TEST: 2248

Combiner rendements contractuels élevés et Profit Sharing à Palawan

Par Thai Property Group | Publié le 10/05/2021 à 18:30 | Mis à jour le 10/05/2021 à 05:44
ressort thai property a Palawan

Investir avec de bons rendements malgré la situation, est-ce possible?

La situation actuelle touche inévitablement le marché immobilier. L’investissement immobilier “classique” : acheter un bien immobilier pour ensuite le mettre en location soi-même et toucher ses loyers, est un système où la rentabilité n’est pas assurée, et cela est d’autant plus vrai en ce moment.

 

Comment donc générer des rendements de manière sécurisée en temps de crise? De nombreux investisseurs font le choix de se tourner vers des promoteurs immobiliers d’envergure, qui savent démontrer leur solidité et qui possèdent une stratégie tournée vers l’avenir, basée sur des planifications et études de marchés précises.

 

Ces promoteurs peuvent ainsi proposer des programmes investisseurs qui tiennent compte de la situation économique, avec des rendements contractuellement fixes, ne dépendant pas des taux d’occupation. L’investisseur a le choix de combiner tout d’abord cette sécurité des rendements, puis dans l’anticipation du rétablissement du tourisme international, poursuivre son investissement sur le système de “Profit Sharing”, que nous verrons dans la suite de cet article.

 

Deux systèmes d’investissement locatifs

 

Ces “rendements fixes contractuels et ce “Profit Sharing” sont les deux systèmes principaux du secteur de l’immobilier d’investissement locatif en Asie. 

Dans les deux systèmes, l’investisseur achète un bien immobilier qui sera mis en location à la nuit et géré comme un hôtel par le promoteur.

 

Dans le système de “rendements locatifs fixes contractuels”, le promoteur verse à l’investisseur des revenus annuels fixes et définis par contrat, allant jusqu’à 10% par an du prix d’achat du bien. L’investisseur perçoit donc la même somme d’argent tous les ans.

Dans le “profit sharing”, l’investisseur et le promoteur se partagent les bénéfices réels issus de la mise en location du bien, en suivant une répartition définie par contrat, par exemple, 40% des bénéfices reviennent à l’investisseur, et 60% au promoteur (pour payer les frais d’exploitation, marketing de l’hôtel, paiement des salaires, etc…).

La rentabilité est donc variable, en fonction notamment des taux d’occupation de l’hôtel et du prix des chambres. Elle peut même être supérieure à 10% en haute saison touristique.

 

Dans cet article, nous développons le système du Profit Sharing en nous basant sur le fonctionnement du projet à succès : “Palawan Paradise Investment”.

 

Profit Sharing = partage des bénéfices : comment sont-ils répartis?

 

Les pourcentages qui reviennent à l’acheteur et au promoteur sont définis par contrat à l’achat du bien, et varient en fonction du projet. Dans le projet “Palawan Paradise Investment”, 40% reviennent à l’investisseur et 60% au promoteur. La part du promoteur sert à couvrir les frais d’opération, qui peuvent notamment inclure: 

  • L’entretien du bien
  • Les assurances couvrant tous dégâts à la propriété ou aux meubles
  • Les taxes foncières, charges d’eau et d’électricité
  • Les systèmes de réservation et services de location
  • Le paiement des salaires des employés de l’hôtel
  • Tous les autres frais, services nécessaires à l’exploitation de votre bien pour générer des revenus en tant que chambre d’hôtel

 

Cette liste est indicative et à titre d’exemple. 

Les bénéfices restants reviennent à l’investisseur et sont payés annuellement. Le rendement investisseur moyen du projet “Palawan Paradise” est estimé à 10% par an de la valeur initiale de la villa.

 

Exemple du calcul des rendements

Les bénéfices annuels de l’hôtel sont calculés sur le prix de location à la nuit des chambres, leur taux d’occupation et les bénéfices des services comme les restaurants, SPA, activités... De ces revenus, on déduit les frais d’opérations (soit les 60% du promoteur). Ce qui nous amène aux 40% restants pour l’investisseur.

Exemple de calcul de Profit Sharing sur une villa louée à 250$ / nuit sur l’île de Palawan, Philippines. Découvrez les détails du projet sur ce lien.

 

Cette simulation est issue du calcul du promoteur, qui s’appuie sur des études détaillées de marché et de prix par le gestionnaire hôtelier haut de gamme “The Pavilions SPA & Resorts”, qui s’occupera de la gestion du projet Palawan Paradise prévu pour livraison au 3e trimestre 2022. Les projections sont calculées en prenant en compte la situation économique mondiale, et d’ici l’ouverture, on s’attend à ce que le tourisme international ait commencé à se rétablir.

 

Le taux d’occupation de 70% est conservateur dans le marché haut de gamme de niche à Palawan, et le gestionnaire hôtelier s’attend à une progression de l’occupation au fil des années, due au rétablissement du tourisme et au gain progressif d’expérience et de renommée.

 

Le retour sur investissement annuel du profit Sharing est calculé à 10% / an en moyenne. Cette rentabilité prévisionnelle est susceptible de varier en fonction des prix ou des taux d’occupation. Par exemple, une hausse des prix de 250$ à 300$ la nuit reviendrait à une rentabilité revue à 12%, au final supérieure à des rendements locatifs contractuels de 10%.

La solution du projet Palawan Paradise : combiner rendements fixes et Profit Sharing

 

Les rendements du Profit Sharing dépendent des taux d’occupation et sont donc variables. Aujourd’hui, investir dans un programme en Profit Sharing est une solution à prévoir sur le moyen-long terme, après le rétablissement du tourisme international. 

Dans un horizon à plus court terme, de nombreux investisseurs se reposent sur des revenus locatifs fixes, contractuellement établis, auprès de promoteurs qui ont des ressources suffisamment conséquentes pour rester solides face à la crise.

 

Dans l’anticipation de la réouverture des frontières et du retour du tourisme, le projet Palawan Paradise propose une solution d'investissement qui permet la sécurité d’un rendement fixe contractuel pendant les 5 premières années, durant cette période, l’investisseur a le choix de continuer en profit sharing selon le système détaillé dans cet article, ou bien s’il le souhaite, le rachat contractuel du bien auprès du promoteur. 

Ce système permet ainsi de “patienter” avant le retour du tourisme, et de se faire une idée du marché avant de décider si l’on souhaite ou non entrer dans un système de Profit Sharing.

 

N’hésitez pas à contacter votre conseillère francophone dédiée à Phnom Penh, qui pourra fournir des détails et des documentations sur ce projet à Palawan accessible dès 119 500$, et sur le fonctionnement de l’investissement.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale