Mardi 22 septembre 2020
Casablanca
Casablanca

MUSEE DU JUDAISME MAROCAIN DE CASABLANCA – Ferment de la mémoire marocaine plurielle

Par Parler Darija | Publié le 03/12/2013 à 23:00 | Mis à jour le 04/12/2013 à 08:18

Des travaux de restauration viennent de redonner éclat et beauté au musée du judaïsme marocain, mémoire de la vie juive au Maroc. La conservatrice du musée, Zohr Rehihil, vous propose de visiter ce lieu unique. Suivez-nous!


Le musée du judaïsme marocain est situé dans le quartier Oasis, au sud de Casablanca. Il est installé dans les murs d'un ancien orphelinat juif appelé home d'enfants Murdock Bengio qui a été en activité jusque dans les années 1970. Le bâtiment, déserté durant de longues années a été racheté en 1994, réhabilité par la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain et a ouvert les portes de son musée en 1997. 

A l'entrée, un extrait du préambule de la constitution de 2011 mentionne pour la première fois la place du judaïsme dans la culture marocaine en rappelant que "l'identité nationale marocaine une et indivisible (?) s'est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen".

Selon Zohr Rehihil, "Dans ce musée, nous nous intéressons à la mémoire juive de notre pays. Nous avons perdu une grande partie de cette mémoire lorsque les juifs marocains sont partis. Quelle que soit notre confession, nous ne devons pas faire de discrimination à propos de la mémoire marocaine plurielle".

Deux espaces sont proposés aux visiteurs.
Celui des expositions temporaires : Actuellement, la salle met en lumière, au travers de photographies, la restauration par la Fondation de neuf synagogues marocaines, grâce à l'aide du ministère de la culture, l'UNESCO et l'ambassade d'Allemagne. Ces synagogues se trouvent dans de petits villages du sud du Maroc mais également à Fès, Meknès, Tanger, Tétouan et Errachidia.

L'espace des expositions permanentes regroupe quant à lui "les objets du culte juif marocain". 
Une autre des missions de la Fondation est effectivement de localiser et collecter des objets au Maroc et de faire de ce lieu un musée ethnographique. Le long travail de collecte d'objets et d'informations revient en grande partie à Simon Lévy, intellectuel juif marocain qui a beaucoup ?uvré pour la création de ce musée.

Ainsi, sont exposés dans les différentes vitrines des lampes, des bijoux, des livres mais aussi des costumes et habits traditionnels. D'autres salles ont reconstitué une chambre, un atelier d'artisan-bijoutier, ou l'intérieur de synagogues par l'acquisition d'anciennes estrades.

 

Pour la conservatrice Zohr Rehihil, ce musée est quasi unique dans le monde car "il montre un judaïsme très gai au sein de la société arabo-musulmane avec ses chants, ses costumes ou encore ses bijoux. Il montre également un grand rapprochement entre musulmans et juifs car ils partagent certains de leurs costumes, traditions, rituels, fêtes. Il y a donc entre eux des liens de cohabitation et de convivialité. Ce regard porté sur le judaïsme marocain est bien souvent inconnu des européens et américains".
Lorraine Pincemail (www.lepetitjournal.com/casablanca) Mercredi 4 décembre 2013

Musée du Judaïsme Marocain
81, rue chasseur Jules Gros. Oasis-Casablanca.
casajewishmuseum@gmail.com
Tel: 05.22.99.49.40
www.casajewishmuseum.com

Ouvert du lundi au vendredi de 10H à 17H (10H-18H l'été) et le dimanche de 11H à 15H.
Tous les mercredis, portes ouvertes et entrée gratuite pour tous.
Gratuité pour les élèves des primaires, collèges et lycées, les étudiants de toutes les universités et écoles d'enseignement supérieur.

Un autre musée a ouvert récemment ses portes à Tunis et d'autres actions sont menées pour préserver la mémoire du judaïsme dans les pays d'Afrique du Nord.

Pour aller plus loin :
Une encyclopédie écrite par plus de 120 historiens, philosophes et anthropologues vient de paraitre en octobre 2013 : Histoire des relations entre juifs et musulmans, des origines à nos jours. Editions Albin Michel, 1200p

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Téléconsultation : tous les avantages pour les expatriés

Entre la barrière de la langue, les frais médicaux élevés et les systèmes de santé plus ou moins performants, l’accès aux soins à l’étranger peut se révéler très fastidieux. Face à ces limitations...

Sur le même sujet