Dimanche 15 septembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Départ à l’étranger : comment gérer votre couverture santé ?

Par Gérez votre patrimoine avec Equance | Publié le 21/08/2019 à 17:00 | Mis à jour le 21/08/2019 à 17:00
etranger santé equance

C’est souvent la dernière chose à laquelle on pense, alors qu’il s’agit d’un point crucial. Qu’il s’agisse d’une expatriation, d’un échange universitaire, d’un stage ou même de vacances, il est important de s’assurer une bonne couverture santé lorsque l’on part à l’étranger.

Les Français sont habitués à ce que leurs frais médicaux soient (presque) entièrement pris en charge par la sécurité sociale et leur mutuelle, tout en bénéficiant du tiers payant. Mais voilà : à l’étranger, les règles valables en France ne s’appliquent plus. D’où l’importance de bien anticiper ces situations.

 

À chaque pays sa protection sociale

Lorsqu’une personne part à l’étranger, le système de sécurité sociale qui s’applique en cas de frais de santé devient celui du pays-hôte. En clair, la sécurité sociale française ne s’applique plus ! Dans certains cas, notamment en cas d’installation de longue durée, les expatriés peuvent choisir de s’affilier au système local. Mais attention : la prise en charge des soins est souvent moins avantageuse qu’avec le système français.

Pour les voyages de courte durée (voyage, stage, échange universitaire) dans l’Union européenne, la Suisse, la Norvège ou l’Islande, la prise en charge est simplifiée grâce à la carte européenne d’assurance maladie (CEAM) qu’il ne faut pas oublier de récupérer (gratuitement) avant son départ. Cette carte permet de bénéficier automatiquement du système de santé public du pays d’accueil sans faire la moindre démarche d’affiliation. Les prestations médicales sont ainsi réalisées sur présentation de la CEAM dans les mêmes conditions et aux mêmes prix que pour les assurés du pays de séjour. Dans le cas d’un simple voyage de vacances à l’étranger, lorsque le tiers payant ne s’applique pas, la personne peut attendre d’être de retour en France pour demander un remboursement de ses frais de santé aux taux de la sécurité sociale française et de sa mutuelle.

 

L’assurance complémentaire, une solution pour être mieux remboursé

Pour bénéficier d’une réelle couverture santé à l’étranger, il est recommandé de souscrire une assurance santé internationale au 1er euro, quel que soit le statut de la personne (salarié, stagiaire, étudiant, vacancier ou retraité).

Comme son nom l’indique, l’assurance internationale au 1er euro a pour caractéristique de prendre en charge les frais de santé dès le premier euro déboursé à l’étranger par l’assuré. Cette assurance permet généralement un remboursement plus rapide et plus intégral que le système de sécurité sociale local. Il reste important de consulter les grilles de prestations avant de souscrire, notamment pour choisir les garanties adéquates et connaître les taux de remboursements en fonction du pays d’expatriation.

Cette assurance se caractérise par sa flexibilité et son adaptabilité. Elle peut offrir à l’assuré une couverture complète en fonction de ses besoins : hospitalisation, maternité, frais dentaires, etc. Le montant de la prime dépend à la fois des options choisies, de l’âge de la personne et de sa zone de destination. Les assureurs peuvent proposer des offres « types » pour les départs de courte durée : Erasmus, stage ou échange universitaire par exemple.

L’assurance au 1er euro peut également prendre en charge les questions de prévoyance en couvrant les frais en cas de perte d’autonomie ou de décès. La plupart des contrats permettent également de souscrire en option à une garantie d’indemnité journalière ou à un doublement du capital-décès pour mieux protéger sa famille.

 

 

S’inscrire à la Caisse des Français de l’étranger (CFE)

Une autre possibilité s’offre aux expatriés français qui ne souhaitent pas souscrire à une assurance au 1er euro : s’inscrire à la Caisse des Français de l’étranger (CFE).

La CFE est un organisme privé chargé de service public, qui permet aux Français de bénéficier d’une continuité de leurs droits sociaux dans tous les pays du monde avec les mêmes modalités que s’ils se trouvaient en France. Sont ainsi remboursés selon le barème de la sécurité sociale française les frais de maladie, de maternité et d’invalidité, mais également les accidents du travail, et ceci sans délai de carence. L’adhésion à la CFE permet également aux personnes salariées de continuer à cumuler des trimestres pour leur retraite française. Attention toutefois : une consultation chez un généraliste sera remboursée jusqu’à 23 euros comme en France, mais dans certains pays comme les Etats-Unis, une consultation peut coûter jusqu’à 10 fois plus cher. La souscription à la CFE peut être complétée par une assurance Internationale complémentaire pour palier à cela.

L’inscription à la CFE s’accompagne d’une cotisation dont le montant dépend de l’âge de la personne et de la composition de la famille dans le cas où l’ensemble du foyer familial s’expatrie. Si la personne est détachée à l’étranger par une entreprise française, celle-ci prend généralement en charge l’inscription et la cotisation à la CFE.

 

 

En résumé, il existe 2 modalités principales dans la gestion de votre assurance santé lors de votre expatriation. Le choix dépend du pays de séjour et de votre besoin de couverture. Chez EQUANCE, nos experts sont disponibles pour vous accompagner et vous aider à trouver la formule qui facilite la prise en main de votre santé.

 

Dans votre démarche d’expatriation, faites-vous conseiller.

Article rédigé par Guillaume DENIS-PLOYARD, Responsable Communication Marketing et Digital, Equance avec l'aimable participation de Julie PINEAU, International Distribution and Partnerships Director pour MSH International.

 

 Suivez-nous sur :  

 

 LINKEDIN -   TWITTER -   FACEBOOK 

 

Nous contacter 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat & Vie Pratique

Hong Kong Appercu
EXPATRIATION

Ils ont choisi Hong Kong et nous expliquent pourquoi

Paola, Guillaume et Anne viennent d’arriver à Hong Kong. Ils ont tous des origines et des projets différents. Ils nous parlent de leurs rêves et de ce qui les fait vibrer dans la ville.

Expat & Emploi

Hélène Piquion, de la finance de marché à la foodtech

Après presque 20 ans à collaborer avec des fonds alternatifs et banques d’affaires, Hélène Piquion a investi le secteur londonien de la livraison de repas à domicile avec sa société Ratatouïe.

Le Mag

Hong Kong Appercu
DÉCOUVRIR L'ASIE

10 îles à visiter à Hong Kong

Saviez-vous que l’archipel hongkongais regroupe plus de 260 îles? Nous vous avons fait une sélection des 10 îles à visiter à Hong Kong.