Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

RETOUR SUR LA FINALE DE L’EURO - Les Français vivants au Bénin en soutien des bleus jusqu’au seuil de la victoire

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 13/07/2016 à 06:16 | Mis à jour le 13/07/2016 à 06:23

 

L'Euro 2016 de football n'est pas passée inaperçue au Bénin. Cette compétition a offert de très bons matchs aux amoureux du ballon rond. La finale qui a opposé la France au Portugal a été apreùent disputée Loin de leur pays et surtout du stade de France qui accueillait la rencontre, les Français vivants au Bénin ont suivi avec intérêt le match à l'Institut français de Cotonou. Lepetitjournal.com vous propose les grands moments de ce match suivi depuis Cotonou

C'est un rendez-vous footballistique à ne pas rater. Nous venons de passer le seuil de l'entrée principale de l'Institut français de Cotonou. Il est 19 h 30 min. Un monde impressionnant nous accueille. C'est un public dominé par les Français résidents au Bénin. Après les différentes activités professionnelles qui justifient leur passage au Bénin, ils ont pris le rendez-vous de cette grande finale. Dans leurs rangs, des jeunes, des personnes âgées et par endroit, des Béninois qui ont bien voulu partager ces moments avec leurs amis.

19 h 45 min, encore quelques minutes avant que Mark Clattenburg, l'arbitre de la rencontre ne donne le coup d'envoi. Pour l'heure, chacun se cherche une place assise, face au grand écran. D'autres préfèrent prendre d'abord du jus, de la bière, etc. en attendant le démarrage du match. On discute un peu aussi. C'est le moment des pronostics. Juste derrière nous un groupe de jeunes cris « victoire » de la France. Sur leurs joues, un dessin qui attire l'attention. C'est le drapeau français.

19 h 55 min. L'hymne nationale portugaise résonne dans les haut-parleurs disposés de part et d'autre de la scène. Sur l'écran, l'image de Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers. 19 h 58 min, place aux bleus. C'est le tour de la Marseillaise. Ici, on chante aussi.

Sur l'écran, 20 h 1 min s'affichent. C'est parti pour la finale du 15ème championnat d'Europe de football. Ici, des applaudissements bien nourris lancent les hostilités.

Déjà dans les premières minutes, les bleus se montrent au top. Après environ 5 minutes du jeu, Sissoko fait une reprise de balle. Direction la cage de RUI Patricio. À l'Institut français comme au stade de France on se lève pour accueillir le premier but. Mais c'est trop haut. Ce n'est pas fini, une minute après, Griezeman finalise une contre-attaque. Mais à côté. La pression monte. 9ème minute, Griezeman revient sur une passe de Payet. Il rate encore le cadre. Cette pression réjouit les c?urs et nourrit tout espoir. La concentration est observée. Tout le monde suit le match. Personne ne veut rater une petite partie. À chaque action française, le public applaudi.

Le jeu suit son cours. Un équilibre s'installe sur le terrain. Mais pas pour longtemps. 21ème minute, Sissoko fait lever encore tout le monde. Des applaudissements accompagnent. Mais la balle passe au-dessus. Pendant ce temps, Cristiano Ronaldo cède le brassard à Luis Nani. Sa blessure au genou l'oblige à sortir du jeu. Toujours zéro but partout. Les actions se multiplient de part et d'autre. Mais les cages resteront encore inviolées. L'arbitre renvoie les deux équipes à la pause. Mais à l'Institut français de Cotonou, il n'y a pas de pause. On profite plutôt de ce moment pour revenir sur les différentes actions. Exprimer encore sa volonté de voir la France soulever le trophée. Et le temps est allé très vite. Les vingt-deux joueurs sont de retour sur la pelouse verte. Un monde impressionnant les accueille comme le montre l'écran géant placé ici. C'est parti pour le second round. Les bleus ne tremblent pas. Toujours au contrôle. 65ème minute du jeu, Griezeman place une tête sur une balle soulevée par Coman qui a entre-temps remplacé Payet. Mais toujours rien.

Les Français résidents à Cotonou et ayant effectué le déplacement  l'Institut français ce dimanche soir ne baissent pas les bras. Toujours le visage plein d'espoir. Jonché parfois d'inquiétude. Du côté des entraineurs au stade de France, on procède à quelques remplacements. Giroud sort du côté français et Renato Sanchez du côté portugais. 83ème et 91ème minute, succession d'actions. Mais le but va toujours se faire désirer. Fin du match. Du moins des 90 minutes. Place est faite à la prolongation. L'espoir est toujours lu sur les visages ici à l'Institut français de Cotonou. Seulement, la 109ème minute change le cours des choses. Les bleus encaissent un but, le seul de la rencontre. Une ?uvre de Eder pour le compte du Portugal. Les 11 minutes restantes ne vont permettre à l'équipe française de revenir dans le jeu. Les actions vont se succéder, mais sans fruits favorables pour la France. Le match ne tardera pas à connaitre son épilogue. Mark Clattenburg siffle la fin de la finale de l'Euro 2016 sous le regard dépité des Français vivants au Bénin. Plus un mots sur les lèvres. Ils auraient souhaité la victoire des bleus, bien entendu, mais ils se contentent de la deuxième place et d'une équipe française unie retrouvée.  

Childéric Sessou (www.lepetitjournal.com/cotonou) mercredi 13 juillet 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Cotonou

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Cotonou ?

L’ARTISTE SLAMEUR AMAGBÉGNON : « mon cœur déborde de joie, malgré les menaces car j’ai la satisfaction du devoir accompli »

Amagbégnon de vrai nom EKLOU K. Amagbegnon Branly est un artiste slameur béninois qui écrit des textes à l’encre de la culture Vodoun et des réalités sociales en français et en langues

Sur le même sujet