Vendredi 30 octobre 2020
Copenhague
Copenhague

Un certain regard sur Karen Blixen

Par Sophie M. | Publié le 24/08/2020 à 18:00 | Mis à jour le 24/08/2020 à 18:00
Photo : Journée internationale des femmes : portrait de Karen Blixen
Karen Blixen Danemark portrait journée internationale femmes

Le 8 mars aura lieu la journée internationale des femmes. La récente démission d’une femme à la tête d’une entreprise du CAC 40, Mme Kocher chez Engie, fait presque oublier que diriger n’est pas une affaire de sexe. Les cinq atouts d’une PDG, Karen Blixen.

 

Rigueur opérationnelle : 

La danoise Karen Blixen, l’héroïne du film culte “Out of Africa” de Sydney Pollack interprétée par Meryl Streep en 1985, évoque une romance. Maintes fois décrite, toujours très féminine, Karen Blixen est l’artiste, la mécène, la pionnière, la visionnaire.

Belle est l’adjectif le plus utilisé pour décrire une femme sur 3,5 millions de livres analysés par algorithmes informatiques. Et si pour une fois, le portrait de Karen Blixen s’appuyait sur 3 adjectifs masculins : vertueux, rationnel, courageux ! 

L’aristocrate Blixen est à l’origine du progressisme social à la danoise dans le colonialisme du siècle dernier. Les collaborateurs de la ferme fondée au Kenya en 1914 sont unanimes. Perdre la ferme reste la plus grande crainte de Karen,  “car les natifs perdraient leur emploi.” 

 

Sa devise, quelque peu viking :

“le remède à toutes choses se trouve dans l’eau salée 

- celle de la sueur et des larmes, 

ou de la mer.”


 

Innover, assumer les risques, satisfaire les actionnaires :

 

En 1931, Karen Blixen rentre d’Afrique ruinée. Le choix d’une agriculture de café sur des terres destinées à l’élevage est trop innovant et le choc financier de la première guerre mondiale mal digéré. Confondre affaires et altruisme est fatal. Elle revendique ses choix. Pourquoi pas ?  Seule sa fortune familiale est en jeu, aucun actionnaire à satisfaire !

 

Du charisme passé 50 ans : 

Le chasseur et aviateur, Denys Finch encourage Karen à écrire.

De retour au Danemark, alors âgée de 50 ans, elle finit “la ferme africaine”. Le succès littéraire, immédiat, reste constant avec deux nominations au prix Nobel de littérature. Elle jongle habilement avec les éditions anglaises, allemandes et danoises écrites simultanément. Le processus d’édition est réfléchi, implémenté avec rigueur pour deux continents.

 

Une communication percutante : 

Karen Blixen s’est choisie des noms de plumes révélateurs : 

Osceola d’un chef de guerre indien, 

Isak pour “il rira”,

Tania du roi Tatius 

Pierre du "roc" grec. 

 

Certes, on peut regretter la masculinité des noms ! Se protéger pour protéger son entreprise est nécessaire à tout bon PDG, homme ou femme. Là, se mesure le réel charisme.

 

Une soif d’apprendre : 

La maison natale de Karen reste le berceau de sa créativité. On pourrait vivre dans cet environnement aux goûts contemporains. La maison musée peut être visitée et les bouquets de fleurs sont arrangés comme au temps de Blixen. Chaque choix semble réfléchi. Nul doute que sa “féminité” lui aurait permis de diriger une des nombreuses entreprises mondiales de design danois !

 

 

Pour découvrir Karen Blixen autrement, lepetitjournal.com/copenhague vous suggère : 

Le ballet contemporain Blixen qui est joué actuellement au Théâtre Royal de Copenhague (arrangement musical de Debussy). Informations : https://kglteater.dk/en/whats-on/sason-20192020/ballet/blixen/.

 

Et pour fêter les femmes  : 

Le film Woman d'Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand sera projeté au Grand Teater, le 8 mars (et à d'autres dates également), dans le cadre du festival du film documentaire CPH:DOX

 


 

Sophie M.

Sophie M.

Je rêvais d’ailleurs ! Une douzaine de déménagements plus tard, sur deux continents, j’ai plaisir à partager l’insolite et les belles choses de Copenhague.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La vague #MeToo atteint finalement le Danemark

La vague #MeToo qui avait touché le monde entier n’avait pas eu de résonances particulières, à ce moment-là, au Danemark. Mais le pays, 3 ans plus tard, le débat sur le harcèlement sexuel est lancé.

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.