Jeudi 20 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ESCAPADES - Guide Vert Michelin: Transalpina et Transfagarasan

Par Escapades en Roumanie | Publié le 07/09/2018 à 00:00 | Mis à jour le 07/09/2018 à 00:00
Photo : Flickr / Zaprin Geguskov
37732490516_508187045c_c

Votre Guide Vert Michelin vous propose pour cette rentrée, un voyage sur les traces d’Emmanuel de Martonne, à la découverte de deux routes spectaculaires : Transalpina et Transfăgărășan.

 

 

Pour l'année du Centenaire de la Grande Union de 1918 nous vous proposons une escapade sur les traces du géographe français Emmanuel de Martonne. Sa plus grande contribution a été sans aucun doute son influence dans la réalisation du dessin de la frontière occidentale entre la Roumanie et la Hongrie, lors des discussions précédant la signature du Traité de Trianon en 1920.

Les deux routes Transalpina et Transfăgărășan sont liées au travail du géographe. Deux de ses études, "La Valachie" et "Recherches sur l'évolution morphologique des Alpes de Transylvanie" ont eu comme centre d’intérêt la Roumanie. Les montagnes de Parâng, traversées par la route Transalpina, ont fait aussi l'objet de ses recherches. Dans plusieurs de ses campagnes sur le terrain, Emmanuel de Martonne a vécu dans des bergeries, pour documenter la vie des bergers, leurs habitudes et bien-sûr la toponymie locale. Dans les montagnes de Făgăraş, traversées par la route Transfăgărășan, le géographe a étudié l'évolution des cirques et des lacs glaciaires, mais aussi la communication entre les habitants situés sur les deux pentes de la montagne.

 

Transalpina


Transalpina (DN 67C) est la route de Roumanie située à la plus haute altitude, qui relie les régions de la Transylvanie et de la Munténie (Valachie), en passant par la crête des Carpates.

transalpina


Le cadre historique de cette route n’est pas entièrement connu : certaines sources historiques affirment que les Romains ont été les premiers qui ont construit une route à travers les montagnes Parâng, pour relier la Dépression de la Transylvanie aux Sous-Carpates Gétiques (Subcarpații Getici) et à la Grande Plaine Roumaine (Câmpia Română), pendant les guerres contre les Daces. Depuis l’Antiquité, cette route a servi à la transhumance, étant empruntée par les bergers qui descendaient leurs moutons chaque automne, pour les remonter jusqu’aux plateaux alpins (situés en dessus de la limite supérieure des forêts) au printemps.


La route a été pavée par les Allemands pendant la Première Guerre Mondiale, mais l'inauguration officielle n'a été célébrée qu'en 1938, par le roi Carol II de Roumanie, la route étant désormais appelée « La Route du Roi ».

transalpina


Pendant les 70 ans qui ont suivi son inauguration, la route n'a pas été entretenue comme elle se devait, ce qui l’a rendue presque impraticable. Des travaux d'asphaltage ont débuté en 2009 et se sont achevés en 2013 lorsque Transalpina est devenue la route asphaltée de Roumanie située à la plus haute altitude. Le Col d'Urdele, situé à 2 145 m d’altitude, est le plus haut point de la route qui relie les villes de Sebeş et de Novaci.


Aujourd’hui, la route est considérée comme étant toujours en construction, la circulation y étant interdite durant la nuit et pendant l'hiver. Depuis le Col d'Urdele, les amateurs de randonnées peuvent se rendre en quelques heures au lac Gâlcescu, un lac glaciaire déclaré monument naturel en 1932. La route passe aussi par la station de montagne Rânca, dans le comté de Gorj.

 

 

Transfăgărășan


La route nationale (DN) 7C, également connue sous le nom de la Transfăgărășan, est la deuxième route la plus haute de Roumanie, située à 2 045 mètres d’altitude, dans les montagnes de Făgăraș.


La « Route entre les Nuages » a été construite entre 1970 et 1974 à l'initiative de l’ancien dictateur roumain, Nicolae Ceaușescu, en tant que lien entre deux régions de la Roumanie : la Transylvanie et la Munténie (Valachie). Cette route pittoresque, ayant 151 kilomètres de longueur, traverse les comtés d'Argeș et de Sibiu, en partant du village de Bascov, près de Pitești, pour arriver au village de Cârţişoara.

transfagarasan
Source: Max Pixel


Pour sa construction environ 20 tonnes de dynamite et 3 573 tonnes de ciment ont été utilisées. La construction de cette route s’avérait nécessaire car, après l'invasion de la Tchécoslovaquie en 1968 par les troupes soviétiques, Ceausescu s’est rendu compte que la Roumanie devait se protéger au cas où l'URSS tenterait une opération en Roumanie. Cette route pourrait donc devenir un point stratégique en cas de conflit militaire, en reliant les garnisons de Pitești avec celles de Sibiu.


La construction n'a pas été facile, et a coûté la vie à de nombreuses personnes, les conditions climatiques très difficiles étant le principal obstacle des travailleurs. Dans des conditions normales et à cause du froid, du vent et de la neige, le travail pouvait être possible durant seulement 4-5 mois par an ; cependant, en ignorant ces aspects, la construction s’est étendue sur toute la durée de l'année. Pour achever les travaux le plus vite possible, des soldats, des paysans et des intellectuels venant des prisons communistes, y ont été emmenés de force pour y travailler.


En 2009, Jeremy Clarkson, l'un des réalisateurs de l'émission auto britannique Top Gear, à l’occasion d’un tournage en Roumanie, a déclaré que la Transfăgărășan est l'une des routes les plus spectaculaires au monde.


En plus des paysages époustouflants, la route est enrichie par de nombreux objectifs touristiques : le lac glacier de Bâlea (situé à 2 034 mètres d’altitude, le plus grand lac glaciaire des montagnes de Făgăraș), le Chalet « Bâlea Lac » ; les chutes d’eau Capra et Bâlea; le lac artificiel créé par le barrage de Vidraru (haut de 166 mètres et ayant 307 mètres de longueur à son couronnement ); la forteresse de Poenari (une des résidences du voïévode Vlad Țepeș); le monastère de Curtea de Argeș (l'un des monastères les plus importants du pays, étant aussi la nécropole de la famille royale de Roumanie).

balea-lac-cabane


A noter que plusieurs événements dédiés à l'activité du géographe français Emmanuel de Martonne sont organisés en Roumanie à l'occasion du Centenaire.

 


Pour les arrêts nécessaires nous vous recommandons:


Hébergement : Posada, B-dul Basarabilor nr. 27-29, Curtea de Argeș ; Casa Moșului, Cârțișoara nr. 395, Cârțișoara; Conacul lui Maldăr, Măldărești (à 1,5 km au sud de Horezu par la route 65C), Horezu (restauration aussi).


Restauration : Domnesc, B-dul Basarabilor nr. 106, Curtea de Argeș.

 

Pour plus de suggestions, ainsi que pour calculer votre itinéraire consultez le Guide Vert Michelin Roumanie et les sites internet: https://voyages.michelin.fr/ et https://www.viamichelin.fr/.

 

Equipe d’Edition et photos:
Andra-Florentina
Mihnea-Cristian Popa  
Raluca-Elena Iarca
Theodor Cepraga

 

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s)Réagir