Mardi 13 novembre 2018
Casablanca
Casablanca
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les Nuits Photographiques d’Essaouira de retour pour une 3ème édition

Par Olivier Delagarde | Publié le 15/08/2018 à 13:43 | Mis à jour le 15/08/2018 à 13:52
Photo : Du 4 au 7 octobre 2018 à ESSAOUIRA
Les Nuits Photographiques d’Essaouira de retour pour une 3ème édition

Créée sur le modèle des « Nuits Photographiques de Pierrevert » (France) par Stéphane Kossmann, cette 3ème édition du Festival international des Nuits Photographiques d’Essaouira à pour philosophie principale le partage d’expériences à travers des rencontres de différentes formes : expositions d’œuvres, conférences, lectures de portfolio, conversations, qui sont principalement dirigées vers les photographes.

 

Mais pas que et loin d’être élitiste, les Nuits photographiques d’Essaouira sont aussi l’occasion d’une rencontre merveilleuse avec les photographes, s’accompagnant de projections en plein air sur la muraille de la place El Menzah, destinées au grand public.

 

Comme chaque année, le Festival s’appuiera sur trois lieux : l’Institut Français, Dar Souiri dédié́ au parrain ou à la marraine Marocaine et le Bastion, où la dizaine de photographes sélectionnés pourront s’exposer.

 

Le festival OFF, organisé par Stéphane Louesdon dans différents lieux d’Essaouira sera reconduit cette année, de même que les ateliers animés par Brahim à l’Institut Français, car ce festival est avant tout celui des marocains.

 

« L’ensemble de ces événements doit sa réussite grâce à l’enthousiasme que le projet suscite, tant par l’engagement de l’équipe organisatrice, le soutien de Monsieur André Azoulay, les acteurs culturels de la ville d’Essaouira tel que Dar Souiri, l’Institut français d’Essaouira, que par la présence d’un public toujours plus enthousiaste », précise Didier KESLER, Secrétaire général du festival.

 

 

Un invité d’honneur prestigieux, Jean-Daniel Lorieux

Jean-Daniel Lorieux fait partie des plus célèbres photographes de mode français. Après le Studio Harcourt, il collabore avec Vogue & L’Officiel et réalise d’importantes campagnes publicitaires pour de grandes griffes telles que Dior, Céline, Elie Saab, Azzaro… avec les plus grands Top Models : Stéphanie Seymour, Karen Mulder, Claudia Schiffer, Eva Herzigova, Mila Jovovitch ainsi que de nombreuses personnalités influentes aussi bien politiques que dans le domaine des Arts : campagne présidentielle de Jacques Chirac, Sharon Stone, Salma Hayek…

 

Il sillonne le monde à la poursuite du soleil, marquant son style par des clichés couleurs très contrastés, avec une construction graphique unique où la mode explose sur des femmes ou des hommes hors du commun, faisant souvent ressortir un érotisme distingué.

Ayant en parallèle été́ initié à la peinture par Andy Warhol à New-York, il s’affirme par la suite comme le portraitiste pop Art des plus grandes personnalités. Photographe glamour et homme d’élégance, beaucoup de grands de ce monde passent devant son objectif.

 

Il a su s’affirmer dans le monde de l’Art avec une cote de ses images qui ne cesse de progresser et vient d’intégrer le patrimoine français, par l’acquisition de certaines de ses photographies par la Maison Européenne.

 

 

Un parrain 2018 atypique très proche du Maroc, Joseph Marando

Joseph Marando est photographe quasiment depuis toujours. Dès l’adolescence  il se passionne pour l’image, et par l’expression humaniste des maîtres en photographie des années 60/70 et actuels.

Issu de l’immigration, d’origine Italo/marocaine, il choisi de devenir français,  et s’imprègne pour se fondre totalement dans la culture qu’il revendique de son pays d’accueil.  Ce qui ne l’a jamais empêché de retourner vers ses origines en Italie dans un premier temps, en réalisant des reportages de commande pour le compte d’organismes de L’ONU, et d’autres … Et par la suite son terrain photographique de prédilection restera jusqu’à ce jour le pays maternel, le Maroc, ou il s’investit dès les années 90 en ayant obtenu le  prix Léonard de Vinci du Ministère des Affaires Etrangères française en une résidence artistique de 6 mois à travers le pays. A la suite de ce séjour, capté par le Maroc, il animera des ateliers de pratique photographique dans plusieurs facultés, (Ben M’Sik à Casablanca, à Mohamedia et encore aujourd’hui à Agadir).

Il sera invité aux manifestations (expositions et album collectif) de l’année du Maroc en France en 1998, puis à celle de l’année du Maroc en Espagne en 2004. Parfois en résidence artistique, il expose aussi  dans les instituts français du Maroc, Tanger, Tétouan, Rabat, Fès, Meknès, Casablanca, Agadir, Marrakech.

 

Fès, la ville de son grand-père, restera depuis le début de sa présence au Maroc la ville qu’il privilégie et qui l’inspire. Deux ou trois fois par an il parcoure  la médina et réalise un travail suivi !

 

Aujourd’hui tout en continuant son travail professionnel de reporter-photographe  pour l’organisme des Activités Sociales des Industries Electrique et Gazière (CCAS), il mène, de front son activité de photographe auteur, et de réalisateur de films documentaires, en utilisant ses propres archives photographiques. Il prépare actuellement un film documentaire sur la Médina de Fès, avec ses images collectées depuis les années 90.

 

 

 

 

Infos :

Du 4 au 7 octobre 2018 à ESSAOUIRA

https://essaouiranuitsphotographiques.com/

 

 

olivier delagarde lepetitjournal.com casablanca rabat

Olivier Delagarde

Journaliste - Rédacteur en chef des sites lepetitjournal.com Casablanca et Rabat
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire

Vivre à Casablanca

Rabat Appercu
DÉCOUVERTE

L’un des joyaux de Marrakech, le Musée pour la Civilisation de l’Eau

De loin l’un des sites culturels les plus modernes en Afrique, le musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau au Maroc s’inscrit parmi les lieux incontournables dans le paysage du royaume.