Dimanche 27 septembre 2020

LEGENDE - La statue de Cùchulainn

Par Lepetitjournal Dublin | Publié le 25/11/2009 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 14:06

En allant déposer votre courrier, retirer un colis ou simplement en passant devant la Poste Centrale de Dublin, avez-vous prêté attention à la statue de bronze trônant derrière une vitre donnant sur O'Connell Street? Sculptée par Oliver Sheppard en 1911, elle représente la mort de Cùchulainn, l'un des héros de la mythologie celte. Retour sur une légende devenue symbole

(Photo: www.anchorguesthouse.com)

Cùchulainn, le "chien de Culann"                                                         
Né sous le nom de Setanta, fils du roi Connor et de la reine Dechtire, le héros est aussi le fils du dieu soleil, Lugh. Il fut rebaptisé Cùchulainn, "chien de Culann"en gaélique, suite à un incident de jeunesse : alors qu'il voulait pénétrer chez le forgeron Culann qui donnait une réception, il se fît attaquer par son colossal chien de garde. Le jeune garçon le tua à mains nues. Face au désarroi du propriétaire, il proposa de remplacer le chien et de garder lui-même la demeure. Outre son nom, cet épisode annoncait la force surhumaine du héro, qui s'illustra par la suite comme un guerrier féroce dans de nombreuses batailles pour défendre son Ulster originel.                                                                                      

Une mort glorieuse                                                                                  
Les origines divines de Cùchulainn lui conféraient de multiples avantages, comme celui de pouvoir adopter n'importe quelle apparence, mais également des contraintes. Ainsi, le jeune homme ne pouvait ni refuser une invitation à un repas, ni manger du chien. Ces deux règles le perdront. Alors qu'il était en route pour combattre la reine Medb, son ennemie de longue date bien décidée à envahir l'Ulster, Cùchulainn est détourné de son chemin par trois sorcières. Les personnages maléfiques, engagés par la reine Medb, attaquent ainsi le demi-dieu armées de brochettes de chien grillé. Le héros et sa monture sont touchés, mais ne peuvent battre en retraite car les sorcières ont déjà lancé l'invitation à dîner. Cùchulainn ressortira affaibli de ce piège sournois. Il n'a pas la force d'éviter un javelot qui lui transperce l'estomac. Combatif jusqu'au bout pourtant, le héros s'attache avec sa ceinture à un pilier pour pouvoir rester droit. Ce n'est que lorsqu'une corneille, symbole de mort, se posa sur son épaule, que ses ennemis osèrent s'approcher de ce guerrier légendaire.

Un symbole
                                                                                                                                                          
Si la statue de Cùchulainn est exposée dans la salle des courriers, ce n'est pas simplement pour son esthétique. La poste ayant été le siège de l'insurrection des Républicains irlandais contre le royaume britannique durant les six jours qui ont suivi le lundi de Pâques en 1916, Cùchulainn représente le courage et la ténacité des rebelles, même affaiblis, face à un ennemi plus équipé en armes et en hommes. La révolution s'est soldée par la mort des insurgés, mais leurs noms sont gravés sur cette statue de bronze. Le héros mythique est également invoqué par les Unionistes de l'Ulster qui le considèrent comme l'infatigable défenseur des terres du nord contre les ennemis venant du sud.  

Cécile Wendling, (www.lepetitjournal.com/dublin) mercredi 25 novembre 2009                                                    

logofbdublin

Lepetitjournal Dublin

LePetitJournal.com/Dublin, c'est le média de référence on-line pour les Français et francophones d'Irlande et de tous les amoureux de l’ile d'émeraude
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Irlande

L’épopée viking : zoom sur l’Irlande !

Si le mot « Viking » vous intrigue et vous laisse imaginer des troupes assoiffées de pouvoir, de richesses, d’aventures et de conquêtes, celui-ci évoque également une grande période de troubles en Irl

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien

Sur le même sujet