INSTITUTION - L'Alliance Française fête ses 50 ans

Par Lepetitjournal Dublin | Publié le 19/01/2010 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 14:45

L'Alliance Française fête ses 50 ans de présence à Dublin cette année. L'occasion de présenter cette institution chère aux Irlandais francophiles et les évolutions qui l'accompagnent : un site internet modernisé, des programmes et des inscriptions en ligne, des événements culturels plus nombreux ouverts à tous? Claire Bourgeois, directrice et déléguée des Alliances Françaises en Irlande depuis l'automne 2008, a donné un coup d'accélérateur à tous ces changements. Elle nous présente ses projets de modernisation et les activités mises en place. 2010 s'annonce une année prometteuse.

(Remise des insignes des Palmes Académiques à Claire Bourgeois par l'Ambassadeur de France Yvon Roé d'Albert, en novembre 2009 - photo Lepetitjournal.com)

- Quel est votre parcours professionnel ?

J'ai débuté par l'enseignement du français Langue Etrangère, d'abord au Cambodge pendant un an et me suis spécialisée ensuite dans les nouvelles technologies de l'enseignement en travaillant pendant sept ans à l'Insa de Lyon. Parallèlement, j'ai travaillé dans le milieu de l'édition et des festivals littéraires. En 2001, j'ai souhaité repartir à l'étranger et on m'a proposé un poste de directrice adjointe à l'Alliance Française de Toronto au Canada où j'ai passé quatre ans. Une première expérience en Alliance très formatrice après laquelle j'ai été nommée à la tête du centre de langue de l'Alliance Française de New York pour trois ans. Une très grosse machine avec 60 professeurs et 6.000 étudiants. On m'a ensuite proposé Dublin pour un poste de directrice de l'Alliance Française et de déléguée générale des Alliances Françaises en Irlande. J'ai sauté sur l'occasion ! Rentrer en Europe était un vrai plaisir et c'est un très beau poste. L'Irlande a l'avantage d'être très proche de la France et d'être en même temps très différente. C'est un pays qui a gardé une culture très forte et le travail m'intéresse énormément.

- Quelles sont vos responsabilités en tant que directrice de l'Alliance Française de Dublin et déléguée générale des Alliances Françaises d'Irlande ?
Les responsabilités sont plus importantes et le travail plus complet : modernisation de l'établissement, gestion des équipes, projets culturels et pédagogiques, partenariats avec les institutionnels locaux. Les Alliances Françaises ont un fonctionnement très original car ce sont toutes des associations locales dans le pays où elles se trouvent. Ce sont ici des Irlandais férus de langue et de culture française qui les ont créées. En Irlande, il y a six Alliances Françaises et seulement deux personnes détachées du ministère des Affaires étrangères, sinon le personnel est recruté localement.
Les Alliances Françaises sont autonomes. Je les aide surtout pour du conseil, un soutien dans la gestion et la mise en place de formations. Des projets à l'échelle nationale permettent par exemple de développer les nouvelles technologies de l'information et de l'éducation et de former les équipes pour une remise à niveau sur le cadre européen de références pour les langues, afin de mieux évaluer les élèves et de mieux informer nos étudiants. En juin dernier, nous étions ainsi une cinquantaine du réseau irlandais réunis pendant deux jours. C'était l'occasion de partager et d'échanger. C'est un réseau qui fonctionne au niveau des Conseils d'administration sur la bonne volonté de quelques-uns, par amour de la culture française.

- Pourquoi cet amour de la langue française ?
Cela me surprend de voir à quel point les Irlandais sont francophiles. Le français est la première langue étrangère enseignée. Il y a une amitié indéfectible qui est très ancienne et très précieuse. Nous comptons 4.000 étudiants par an et l'Alliance Française de Dublin est la troisième d'Europe après Paris et Bruxelles ! Les Français ne se rendent pas toujours compte à quel point nous avons de la chance d'avoir ce très beau réseau international avec 1.300 Alliances de par le monde. Le Festival de Cinéma de Cork par exemple est devenu une véritable institution et il est organisé par l'Alliance Française de Cork. Les autres Alliances ont une activité culturelle plus modeste, mais les équipes font preuve d'un grand dynamisme et j'essaie de leur donner de l'envergure. A Galway, il n'y en avait plus depuis 5 ans. Elle vient tout juste de rouvrir.

- Quel est votre bilan depuis votre arrivée en 2008 ?
Grâce à une équipe dynamique et enthousiaste, beaucoup a été fait pour la modernisation de l'établissement. Au niveau de notre centre de langue, il était important de mettre à niveau notre enseignement pour se conformer aux niveaux européens d'apprentissage. De nouveaux programmes ont été créés, notamment pour les tout petits, entre 1 et 4 ans. L'équipe pédagogique de l'Alliance Française de Dublin, très compétente, collabore à des projets pilotes comme par exemple la réalisation de parcours pédagogiques pour tableau interactif, téléchargeables sur le site de TV5 Monde.
Au niveau informatique : nous avons modernisé notre site internet, les étudiants peuvent désormais s'inscrire en ligne et évaluer nos services. Notre réputation repose sur la qualité de ce que nous offrons.
Au niveau culturel, nous essayons de faire mieux en attirant des publics très variés et de plus en plus larges. Nous avons maintenant un espace galerie photographique au Café des Amis. Je me suis entourée d'un comité de spécialistes de la photographie sur Dublin, ce qui nous permet d'exposer des photographes extrêmement talentueux de nos deux pays. Nous collaborons régulièrement avec le Service culturel de l'Ambassade de France et notre festival de littérature franco-irlandais est plus que jamais une institution en Irlande. Nous avons un programme régulier de conférences, concerts, ateliers, soirées festives et activités variées de grande qualité.

- Et pour les Français vivant en Irlande ?
Nous avons beaucoup investi sur la notion de ?membre? de l'Alliance Française. Les membres ont accès à une médiathèque (gérée conjointement par l'Alliance Française et l'Ambassade de France) particulièrement riche, que ce soit en ouvrages littéraires (classiques et derniers prix littéraires, littérature irlandaise en français, etc.), magazines, ressources sur la France et films. Ils peuvent participer à nos activités à tarif réduit et bénéficier de réductions chez nos partenaires tels que de nombreux restaurants et magasins français de Dublin... L'Alliance Française est un lieu de rencontre et d'échanges entre nos communautés. Les Français y sont toujours les bienvenus !

- Pour cette année ?
2010 marque les 50 ans de l'Alliance Française à Dublin, créée donc officiellement en 1960 même si une activité d'enseignement existait déjà avant cette date? 2010 est donc l'occasion de célébrer pendant toute l'année. Nous allons renforcer les événements que nous organisons déjà nous-mêmes et ceux que nous organisons avec nos partenaires : Irish Film Institute, Dublin Dance Festival, etc? Nous aurons un dîner de gala prestigieux en mai et je cherche aussi à créer des liens avec la Bretagne. L'idée est de travailler avec cette région pour la St Patrick notamment et lors d'une traversée Roscoff-Dublin sur le vieux gréement le Belem en juillet. Il est fréquent que les Alliances Françaises aient des relations privilégiées avec une région ou un département de France. Le mieux est de rétablir un cousinage celtique !
Après 50 belles années, l'Alliance Française se doit de rayonner et proposer une belle offre de formation et de culture et encore plus aujourd'hui à une époque de récession et de mondialisation !

Propos recueillis par Catherine Legras (www.lepetitjournal.com/dublin) mardi 19 janvier 2010



logofbdublin

Lepetitjournal Dublin

LePetitJournal.com/Dublin, c'est le média de référence on-line pour les Français et francophones d'Irlande et de tous les amoureux de l’ile d'émeraude
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dublin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Gael Parent

Rédacteur en chef de l'édition Dublin.

À lire sur votre édition locale