Samedi 15 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le Ballet Preljocaj fait salle comble avec le spectacle Fragments

Par Leïla PELLETIER | Publié le 07/05/2018 à 20:00 | Mis à jour le 08/05/2018 à 05:19
Photo : Le spectacle Fragments rassemble les scènes de danse contemporaine française et cambodgienne
danse-ballet-preljocaj-cambodge

Dimanche, le Théâtre Chenla faisait salle comble pour Fragments, spectacle de danse contemporaine composé par Angelin Preljocaj. Le Ballet Preljocaj est en résidence artistique au Lycée Français René Descartes de Phnom Penh depuis deux semaines. Six danseurs français et six danseurs cambodgiens ont travaillé ensemble à créer ce spectacle : Fragments. Plus de 500 personnes étaient présentes. Leur performance a reçu un tonnerre d’applaudissements.

Il est bientôt 19h, les spectateurs se pressent sur les marches du théâtre, impatients de plonger dans l’univers artistique du chorégraphe français et de sa compagnie. Chacun trouve une place. Avant le lever du rideau bleu, les têtes se tournent, les sourires se dessinent et les bras s’agitent en des saluts lointains à la vue d’amis ou de connaissances. Nicole Saïd, directrice du ballet, est également présente. 

 

danse-contemporaine-spectacle-cambodge-preljocaj

 

Madame l’Ambassadrice Eva Nguyen Binh, installée au-devant de la salle, se dresse face à l’assemblée. Dans son discours de bienvenue, elle se déclare ravie d’accueillir le Ballet Preljocaj, troupe de renommée internationale en danse contemporaine, pour la première fois au Cambodge : « Ce spectacle, ce soir, est en quelque sorte emblématique de la coopération entre nos deux pays et des relations entre la France et le Cambodge. Il fait écho à la multitude de représentations culturelles et artistiques qui vont avoir lieu à Paris durant le mois de mai dont l’admirable création du Ballet Royal de Paris dans une chorégraphie de la Princesse Buppha Devi et aussi la création Bangsokol : Requiem pour le Cambodge qui seront représentés à la Philharmonie de Paris. »

 

danse-contemporaine-ballet-preljocaj-cambodge
Six danseurs du ballet Preljocaj et six danseurs cambodgiens, en résidence artistique au Lycée français René Descartes, répètent ensemble pour le spectacle Fragments d'Angelin Preljocaj @ LFRD / Mickaël Berteloot

 

Le Ballet Preljocaj a souhaité rendre hommage à la créativité de la danse contemporaine cambodgienne. La soirée s’ouvre sur une chorégraphie de la danseuse Belle (Chumvan Sodachivy). Les six danseurs sur scène offrent un tableau coloré à l’énergie particulière qui laisse entrevoir des mouvements de danse et entendre des sonorités issus de la culture khmère. 

 

danse-contemporaine-spectacle-cambodge-preljocaj

 

Après l’entracte, les extraits de Fragments s’enchaînent sans interruption : Suivront mille ans de calme (2010) ; Petit essai sur le temps qui passe (1995) ; A nos héros (1986) ; La Stravaganza (morceau créé pour le New York City Ballet, 1997) ; Still life (2017) ; Near life experience (2003). Angelin Preljocaj dévoile au public un langage chorégraphique qui lui permet d’explorer et d’exprimer diverses thématiques comme nos rituels contemporains, les choses de la vie, le « réalisme socialiste », la rencontre des époques, les différents états du corps, etc.

Les danseurs, hommes et femmes, investissent la scène. Le fond noir fait ressortir les couleurs pâles de leurs costumes. Les mouvements sont à la fois doux et violents, les corps se mêlent et se confrontent, le tout est hypnotique.

 

danse-contemporaine-cambodge-spectacle-preljocaj

 

La lumière se rallume dans la salle, les applaudissements ne s’arrêtent plus. Certains spectateurs se lèvent alors que les danseurs saluent. Des bouquets de fleurs leurs sont remis.

Emma, membre du public, regrette que le spectacle n’ait duré plus longtemps : « La coordination des danseurs était impressionnante. Les deux troupes, cambodgienne et française, se mélangeaient bien. Le tout était très cohérent. Le choix de la musique était intéressant aussi, très varié ! La Sonate au Clair de Lune, un morceau baroque et de la techno… Mais finalement même la partie sans musique était impressionnante. Les danseurs créaient leur propre musique avec le rythme de la chorégraphie  ». Chris et Daniela, installés dans les rangs du fond, ont, quant à eux, aimé la combinaison des mouvements traditionnels et des éléments d'arts martiaux.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir