Vendredi 16 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FESTIVAL DE CANNES – Quand la parité monte les marches

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 15/05/2018 à 17:45 | Mis à jour le 15/05/2018 à 17:58
Photo : @AFP
festival de cannes, parité

Ce sont 82 femmes qui ont gravi les marches du Festival de Cannes samedi soir, un symbole visant à faire bouger les lignes dans une industrie encore bien trop sexiste. Lundi 14 mai, le collectif 50/50 pour 2020 a fait signer sa charte pour la parité et la diversité dans les festivals de cinéma.

Seuls 82 films réalisés par des femmes ont été projetés au long des 71 éditions du Festival de Cannes. 1.688 réalisateurs ont eux eu l’occasion de présenter leur long métrage lors de la prestigieuse manifestation. Samedi 12 mai, ce sont donc 82 femmes qui ont foulé le tapis rouge pour s’installer sur les marches et exposer leurs revendications, sous le regard de Cate Blanchett, présidente du jury.
 

50/50 pour 2020, une charte en mouvement

Céline Sciamma, réalisatrice (Bande de filles, Tomboy) et co-fondatrice du collectif 5050 pour 2020, avait rejoint ce rassemblement 100 % féminin. Son projet, annoncée au moment de la cérémonie des César avait déjà fait des émules. Ce lundi, c’est une charte pour la parité et la diversité dans les festivals de cinéma, rédigée par le collectif, qui a été signée à Cannes, par Thierry Frémaux, délégué général du festival, Édouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine des réalisateurs, et Charles Tesson, délégué général de la Semaine de la Critique.

Cette charte expose plusieurs engagements visant à « genrer » les statistiques habituelles quant au nombre de films soumis à sélection, à rendre transparente la liste des membres des comités de sélection et programmateurs, et à s'engager sur un calendrier de transformation des instances dirigeantes des festivals pour parvenir à la parité parfaite. 

« Après l'affaire Weinstein, on espère que Cannes permettra de renforcer l'idée que le monde n'est plus le même, qu’il a changé et doit encore changer encore plus », a déclaré Thierry Frémaux à l'issue d'un colloque sur la parité présidé par la ministre de la Culture ; Françoise Nyssen. « Nous devons interroger nos propres pratiques, nos habitudes et notre histoire : une seule femme Palme d'or et 82 réalisatrices seulement en sélection. C'est le reflet d'une situation statistique qui dure depuis Alice Guy, première femme réalisatrice », a déploré le délégué général.

Nombreux sont les festivaliers à guetter le palmarès en espérant voir couronner une femme, 15 ans après la Palme d’or décernée à Jane Campion pour La Leçon de piano.

Laura Pertuy
 

0 Commentaire (s)Réagir

Voyage

Rome Appercu
HISTOIRE

Singeries et superstitions des rues romaines

Au détour de quelques rues du centre historique, au numéro 18 de la via dei Portoghesi, on peut voir s’ériger une tour aux allures médiévales : la Torre della Scimmia du Palazzo Scapucci.

Sur le même sujet