Mercredi 20 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COMMUNAUTE- Les bikers de Phnom Penh

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 09/01/2012 à 00:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30


Au Cambodge, il est plus courant de croiser des Honda Dream que des Harley Davidson ou des Honda rugissantes. Et pourtant, la culture motarde a de beaux jours devant elle. Lepetitjournal.com a rencontré les bikers du Royaume

Au Chicago Grill and Bar, la décoration est résolument motarde. (Crédit photo : Laure Delacloche)

En ce samedi soir, les motards du Cambodia Biker Club rentrent tout juste de Sihanoukville, où ils ont passé le week-end. Ils ont garé leurs vombrissantes montures devant le Chicago Grill and Bar. Elles dénotent plutôt dans le paysage urbain peuplé de Daelim et de Wave ! A l'origine de cette idée et du restaurant qui est devenu le quartier général du club, il y a Yoong Kee Gim, un sino-malaysien dans la force de l'âge. ?J'ai ouvert le Chicago Grill and Bar en 2009, mais j'avais eu l'idée il y a longtemps déjà.? Passé un goût prononcé pour les promenades à moto, point trop de philanthropie dans ce projet : ?J'ai l'impression que ce marché est énorme.? Et de citer telle association internationale de motards, qui compte 4 millions d'adhérents à travers le monde, à 150 dollars l'année. Au Cambodge, selon lui, la culture de la moto n'est qu'une question d'argent : ?Les Cambodgiens sont attirés par les motos puissantes. Ils en conduisent des petites dans leur vie quotidienne, mais c'est juste une question d'argent : s'ils en avaient, ils ne possèderaient pas une moto mais dix !?

Le jeune club a étrenné ses vestes le week-end dernier. (Crédit photo : Laure Delacloche)

Une communauté émergente
Le Cambodia Biker Club est un petit nouveau : créé il y a seulement six mois, il a simplement pour objectif de rassembler ses membres autour de leur passion commune. C'est le seul club de moto du Royaume. Néanmoins, Yoong Kee Gim est confiant : ?Le club compte déjà 63 membres. Nous avons déjà organisé plus de 30 évènements?. La passion des gros moteurs semble bien internationale : ?Nos membres viennent de Singapour, de Malaysie, d'Inde, de France, de Chine? et du Cambodge, aussi. Plus de 95% d'entre eux ont leur propre moto.? Les célébrissimes Harley-Davidson et leurs chromes alambiqués sont omniprésentes au Chicago Grill and Bar. Tiennent-elles pour autant le haut du pavé ? ?Nous n'avons pas uniquement des Harley-Davidson. Il y a de tout. Les Harley-Davidson ne permettent pas d'aller vite?.

Rock'n roll et responsables
Les membres du Cambodia Biker Club sont rock'n roll, sans aucun doute : vêtus de cuir, ils arborent leurs t-shirts à l'effigie de leur marque préférée et la table de billard n'est jamais bien loin. Yoong Kee Gim fait revivre leur idéal : ?Les bikers veulent la liberté.? Cependant, celle-ci ne doit pas être incompatible avec les exigences de sécurité : ?La plupart des motards [du club] sont matures. Ils viennent d'horizons différents : certains sont PDG, ? Ils veulent juste prendre du plaisir.? Ainsi, aucun d'eux ne transige sur le port du casque, ni sur la tenue complète, malgré la température extérieure. Ce week-end là, ils étrennent justement leur nouvelle veste de cuir à l'effigie du Cambodia Biker Club. S'ils font attention à leur propre sécurité, ils sont également préoccupés par la situation de certains Cambodgiens. Ainsi, le club organise des levées de fonds pour aider certaines causes qui leur tiennent à coeur : la lutte contre le sida, ou les enfants nés avec un bec-de-lièvre. Yoong Kee Gim explique sa démarche : ?Je n'aime pas rouler à droite à gauche sans raison. Nous récoltons de l'argent via le club, nous demandons aussi à nos proches? et ensuite, nous achetons des choses. Nous ne donnons pas d'argent liquide? le cash, on ne sait pas ce que ça devient !?

Les motards du Cambodia Biker Club prennent la pose devant le Chicago Grill and Bar, situé rue 63. (Crédit photo : Laure Delacloche)

Motards mais prudents
Le président du Cambodia Biker Club tient un discours de prudence : ?Conduire au Cambodge est plus dangereux que dans d'autres pays. Il faut être plus vigilant. Si vous êtes fatigué, ne roulez pas. Rouler à la campagne est plus sur. Mais il faut beaucoup pratiquer, il faut connaître la route et sa moto. Sinon, il faut rouler doucement.? ?Rouler prudemment sauve des vies? (Safe ride save life) dit leur devise.
Le week-end prochain, le Cambodia Biker Club roulera jusque Kampot, la destination préférée de son président ?Ma route nationale préférée est la numéro 3. La numéro 4 est trop chargée, il y a beaucoup de bus, beaucoup de camions.? Ils seront un par moto, sauf les traditionnelles passagères, femmes de motards. Le club n'accueille pour le moment qu'une seule motarde, mais avis aux amatrices, il cherche à recruter dans les rangs féminins !

Laure Delacloche (
www.lepetitjournal.com/cambodge) Lundi 9 janvier 2012

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet