Lundi 10 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Plastic Odyssey, un tour du monde contre la pollution plastique

Par Gaëlle Picut | Publié le 04/11/2018 à 18:01 | Mis à jour le 15/11/2018 à 13:19
Photo : © LUCAS SANTUCCI / ZEPPELIN NETWORK
plastic odyssey dakar recyclage plastique

Quatre jeunes Français ont mis au point un bateau capable d’avancer grâce aux déchets plastiques. Ils entameront un tour du monde dès 2020 et passeront à deux reprises au Sénégal. Objectif : lutter contre la pollution plastique en diffusant des techniques de recyclage adaptées à chaque pays. 

En 2016, Simon Bernard, jeune ingénieur diplômé de l’école de la marine marchande, est en escale dans la baie de Hann à Dakar. « En voyant la pollution d'un côté et en rencontrant des Sénégalais qui cherchaient des petits boulots de l’autre, j'ai eu envie de me lancer dans le développement de petites machines de recyclage qui pourraient permettre d'initier des micro-entreprises locales et de faire vivre des gens tout en évitant la pollution. C'est comme ça qu'est né Plastic Odyssey » explique-t-il.

 

Notre ambition est de montrer que la collecte des déchets peut devenir rentable et génératrice d’emplois

 

Simon Bernard
Simon Bernard (Photo Stéphane Tourné)

 

Le but du projet n’est pas de nettoyer les océans, déjà largement pollués par le plastique. En effet, une fois en mer, il est trop tard. Seulement 1% des déchets plastiques flottent à la surface de nos océans. Les 99% restant se décomposent en micro-particules et tapissent les fonds marins. Chaque jour, près de 26 000 tonnes de déchets plastiques sont déversées dans l’océan. A ce rythme, l’ONU Environnement prédit qu’en 2050, l’océan contiendra plus de matière plastique que de poissons. Or près de 80% des déchets plastiques océaniques proviennent de sources terrestres. Pour arrêter la fuite de cette matière dans nos océans, il faut agir directement sur le littoral. Et c’est à partir de ce constat, qu’est né Plastic Odyssey, un projet un peu fou au départ mais auquel s’est rallié de nombreux scientifiques.

 

plastic odyssey tour du monde recyclage plastique
Les fondateurs de Plastic Odyssey © LUCAS SANTUCCI / ZEPPELIN NETWORK

 

L’ambition de Plastic Odyssey est de montrer que les déchets plastiques peuvent avoir de la valeur et convaincre le maximum de pays d’initier des projets à taille humaine et répondant aux problèmes/besoins locaux.

« De nombreuses solutions émergent aujourd’hui pour réutiliser, recycler ou récupérer le plastique. Malheureusement celles-ci sont trop souvent inconnues ou inadaptées aux besoins des populations les plus touchées par la pollution côtière » estime Simon Bernard. « Notre ambition est de montrer que la collecte des déchets peut devenir rentable et génératrice d’emplois. Des centaines de personnes pourraient collecter du plastique pour vivre tout en nettoyant les côtes par la même occasion, évitant ainsi que les plastiques finissent dans l’eau ».

Dans un premier temps, la jeune équipe a mis au point un prototype, un bateau démonstrateur de 6 mètres, baptisé Ulysse et qui préfigure le catamaran de 25 mètres qui doit prendre la mer en mars 2020. L’objectif de ce prototype qui fait actuellement le tour de France est de promouvoir le projet et de trouver des financements.

Le périple de Plastic Odyssey devrait durer 3 ans, avec 33 étapes. Les côtes d’Afrique de l’Ouest, d’Amérique latine, d’Asie-Pacifique et d’Afrique de l’Est seront successivement parcourues. Une escale de 3 semaines est prévue à Dakar fin 2020 ou début 2021 et une autre à Ziguinchor en fin de périple en 2023. « Nous cherchons des contacts influents sur place pour nous aider à la préparation de cette escale à Dakar (réseaux d’entreprises, média, décideurs, incubateurs…), indique Simon Bernard. L’objectif est de toucher un maximum de personnes en organisant des démonstrations à bord du navire laboratoire et des conférences afin de convaincre les entrepreneurs et les investisseurs de se lancer dans l’aventure ». L’escale sera aussi l’occasion de sensibiliser le grand public au problème de pollution et surtout aux solutions disponibles.

 

plastic odyssey tour du monde recyclage plastique
3 ans d'expédition à partir de 2020, 33 escales principales dont Dakar et Ziguinchor

 

Le navire sera équipé d’un "véritable laboratoire flottant du recyclage plastique". Capteur de tri, presse, broyeur, extrudeuse et autres machines utiles au recyclage seront installées pour donner une nouvelle vie aux débris plastiques : revêtement de sol, habillage de façade, tuiles, briques, isolation, signalétique, tissus, ustensiles, meubles, etc.

À chaque escale, des déchets plastiques seront ramassés à terre, triés, puis transformés pour en faire des objets ou des matériaux utiles. Le reste, non recyclable, sera converti en carburant par pyrolyse pour faire avancer le navire. La pyrolyse plastique permet de transformer du plastique non recyclable en diesel et en essence sous l’action de la chaleur. Ce procédé qui n’inclut pas de combustion, est autosuffisant en énergie et produit un litre de combustible par kilogramme de plastique traité. Le carburant produit pourrait s’avérer être une alternative précieuse pour les petits bateaux de pêche, les mobylettes ou les générateurs diesel utilisés dans les zones rurales.

« Il s’agit avant tout de sensibiliser les populations à la réutilisation, au tri et au recyclage du plastique, en proposant notamment des machines libres de droit (open-source) pour créer des objets à partir de déchets. Aujourd’hui, seulement 9% du plastique est recyclé dans le monde. Le reste est incinéré, enfoui, ou pire finit dans des décharges à ciel ouvert et dans la nature. Sa décomposition peut alors prendre jusqu’à un millier d’années. Cela montre bien l’importance de promouvoir de nouvelles opportunités économiques dans le traitement des déchets » insiste Simon Bernard.

Le projet, d’un coût total de 11 millions d’euros, a déjà été partiellement financé par des sponsors privés (Clarins, Crédit Agricole, Veolia…). « Nous avons plusieurs pistes de financements prometteuses mais nous n'avons pas encore bouclé le budget et continuons à en chercher. Le projet devrait être financé par 4 partenaires principaux et 6 secondaires » indique Simon Bernard.

Pour en savoir plus sur le projet Plastic Odyssey, rendez-vous sur le site officiel ou la page Facebook

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Dakar

CULTURE

BD Passion : un espace dakarois dédié à la culture et aux loisirs

Coup de cœur pour ce lieu unique à Dakar, BD Passion, dédié aux livres, aux jeux et aux activités culturelles pour les petits et les plus grands. Rencontre avec Marieme Seck, fondatrice de BD Passion.

Sur le même sujet