LÉGISLATIVES 2017 – Interview de Rong Trinh, candidat de l’Union populaire républicaine

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 24/05/2017 à 18:00 | Mis à jour le 24/05/2017 à 14:25

 Les éditions Lepetitjournal.com de la 11e circonscription ont contacté les différents candidats à la députation pour les connaitre un peu mieux avant de se rendre aux urnes. Retrouvez les entretiens de ceux qui nous ont répondus.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique.

J'ai  42 ans et je suis né à Lyon de Parents venant de l'Indochine Française. Je suis un enfant de la République, le produit de l'école laïque, gratuite et émancipatrice. J'ai fait mes armes en France dans le syndicalisme, le militantisme associatif et la lutte pour le respect des Droits de l'Homme. Aujourd'hui, je reprends le combat en m'engageant pour l'UPR, car il est de mon devoir sacré de citoyen de protéger notre indépendance, notre démocratie, nos libertés, notre modèle social et nos services publics actuellement menacés par la politique d'application servile des directives autoritaires de l'Union Européenne que compte mettre en place le Président Macron, sacrifiant notre économie aux exigences de fonctionnement de l'euro pourtant voué à l'échec. Parce qu'il est de mon devoir de père de transmettre à mes deux filles une France où on vivra mieux d'une génération à l'autre, en harmonie avec la nature, une France plus juste socialement, indépendante des lobbies financiers et industriels qui tentent de l'asservir.

Être député de la 11e circonscription, qu'est-ce que ça représente pour vous? Quels sont vos liens avec cette circonscription/ce pays?

Je suis expatrié au Vietnam depuis 15 ans, où je travaille comme importateur-distributeur de produits français. Je suis fier de représenter le savoir-faire français à l'export. Je vis dans ma chair les problèmes que rencontrent les entrepreneurs, et comme tous, je me désole du peu de soutien que nous apportent les autorités.  J'aime l'Asie. J'aime la France. Être député de la 11e circonscription sera pour moi le moyen de retisser les liens commerciaux, culturels, diplomatiques privilégiés qu'avait la France avec cette partie du monde, mais qui se sont distendus de par l'intégration européenne.

Quelles sont vos 3 priorités/propositions parmi les problématiques concernant les Français vivant à l'étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration...) ?

Je ne serai pas un député gérant la pénurie ou faisant de l'assistance sociale ! Certains le font très bien, je leur laisse ce rôle. L'Asie et la Russie sont des débouchés commerciaux prometteurs pour notre pays ; il est vital d'y exporter le plus possible. D'aider les PME françaises à s'y installer, et de créer ainsi de l'emploi en France mais aussi pour nos expatriés qui arrivent par milliers pour trouver un emploi ! Un député expatrié est un acteur économique à part entière, devant faire sa part pour stopper voire inverser l'hémorragie industrielle et commerciale de la France. Les Eurocham ne servent à rien, il faut en sortir, renforcer les antennes commerciales consulaires, voire les fusionner avec les chambres de commerces selon les cas; produire de l'intelligence économique gratuite et non payante comme c'est le cas actuellement; assouplir les démarches de visa pour la France pour les partenaires commerciaux ; et prévoir des solutions d'aide aux entreprises souhaitant inviter leurs partenaires asiatiques à signer un contrat?sous la tour Eiffel et ainsi réaliser le rêve de tout homme d'affaires chinois, vietnamien ou cambodgien. L'application de ces mesures permettrait de doubler le chiffre d'affaires (et donc l'emploi) de PME comme la mienne ! Exporter doit être un enjeu prioritaire et il faudrait un comité pilote coordonnant l'ensemble des acteurs : les grandes sociétés de distribution (Carrefour, Casino?), Air France, Business France (ex-Ubif France), les acteurs culturels et éducatifs? pour aider le tissu industriel français qui est en train de se déliter complètement.

Être député dans une circonscription couvrant l'Ukraine, la Russie, la Chine, l'Iran, l'Afghanistan ou encore l'Inde, c'est avant tout avoir le courage de militer pour la paix et le dialogue diplomatique face à un matraquage politico-médiatique belliqueux poussant à des interventions hors du droit international, et parfois contraires aux intérêts directs de la France. Je souhaite conserver l'indépendance des forces de défense françaises en refusant de céder à l'OTAN la décision de dissuasion nucléaire française ou bien encore de céder notre siège permanent au conseil de sécurité de l'ONU à l'Union européenne.  Je souhaite soutenir des initiatives pour promouvoir la diffusion en France de toutes les cultures, notamment celles des pays de notre circonscription.

Quel bilan portez-vous sur l'action du député sortant? Sur quel (s) plan (s) auriez-vous agi différemment ?

Je tiens à rendre hommage à M. Thierry Mariani qui a officié avec sérieux sa mandature. Il a eu le courage d'avoir des positions diplomatiques mesurées sur la Syrie ou la Russie, en contradiction avec la ligne va-t-en-guerre de son appareil politique. Mais je n'oublie pas que c'est grâce à sa voix et à quelques autres en plus de celles du PS que la loi URVOAS dite "de modernisation de la vie politique" a été adoptée, complexifiant l'obtention des 500 signatures pour les candidatures à l'élection présidentielle, supprimant l'égalité du temps de parole sauf deux semaines, et visant généralement à empêcher l'émergence de nouveaux partis, à contrecourant de la volonté populaire. Je ne peux pardonner cette félonie.  Ou encore son soutien, isolé chez Les Républicains, à la loi dite Macron sur la « croissance et l'activité », contribuant à déréglementer les professions libérales et précariser les salariés, et son soutien général aux politiques d'austérité imposées par Bruxelles.

Quelle est votre réaction à l'élection d'Emmanuel Macron ? Si vous êtes élu, allez-vous soutenir son travail ou être dans l'opposition ?

Einstein disait : « La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent ». Macron représente la continuité de la catastrophe économique, sociale et budgétaire des deux derniers quinquennats : 2,2 millions de chômeurs en plus, 1000 milliards de dette supplémentaire?  Macron, en appliquant les mêmes recettes, ne peut que battre tous les records.

La propulsion médiatique indécente de Macron provoque partout un malaise indicible, et prouve que les ressorts démocratiques de la République, dont le président est pourtant le garant, ne fonctionnent plus : le CSA n'applique pas ses propres règles d'équité et encore moins d'égalité du temps de parole, les journalistes ne savent même plus ce qu'est la charte de déontologie de Munich... L'illusion démocratique de l'élection de M. Macron (le barrage au FN, la faible adhésion à son programme !) ne rend que plus vitale la régénérescence de la vie politique que représenterait mon élection. Je serai sans concession et sans équivoque dans l'opposition.

La rédaction (www.lepetitjournal.com/cambodge) jeudi 25 mai 2017

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale