Mercredi 24 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPAT - Une messe en français au cœur de la Rhénanie

Par Lepetitjournal Cologne | Publié le 02/12/2010 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 10:22

Tous les dimanches, des fidèles se retrouvent à Bonn ou à Cologne pour célébrer la messe en français. Plus de 32 nationalités sont réunies à travers leur pratique commune de la religion catholique

Le père Dismas pendant la communion. (Photo: Anne-Louise Dupin)

Il est 17h, la nuit tombe derrière les vitraux et le Psaume de la Création résonne dans l'église de Sankt Ursula, accompagné d'un tam-tam et d'une guitare électrique. C'est ici qu'a lieu tous les dimanches une messe francophone, animée par le père Dismas.
Cela fait plus de 50 ans qu'on célèbre des messes en français dans la région. La communauté catholique francophone de Bonn a été crée après la deuxième guerre mondiale, pour les militaires et les diplomates de la nouvelle capitale allemande (et aujourd'hui pour les employés de l'ONU et de la Deutsche Welle).
A Cologne, cela fait sept ans que les fidèles francophones se réunissent. 32 nationalités sont représentées. "Une grand richesse" selon le père Dismas, qui rappelle qu'"il n'y a qu'une seule liturgie catholique, la même dans tous les pays". Les fidèles retrouvent donc la messe, la préparation au mariage ou le catéchisme dont ils avaient l'habitude, qu'ils viennent de France, du Canada ou d'Afrique francophone.
"Il y a une grande complémentarité" explique le père Dismas, un Rwandais qui a lui-même étudié en Italie avant de se retrouver en Allemagne. "Chacun amène un peu de sa culture, en proposant des chants à la chorale ou en préparant des plats traditionnels pendant les fêtes".

"Une communauté qui se soutient"
Pour les fidèles francophones, c'est l'occasion d'assister à une célébration compréhensible, mais aussi plus conviviale. "J'ai été une fois à une messe en allemand. Je n'ai pas compris grand chose, et surtout je suis arrivée puis repartie sans parler à personne", explique Johanna, une jeune professeur des écoles venue pour un an à Cologne. "Ici je peux rencontrer des gens et discuter".
"Je vais aussi parfois à des messes allemandes, mais en français on est plus inspiré pour prier. Il y a une ambiance de retrouvailles très sympa", confirme Jean-Claude, 37 ans.
"C'est une communauté qui se soutient", confirme le père Dismas. "Nous nous réunissons souvent pour faire la fête, mais aussi pour s'aider. Certains des fidèles sont en situation difficile ou sans domicile fixe".
Ce dimanche, il y a de nombreuses familles, mais aussi des personnes seules, venues écouter un sermon vivant et imagé sur la résurrection de l'âme, qui change d'état sans cesser d'exister, comme l'eau qui devient vapeur.
Au final, ils sont une soixantaine de fidèles dans l'église en pierres claires. "Il n'y a pas de système de chauffage ici. Un curé de l'église me disait : pendant les messes allemandes il fait froid, mais vous, vous réchauffez l'église", s'amuse le père Dismas.

Messes tous les dimanche, à 11hH à l'église Saint Andreas de Bonn et à 17h à l'église Sankt Ursula de Cologne
Informations complémentaires sur le site de la communauté catholique francophone de Bonn-Cologne.

Anne-Louise Dupin (www.lepetitjournal.com/cologne) Jeudi 2 décembre 2010

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Cologne

Francfort Appercu
TRADITIONS

SPAGHETTIEIS - Des spaghetti bien allemands !

En cette période estivale, quoi de mieux qu'une glace pour se rafraîchir ? Lepetitjournal.com revient sur la folie des glaces made in Germany et notamment les Spaghettieis" qui ont 50 ans !

Sur le même sujet