TEST: 3629

Tamil Nadu : Nouvelle explosion dans une fabrique de pétards

Par lepetitjournal.com de Chennai | Publié le 08/03/2021 à 01:00 | Mis à jour le 08/03/2021 à 01:00
Photo : séchage des pétards au soleil
PETARDS CRACKERS INDIA INDE TAMIL NADU

2 semaines après l’explosion qui avait fait 23 morts, une nouvelle explosion a eu lieu la semaine dernière dans une fabrique de « crackers », faisant 6 morts…

 

Une unité de crackers au village de Kalayarkuruchi (près de Madurai) a explosé le 25 février dernier, tuant 6 personnes. 14 personnes ont été blessées et admises à l'hôpital gouvernemental de Sivakasi.Cet incident n’est pas sans rappeler celui de Sattur, qui avait tué 23 personnes. D’ailleurs, comme celui-ci, les travailleurs remplissaient des produits chimiques pour des pétards de fantaisie dans un hangar de travail lorsque l'explosion s'est produite…

L'incendie s'est propagé aux hangars voisins, endommageant 13 d'entre eux. Malgré les efforts des services de secours, l’incendie était important et n’a pas pu permettre un sauvetage rapide de certaines personnes. L’entreprise de pétards (nommée Thangaraj Pandian Fireworks en l'honneur de son propriétaire) est agréée par la Petroleum and Explosives Safety Organisation (PESO). Une enquête est en cours.

Selon les premières constatations, l’incident serait dû à une mauvaise méthode de séchage des pellets. "Habituellement, les pellets prennent cinq jours à sécher. Ils doivent être séchés à l'ombre pendant deux jours avant d'être exposés au soleil. Certains prennent des raccourcis et les font sécher directement au soleil, ce qui conduit à de tels accidents", a déclaré un contrôleur de la PESO. Le Gouvernement devrait sans doute accorder des compensations financières aux familles de victimes mais cela n’a pas été confirmé.

Source : Times of India

 

 

Sur le même sujet
logo

lepetitjournal.com de Chennai

Lancé en août 2019, ce quotidien en ligne s’adresse à l’ensemble des Français et Francophones à Chennai, en expatriation, en voyage ou ayant l'intention de venir.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale