Lundi 22 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ma thèse en 180 secondes - Découvrez les qualifiés francophones

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 17/09/2018 à 17:00 | Mis à jour le 17/09/2018 à 17:00
Ma thèse en 180 secondes francophonie

Pour la 4ème année consécutive, l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) est partenaire du concours de vulgarisation scientifique « Ma thèse en 180 secondes », devenu au fil des années une vitrine importante pour les jeunes doctorants francophones. Cette année, sur les 18 finales nationales organisées à travers le monde, l’AUF en a co-organisé 13 en Afrique, au Moyen-Orient, et en Europe centrale et orientale. L’Agence
contribue ainsi à l’élargissement international de ce grand concours et à son ouverture toujours plus importante vers les pays du Sud, qui ne cessent de voir leur nombre augmenter depuis 2015.

L’édition 2017 a été remportée par une candidate du Bénin qui s’était qualifiée à l’issue d’une finale nationale co-organisée par l’AUF.
Cette année, les lauréats des concours nationaux, organisés dans chaque pays participant entre mars et juillet 2018, se retrouveront à Lausanne, en Suisse, pour participer à la 5ème finale internationale du concours francophone d’éloquence et de vulgarisation « Ma thèse en 180 secondes ». Sur les 18 doctorants présents, 13 ont été sélectionnés à travers des concours nationaux co-organisés par l’AUF.

Pour cette grande finale, le principe sera le même que pour les concours nationaux : les 18 candidats devront présenter, à un public profane et diversifié, leurs travaux de recherche de doctorat de façon claire, ludique et convaincante, mais surtout... en 180 secondes ! Et en s'appuyant sur une unique diapositive, sans animation.

Rendez-vous jeudi 27 septembre à 18h !

L'événement sera diffusé en direct sur les pages Facebook de l’Université de Lausanne et de l’AUF :

www.facebook.com/unil.ch | https://www.facebook.com/aufinternational

Les finalistes

Martin Arthur AFFERY*, Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (Côte d’Ivoire) : « Épidémiologie de la bactériose vasculaire du manioc en Côte d’Ivoire, caractérisation de l’agent ».
• Mahery ANDRIAMANANTENA*, Université d’Antananarivo (Madagascar) : « Valorisation de la chimio-diversité des ressources végétales tinctoriales de la zone Océan Indien pour une application dans les industries agroalimentaires, cosmétiques, pharmacologiques et autres ».
• Philippe BELLE EBANDA KEDI*, Université de Douala (Cameroun) : Synthèse verte, caractérisation et évaluation des effets anti-inflammatoires et antioxydants des nanoparticules d’argent de Selaginella myosurus (Selaginelaceae).
• Mohamed Aymen BEN OUANES*, Université de Carthage, École polytechnique de Tunisie, « Conception de dispositifs MEMS pour des applications de récupération de l’énergie vibratoire ambiante ».
• Rosabelle CHEDID*, Université Saint-Esprit de Kaslik (Liban) : Rôle du récepteur Tyro3 dans le cancer.
• Pascale DENEULIN, Université de Lausanne (Suisse) : Minéralité des vins : étude sémantique et sensorielle d’un concept émergent.
Martin DELGUSTE, Université catholique de Louvain (Belgique) : Etude des interactions entre cellules et virus de l’herpès à l’aide de la microscopie à force atomique.
• Kawtar ESSAIDI, Université Chouaib Doukkali (Maroc) : Arts et enseignement/apprentissage du français au secondaire collégial au Maroc.
• Hanane HOSNI*, Université d’Alexandrie (Égypte) : La voix et le silence dans le théâtre contemporain de Jean Tardieu.
• Veronica HAGI*, Université « Ovidius » de Constanta (Roumanie) : La Biographie langagière, un outil didactique plurivalent.
• Sarah LAFONTAINE, Université de Sherbrooke (Canada) : Développement et validation d’une intervention éducative inspirée de la carte conceptuelle pour les patients vivant avec le diabète de type 2.
• Philippe LE BOUTEILLER, Communauté université Grenoble Alpes (France) : Approche eulérienne de Hamilton-Jacobi par une méthode Galerkin discontinue en milieu hétérogène anisotrope : application à l’imagerie sismique.
• Aristarque MULONDA BULAMBO*, Université pédagogique nationale (République démocratique du Congo) : Activités anti plasmodiale et hypoglycémiante des extraits de phyllanthus Amarus.
• Achtone Christy NKOLLO AGANGA*, Université Omar Bongo (Gabon) : Distribution et conservation du lamatin africain dans les sites Ramsar de Petit Loango et de Setté Cama (Gabon).
• Yaye Mbékhé SARR*, Université virtuelle du Sénégal : Vers les protocoles de routage energy-aware dans les réseaux de capteurs auto-organisables.
• Martin SIMEONOV*, Université de Médecine de Plovdiv (Bulgarie) : Diagnostique, traitement opérationnel et résultats de la sténose hypertrophique du pylore.
• Geneviève ZABRE*, Université de Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso) : Utilisation des plantes médicinales dans la lutte contre le méthane émis par les ruminants : cas des ovins.
• Dona Ophra Aude ZINSOU*, Université d’Abomey-Calavi (Bénin) : Utilisation des huiles essentielles de la Mentha piperita L. et de Thymus vulgaris L. dans le traitement des mycoses au Bénin : Caractérisation chimique et antifongique, essai de formulation de crème hydrophile avec expérimentation de nouveaux excipients tels que l’huile de palme et le beurre de karité.

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Cotonou

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Cotonou ?

L’ARTISTE SLAMEUR AMAGBÉGNON : « mon cœur déborde de joie, malgré les menaces car j’ai la satisfaction du devoir accompli »

Amagbégnon de vrai nom EKLOU K. Amagbegnon Branly est un artiste slameur béninois qui écrit des textes à l’encre de la culture Vodoun et des réalités sociales en français et en langues