Lundi 1 juin 2020
Copenhague
Copenhague
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'école dans les bois : une solution en temps de pandémie ?

Par Joëlle Borgida | Publié le 19/05/2020 à 17:20 | Mis à jour le 23/05/2020 à 19:51
école forêt Danemark

Alors que la reprise dans les écoles en France suscite des interrogations chez les enseignants, les parents et les élèves, l’école dans les bois très répandue au Danemark ne pourrait-elle pas être une solution à envisager notamment en période de pandémie?

 

Les débuts des écoles dans les bois 

Dans les années 1950, Ella Flautau qui enseignait la musique dans une école de la banlieue de Copenhague inventa le concept d’école itinérante.

Elle emmenait alors des groupes d’enfants dans la forêt. Les premiers jardins d’enfants dans la forêt (skovbørnehaver) ont ainsi vu le jour, quelques années plus tard, au Danemark encouragés par les autorités.

 

Les bienfaits d'un contact régulier avec la nature 

L’idée est très simple : les enfants ont avant tout besoin de jouer et d’évoluer en extérieur. Les travaux du scientifique suédois Patrick Grahn confirment tous les bénéfices d’un contact régulier avec la nature.

Chez les nordiques, on observe cette tradition de faire dormir les enfants dehors quelle que soit la météo car le froid renforce le système immunitaire.

Plus âgés, tous les enfants sont habillés d’une combinaison, de bottes et de gants et leurs parents n’ont aucune crainte à les laisser grimper aux arbres, jouer avec de l’eau et se salir.

 

école nature forêt

 

Au Danemark, 700 écoles offrent un enseignement dans les bois, soit 20% des classes de maternelle.

Dans les skovbørnehaver, les enfants de 2 à 6 ans passent leur journée, dans la forêt et par tous les temps et en toute saison, encadrés par des enseignants. Des bus dédiés viennent les chercher le matin à un point de rendez-vous et les ramènent dans l'après-midi. 

Les enfants montent dans les arbres, se servent d’un couteau, apprennent à reconnaitre les plantes, les oiseaux, à leur construire des maisons, à compter avec des cailloux ou des morceaux de bois, tout en suivant le programme des enfants de leur âge.

Les enfants expérimentent et acquièrent une meilleure confiance en eux en prenant des risques (évalués) ; ils apprennent à observer et à respecter la nature, les animaux et à vivre avec leurs camarades ; ils sont aussi moins malades, éloignés des microbes, des salles de classe surchauffées et de la pollution. Il y a moins d’interdits également car dehors, il y a de l'espace ce qui permet aux enfants de courir, sauter, crier sans que les adultes aient quelque chose à y redire.

Quand ils intègrent ensuite à l’âge de 6 ans une école plus traditionnelle en dur, ils s’adaptent sans problème à leur nouvel environnement.

 

Partout dans le monde sauf en France ? 

Aujourd’hui, ces jardins d’enfants en forêt ont essaimé aux quatre coins du monde : des Etats-Unis à la Nouvelle-Zélande, en passant par le Canada,  le Japon et l’Allemagne mais apparemment ils ne sont pas (encore) très développés en France !

Cela est bien regrettable car les bienfaits sont nombreux et ces écoles nécessitent, par ailleurs, peu d’infrastructures.

Peut-être qu’avec la pandémie de Covid-19, le fonctionnement des écoles sera questionné en France et que ces jardins d’enfants dans la nature seront envisagés ?

 

 

 

Réseau école et nature

Forest Kindergarten International Federation

 

Merci de liker notre page Facebook et de vous abonner à notre Newsletter

joelle borgida

Joëlle Borgida

J’ai vécu dans huit pays ces vingt dernières années. Désormais installée à Copenhague, j'ai envie de partager mes découvertes danoises.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
#MAVIEDEXPAT

Une "confinée" à Pondichéry se déconfine doucement (3)

Arrivée par hasard en Inde il y a 10 ans, Isabelle Pacaud n'est plus jamais repartie. Aujourd'hui résidente de Pondichéry, elle nous raconte, avec ses mots, son quotidien de "confinée".