Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Festival Afrikabok : les 10 ans d’une mission de service ludique.

Par Erwan Le Bihan | Publié le 25/06/2018 à 21:00 | Mis à jour le 25/06/2018 à 21:00
Afrikabok

Lutter contre l’enclavement culturel des populations, les sensibiliser aux enjeux de santé publique, valoriser le patrimoine culturel et artistique du Sénégal, créer du lien dans le cadre d’évènements intergénérationnels … Telles sont les ambitions de l’association Afrikabok, qui depuis 10 ans sillonne le Sénégal, proposant un festival participatif et itinérant de cinéma. Crée en 2002, l’association Afrikabok propose des séances de cinéma en plein air dans les régions du Sénégal : Kédougou, Fouta, et Sine Saloum plus récemment, le festival aspire à couvrir l’ensemble des régions. Les organisateurs proposent ainsi de façon annuelle aux collectivités d’accueillir des projections cinématographiques, en plein air et sur écran géant.

se retrouver toutes générations confondues le temps d’un film

Cette année encore, dans la région du Fouta, Afrikabok a dressé son écran géant gonflable dans 11 villages, sur les rives du fleuve Sénégal, parcourant près de 5500 Km. Dans des régions fortement enclavées, Afrikabok offre aux sénégalais un accès inestimable au cinéma, là où elles sont habituellement en grande partie exclues des réseaux de circulation de l’information et de la culture. Le parcours du festival l’amène dans des villes ou villages, qui sont autant d’escales permettant aux habitants de se retrouver toutes générations confondues le temps d’un film. En participant au maintien du lien social et en favorisant l’accès à la culture, c’est en somme une pierre que dépose les organisateurs sur un édifice plus vaste, celui de l’épanouissement collectif.

Afrikabok-Sine-Saloum-affiche-sénégal

 

véhiculer, par le biais du son et de l’image, des messages qui sous d’autres modalités seraient demeurés inaudibles

Toutefois, la mission d’Afrikabok ne se limite pas à la portée culturelle du Cinéma : engagés, les auteurs de cette initiative ont par exemple promu un programme, en partenariat avec le Haut-commissariat au réfugié des nations unis (UNHCR), pour lutter contre l’apatridie et informer les habitants sur leurs droits. De même, régulièrement le festival en coopération avec les autorités sénégalaises met en lumière des enjeux particulièrement cruciaux de santé publique – comme la sensibilisation à la tuberculose par exemple. Toute l’ambition de cette méthode est de véhiculer, par le biais du son et de l’image, des messages qui sous d’autres modalités seraient demeurés inaudibles.

Si le terme d’empowerment parait trop souvent galvaudé, il prend avec le festival un sens concret et palpable

Par conséquent, il ne s’agit pas tant pour le festival d’apporter la culture dans les villages, mais plutôt de mettre en valeur le patrimoine de ces régions en puisant dans le répertoire cinématographique sénégalais. Il faut également souligner que le festival cultive de multiples coopérations interdisciplinaires avec des artistes sénégalais ; parmi lesquels des danseurs, Griots, des troupes artistiques traditionnelles. A titre d’exemple, l’édition 2018 du festival invitait à se pencher sur la richesse de la culture Peule : cette démarche, de l’aveu de ses instigateurs, permet également de souligner l’importance du patrimoine local afin de se départir du mirage occidental. Si le terme d’empowerment parait trop souvent galvaudé, il prend avec le festival un sens concret et palpable : il s’agit de donner à des populations les outils de leur émancipation par leurs propres moyens, en accompagnant les habitants dans leur capacité à agir sur leur condition économique, sociale et politique.

Par conséquent, le festival participe d’une véritable approche culturelle du politique : dans un cadre participatif, mobilisant tous les acteurs locaux et institutionnel dans l’accès à la culture, Afrikabok se fait le relais d’une mission de service ludique. En effet, joignant l’utile à l’agréable, le cinéma devient le vecteur d’une expérience d’éducation populaire et d’émancipation. Pour reprendre les mots du fondateur de l’association, Bruno Ventura :

au travers d’un imaginaire partagé, le festival apportera des histoires d’ailleurs tout en célébrant la tradition d’ici.

En conclusion, nous vous invitons à découvrir ou redécouvrir le cinéma empire, mythique salle de cinéma en plein air, rénovée par Afrikabok dans le respect de sa conception originale des années 1950-60. Bon film ! 

Cinéma-Empire-Arfikabok-Dakar

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Dakar

TOURISME

Dakar fait partie du top 10 des villes à visiter en 2019

Selon les experts de Lonely Planet, Dakar fait partie des 10 villes à visiter cette année. Un coup de projecteur bienvenu alors que les performances du tourisme au Sénégal restent très moyennes.