Jeudi 23 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Quelle est la posture de Bouddha qui vous correspond ?

Par Marion Joubert | Publié le 26/02/2019 à 20:00 | Mis à jour le 27/02/2019 à 10:46
Photo : Une tête de Bouddha sur le site archéologique d'Angkor. Crédits : Marco Verch / Flickr Creative Commons
Posture Bouddha

Au Cambodge, la majorité de la population adhère au bouddhisme sous sa forme théravada. Selon la tradition cambodgienne, chaque jour de la semaine correspond à un Bouddha qui se tient dans une posture spécifique. La journée du mercredi est quant à elle divisée en jour et nuit, et correspond à deux postures attribuées.

Cette tradition veut que les fidèles honorent la position de Bouddha qui correspond à leur jour de naissance. Si vous ne connaissez pas le jour de la semaine de votre naissance, cliquez ici.

LUNDI : « Pacifier ses proches »

 

pacifier proches bouddha
Crédits : Tim Ellis / Flickr Creative Commons

 

Dans cette position, Bouddha peut avoir une ou deux mains tendues paumes en avant devant lui. Lorsqu’il présente les deux, cela signifie qu’il est en position d’écoute. A l’inverse, lorsqu’il en présente qu’une seule, il transmet ses connaissances en s’exprimant avec charisme. Cette position symbolise son premier sermon public.

Cette posture rappelle aussi le rôle pacificateur et protecteur de Bouddha qui est garant de la paix.

Il est possible de le représenter dans cette même posture mais avec les bouts du pouce et de l’index qui se joignent pour former un cercle. Celui-ci représente le fonctionnement de l’existence, un flux d’énergie infini.

 

MARDI : « Atteindre le nirvana »

 

denish c
Crédits : Denish C. / Flickr Creative Commons

 

Lors de son quatre-vingtième anniversaire, le Bouddha tomba gravement malade. Il transmit à ses disciples ses derniers préceptes, les trois instructions : moralité, concentration et sagesse. Puis, il se coucha tant sa souffrance était grande, et entra dans un état de méditation intense pour finalement atteindre le nirvana.

 

MERCREDI, JOUR : « Recevoir les offrandes »

 

clayirving
Crédits : Clayirving / Flickr Creative Commons

 

Cette position représente le détachement et la pauvreté, condition du moine qui va recevoir sa nourriture de la part des fidèles.  Ils doivent être satisfaits de tout ce qui leur est donné car la nourriture est comme un médicament qui permet au corps et à l’esprit de se maintenir. Les moines mangent deux fois par jour et seulement le matin. Ils peuvent pas travailler et dépendent ainsi de la population, mais aident les bouddhistes ordinaires en les conseillant et en priant pour eux.

 

MERCREDI, NUIT : « Avant minuit et avant l'aube »

 

britta Fram
Crédits : Britta Frahm / Flickr Creative Commons

 

Bouddha s’était isolé dans la forêt afin de s’éloigner des disputes entre ses disciples et trouver la paix. Le roi des éléphants vint lui nettoyer son siège et lui offrit de l’eau et des fruits. Le bouddha accepta l’offrande de celui-ci (représenté avec sa main ouverte) mais pas celle du singe, qui apportait du miel (son autre main est fermée).

 

JEUDI : « L’illumination »

 

Anandajoti Bhikkhu
Crédits : Anandajoti Bhikkhu / Flickr Creative Commons

 

La position du lotus avec les mains jointes est la posture classique de méditation. Il est néanmoins également possible de méditer debout ou couché.

Parfois, les mains sont représentées avec les pouces qui se touchent, formant alors un triangle mystique. Ce geste, symbole de sagesse, a été accompli par Bouddha lors de son ultime méditation lorsqu’il a atteint l’illumination.

 

VENDREDI : « La contemplation »

 

Patrick Sledz
Crédits : Patrick Sledz / Flickr Creative Commons

 

Bouddha adopte une attitude hésitante, il est circonspect devant la difficulté de communiquer son savoir. Il les classifie en trois catégories : les personnes à l’intuition rapide, les personnes qui comprennent après une longue réflexion et celles qu’il faut nécessairement guider. Il les compare aux types de fleurs de lotus : certains restent profondément dans l’eau, d’autres émergent parfois et fleurissent progressivement, d’autres encore flottent et fleurissent en permanence. Dans cette position il est debout, les bras croisés devant la taille et les mains jointes.

 

SAMEDI : « Protégé par le roi des nagas »

 

pm
Crédits : Lepetitjournal.com Cambodge

 

En position de méditation profonde, le bouddha est assis sur le roi des nagas, un grand serpent à sept têtes. Celui-ci le protège des intempéries qui ont fait rage pendant une semaine. Bouddha ignore la tempête car il est soulevé par le naga au-dessus des vagues. Ce serpent est considéré par les bouddhistes comme un gardien qui est le médiateur entre la terre, le ciel et l’au-delà.

 

DIMANCHE : « 7 jours les yeux ouverts »

 

richie rocket
Crédits : richie rocket / Flickr Creative Commons

 

Cette posture représente la période après que Bouddha est parvenu à l’état d’illumination alors qu’il était demeuré en méditation sous un arbre durant sept jours. Selon la légende, il fixa intensément l’arbre pendant une semaine sans cligner des yeux une seule fois.

 

JOUR DE NAISSANCE INCONNU : « Prendre la terre à témoin »

 

Egui
Crédits : Egui / Flickr Creative Commons

 

Pour les bouddhistes qui ignorent leur date de naissance, il existe une attitude leur correspondant. C’est la posture qui “prend la terre à témoin”. Elle représente le moment où le Bouddha atteint l’illumination en-dessous de l’arbre de la Bodhi.

Dans sa dernière méditation avant l’illumination, Bouddha subit les assauts de Mara, personnification du mal. Celui-ci tenta divers stratagèmes pour interrompre sa méditation en envoyant ses armées. Mais les flèches se transformaient en fleurs lorsque Bouddha les regardaient. Mara affirma alors, dépité, que l’illumination n’existait pas, arguant qu'il n'y avait pas de témoin. Bouddha toucha alors la terre qui était son témoin. La déesse-terre lui rendit hommage en tordant sa chevelure trempée. L’eau fut si abondante qu’elle emporta les armées de Mara.

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Romel mer 27/02/2019 - 02:24

Lorsque vous envisagez de publier un article sur le bouddhisme ou sur tout autre sujet culturel du Cambodge, une visite aux savants qui travaillent dans le pavillon du Fonds pour l'Edition des Manuscrits du Cambodge (FEMC) au Vat Unalom serait profitable.

Répondre