'anciens coopérants et volontaires, en créant des événements d'échanges ou encore en permettant de développer des rencontres professionnelles. Au Japon, plus de 115 V.I.E sont aujourd'hui répartis dans une soixantaine d'entreprises, tandis que 700 volontaires sont déjà passés dans l'archipel pour effectuer des missions de tous types. Née en 2001, la formule du V.I.E. permet aux entreprises de confier à un jeune une mission professionnelle à l'étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois.

Lepetitjournal.com Tokyo: Pouvez-vous vous présenter ?
François-Xavier Lienhart: Je m'appelle François-Xavier Lienhart et représente actuellement au Japon le groupe Saint-Gobain. Je suis venu dans l'archipel pour la première fois en programme d'échange entre l'Ecole Supérieure de Commerce de Paris et l'université d'Osaka. J'avais déjà fait pas mal de japonais en tant qu'étudiant et, comme prolongement, j'avais commencé à chercher un CSN (Coopération du Service national .ndlr) en entreprise que j'ai finalement effectué à la Banque Indosuez de mi-88 à décembre 89. Je suis ensuite revenu au Japon en 2004. UbiFrance m'a contacté lorsque s'est monté ce club des anciens VIE en me demandant si j'accepterai de bien m'en occuper, cela m'a semblé une bonne initiative et c'est la raison pour laquelle j'ai accepté.

À quels besoins répond la création de ce club VIE ?
Il existe toutes sortes d'endroits de rencontre au Japon, d'associations pour les hommes d'affaires qui ont des responsabilités très importantes comme les Conseillers du commerce extérieur, des réunions à la Chambre de Commerce et d'Industrie Française du Japon (CCIFJ), des contextes plus ludiques comme l'Association des Français du Japon ou celle des Amis de la langue française. Je pense toutefois qu'il y avait un espace qui existait pour de jeunes professionnels qui n'étaient pas nécessairement concernés par ces dernières, et le succès de la réunion de ce soir, avec plus de 70 participants, montre bien qu'il y avait un besoin pour ces personnes en début ou à la première moitié de leur carrière. De plus, un certain nombre d'entre-eux ne travaille pas nécessairement pour des sociétés françaises, et de ce fait se voit un peu exclu de certains cercles franco-français. Ce club des anciens VIE répond aussi à cette demande de personnes qui pourraient être isolées dans certaines entreprises et souhaitent rencontrer des gens qui ont le même parcours pour échanger des expériences et des idées.

Quelle vision avez-vous de ce club ?
Je pense qu'il y a une mission presque institutionnelle, d'ordre d'intérêt général d'aider à la formule du VIE. Chacun des anciens doit se sentir un peu investi du devoir de la promouvoir car elle est intéressante pour l'Etat français, les entreprises et les jeunes qui en bénéficient. Une des missions du club est donc d'accroitre la notoriété de ce programme, de permettre aux anciens VIE d'être plus visible, à la fois dans leur intérêt propre que dans celui des sociétés. Ces dernières peuvent y trouver des personnes qui ont à la fois une bonne formation de départ, avec un bagage théorique mais aussi pratique dans un environnement de travail qui demande des capacités d'adaptation à une autre culture, langue, ce qui est () lire la suite sur notre édition de Tokyo

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

PORTRAIT D'ENTREPRENEUR

Marc Lefebvre : "Être soi-même, c’est le meilleur moyen d’être unique"

Dans une industrie très concurrentielle, l’optique, Marc Lefebvre, CEO de Killine, a décidé d’évoluer dans une entreprise familiale devenue aujourd’hui un acteur global, présent dans 80 pays.

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ
Sur le même sujet