Mardi 22 octobre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le blues du manager

Par Damien Bouhours | Publié le 19/09/2019 à 18:00 | Mis à jour le 19/09/2019 à 18:00
crise manager

Être manager est-il devenu une position peu enviable ? C’est en tout cas ce que révèle une étude pessimiste pour la profession qui ne fait plus rêver les salariés et déprime carrément les premiers concernés, en particulier les Français. 

 

Une étude menée par le Boston Consulting Group (BCG) et Ipsos, auprès de 5000 employés et managers de 5 pays (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France et Royaume-Uni) révèle le mal-être des managers. Selon l’enquête, 37% d’entre eux ne souhaitent plus assurer ce rôle dans les prochaines années. Les employés ne les envient pas plus puisqu’ils ne sont qu’un sur 10 à vouloir décrocher le job. 

 

Les managers français au bout du rouleau

La tendance s’affirme en France où 85% des managers trouvent leur métier plus compliqué qu’avant (contre 81% pour la moyenne occidentale). Ils se sentent d’ailleurs plus stressés (74% contre 69%), plus débordés (78% contre 71%) et même plus démotivés (59% contre 52%). La faute à une hypersollicitation et un hyperstress des managers qui n’arrivent plus à gérer leurs tâches alors qu’ils sont tiraillés de tous les côtés à la fois au bureau mais également par email et sur les plateformes de communication internes. Les managers français se sentent également moins soutenus par leurs supérieurs (67%) et trouvent le cadre de leurs missions trop flou (60%). Le pessimisme des encadrants tricolores est tel que 71% d’entre eux s’attendent à des changements majeurs dans leurs fonctions et ce peut-être en partie à cause du développement du digital et des nouvelles technologies. D’ailleurs, 38% d’entre eux pensent que leur poste aura disparu d’ici 5 à 10 ans. 

crise manager agile

La méthode agile comme solution ? 

 

Pour Yves Morieux, directeur associé senior à BCG Paris, il faut que les entreprises simplifient leurs méthodes et que les managers ne passent plus « l’intégralité de leur temps à gérer des complications ». 

Le Boston Consulting Group insiste également sur l’adoption de la méthode agile par les entreprises. Cette méthode est utilisée dans les start-ups de la Silicon Valley depuis les années 2000 et fait aujourd’hui des émules auprès de grands groupes dans des secteurs plus traditionnels. Elle favorise les projets, les collaborations, et vise à rendre les équipes plus autonomes. Les équipes peuvent ainsi être multidisciplinaires et créatives tandis que les managers participent au bon déroulement des projets en motivant leurs collaborateurs et en garantissant leur alignement et autonomie. Pour Vinciane Beauchene, directrice associée au BCG et auteur de l’étude : « L’agile peut être un remède à la crise managériale actuelle mais nécessite une refonte profonde des parcours de carrière et de développement des compétences. Un sujet qui doit être pris en main par les directions générales. »

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur produits.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Commuter : expat à temps partiel !

On l'aura compris, les expatriés au sens classique du terme sont bel et bien en voie d'extinction ! De nouvelles formes de mobilité internationale, dont le commuting, sont fortement appréciées

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ
Sur le même sujet