Lundi 1 juin 2020
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Dieselgate: deux patrons de Volkswagen évitent un procès avec un accord à 9 millions d'euros

Par AFP | Publié le 20/05/2020 à 07:35 | Mis à jour le 21/05/2020 à 11:01
b6b4891ec8cd34f72f65e52fc142ef6a9bdf8e3b

Volkswagen a fait un important pas supplémentaire vers le dénouement judiciaire du scandale des moteurs truqués, avec la fin d'une procédure pénale particulièrement sensible visant les deux plus hauts dirigeants du groupe contre un payement de 9 millions d'euros.

Renvoyés en septembre 2019 pour manipulation des marchés financiers dans le cadre du "dieselgate", Herbert Diess, PDG de Volkswagen depuis avril 2018, et le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, vont finalement éviter un procès après un accord avec le procureur de Brunswick (nord).

"Le conseil de surveillance salue la fin de la procédure", a indiqué mardi soir un porte-parole du groupe, confirmant l'accord. Volkswagen prendra en charge le paiement de 4,5 millions d'euros par mis en cause, car il n'a pas identifié de "manquements aux devoirs envers l'entreprise" de la part des deux dirigeants, accusés d'avoir informé trop tard les investisseurs de la fraude sur les voitures diesel, a ajouté cette source.

Il ne s'agit que d'une des multiples procédures liées à ce scandale tentaculaire. Il avait éclaté en septembre 2015, quand Volkswagen avait reconnu avoir truqué 11 millions de véhicules avec un logiciel capable de les faire apparaître moins polluants lors de tests en laboratoire que sur les routes, révélation qui avait fait chuter le cours de l'action VW en Bourse.

afp

Pour le groupe, cette enquête pénale contre ses actuels dirigeants était une des plus délicates: il s'agissait notamment de déterminer à quel moment le directoire avait été informé de la triche et des risques qui en découlaient.

"Lors du renvoi en septembre 2019 comme aujourd'hui, les conseillers juridiques et les représentants de l'entreprise estiment que les accusations contre M. Pötsch et M. Diess sont sans fondement", précise le groupe dans un communiqué. "Il est dans l'intérêt de l'entreprise de mettre fin à ces procédures."

- 30 milliards d'euros -

Herbert Diess était à la tête de la marque phare VW et M. Pötsch directeur financier le 18 septembre 2015, quand les révélations des autorités américaines avaient plongé l'industrie automobile allemande, pilier de l'économie du pays, dans une crise inouïe qui la poursuit jusqu'à aujourd'hui.

afp

Volkswagen a toujours soutenu que le directoire n'avait eu connaissance de l'ampleur totale des risques juridiques et financiers qu'à ce moment et a donc respecté ses obligations de communication financière.

Le patron de l'époque, Martin Winterkorn, avait lui aussi été renvoyé en septembre dernier pour "manipulation du cours de bourse", en plus d'un renvoi précédent pour "fraude aggravée".

L'ex-patron reste dans sous la menace d'un procès, son cas n'étant pas couvert par l'accord annoncé mardi. Mais pour le volet lié aux marchés financiers, un dénouement semblable pourrait également intervenir bientôt, selon la presse allemande.

M. Pötsch est toujours visé par une enquête du parquet de Stuttgart pour manipulation de Bourse; l'ancien patron de la marque Audi, Rupert Stadler, attend aussi un procès.

Des investisseurs réclament encore un dédommagement dans le cadre d'une procédure groupée ouverte en septembre 2018. Mais la fin de l'enquête pénale vient renforcer la défense du groupe dans ce dossier.

afp

Le "dieselgate" a déjà coûté plus de 30 milliards d'euros au constructeur allemand, qui tente depuis de redorer son image en misant sur la voiture électrique.

L'essentiel de cette somme (frais juridiques, amendes et dédommagements) a pour l'heure été déboursé aux Etats-Unis, notamment en indemnisant généreusement les clients pour la reprise de leurs véhicules.

En Allemagne, le constructeur a payé trois amendes d'un total de 2,3 milliards d'euros.

Fin avril, un autre volet du scandale à tiroirs s'est refermé: Volkswagen va débourser au moins 750 millions d'euros pour rembourser 235.000 clients regroupés dans un procès sans précédent en Allemagne, similaire à une "class action" à l'américaine, en vertu d'un accord à l'amiable.

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS dim 24/05/2020 - 16:19

De deux choses l’une ? Où tout ce beau monde fortement rémunéré gravitant dans les hauteurs financières et opérationnelles de WV sont des professionnels et ils ... n’ont rien vu de cette énormité disent-ils? Donc incompétents et à ce niveau on peut en douter ? Ou tout simplement ils mentent d’un commun accord ce qui est fort probable et donc « en bande organisée » en "complices", pénalement c'est ainsi qu'on nomme la situation , comment faire autrement? Qui ne peut comprendre que VW parfaitement au courant de son "organisation" soit aujourd'hui dans l'obligation de couvrir ses plus hauts responsables? Nécessité absolue de garder le silence et payer tout autour, tout ce qui médiatiquement ronchonne un peu trop fort! Voilà donc l’Europe de Merkel en action par les faits! Oui mais ne sommes nous dans cette même galère UE également complice alors? Comment ne pas comprendre que si ces dirigeants mafieux à grande échelle étaient condamnés à la prison comme ils le méritent, leurs langues de vieux fortunés qui ne veulent finir leurs jours entre les barreaux, se délieraient immédiatement sur la Costa Brava! Comment ne pas comprendre alors que VW « arrose » à 360° dont évidemment immédiatement aux USA plus férus pour ce genre d’actions en justice for l’argent ! Pour nous Peuple européen d'en bas, quel moindre imbécile bricoleur dans son garage peut croire que peut passer inaperçue une escroquerie technique d’une telle ampleur d'études et mises au point, obligeant l’intervention de centaines d’opérateurs du haut en bas de l’échelle hiérarchique intellectuelle et manuelle? Incroyable monde de l’argent d'accord mais en ALLEMAGNE personne ne semble bouger! Ainsi cette énorme escroquerie INTERNATIONALE par une identité NATIONALE portant l'estampille EUROPE semble donc se « négocier » en justice avec arrosage bakchich tout azimut sans condamnation pénale carcérale ferme ! Pas si extraordinaire de nos jours généraux politiquement mafieux me direz-vous? Par contre aucun Allemand lui-même NATIONALEMENT ne semble s’en affliger ? Seraient-ce encore questions de gènes fâcheux ? Encore un silence énorme national? Encore un « on ne savait pas »… mais qui aurait du supposer? Encore une action "tordue" à la Prussienne qui ressortirait selon des procédés internationaux de suprématie sans limites morales et de mensonges à la face du monde? Encore et toujours l’action parfaitement programmée d’une bande organisée sans scrupules suivie par un Peuple muet? Le monde des autres Peuples a pu en voir déjà les catastrophes historiques! Aux Allemands donc d’en juger pour eux-mêmes mais les faits nous obligent déjà nous-mêmes encore et encore à juger l’Allemagne et....... l'UE qu'elle domine et qui nous exploite !

Répondre

Le Mag

Chennai Appercu
#MAVIEDEXPAT

Une "confinée" à Pondichéry se déconfine doucement (3)

Arrivée par hasard en Inde il y a 10 ans, Isabelle Pacaud n'est plus jamais repartie. Aujourd'hui résidente de Pondichéry, elle nous raconte, avec ses mots, son quotidien de "confinée".