Mercredi 18 septembre 2019
Buenos Aires
Buenos Aires
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

NIUNAMENOS – Des milliers de femmes dans le monde se révoltent contre les violences faites aux femmes

Par Lepetitjournal Buenos Aires | Publié le 19/10/2016 à 22:00 | Mis à jour le 20/10/2016 à 14:56

 


Après la mort, mercredi 8 octobre de Lucia Périez, une jeune fille de 16 ans, les femmes en Amérique Latine, mais aussi en Europe se révoltent contre les violences que les femmes subissent.

Lucia Pérez, une jeune Argentine, est morte après avoir été droguée, violée et empalée. Cet acte d'une violence inouï a choqué le monde entier. Les crimes de ce type ne sont pas rares en Argentine, où les femmes subissent souvent des violences de leurs compagnons. Le cas de Lucia Perez, a poussé des milliers de femmes à s'exprimer et à manifester, notamment à Buenos Aires, à Mexico et dans d'autres villes d'Amérique Latine, mais aussi en Europe, plus précisemment à Madrid, et à Paris.

Le mouvement #NiUnaMenos, a envahi la toile, les gens du monde entier, se mobilisent sur les réseaux sociaux et expriment leur colère face aux meurtres et violences commises contre les femmes. À Madrid, on pouvait voir des pancartes avec le message : « Combien faut-il de Lucia Pérez avant que vous vous arrêtiez de dire qu'on exagère ? ».

Ce n'est pas première fois qu'un meurtre atroce suscite la mobilisation de femmes en Argentine. En effet, en juin 2015, le cas d'une jeune femme, Chiara Paez , 14 ans avait déjà entrainé un scandale. La jeune fille, avait été tuée puis enterrée  dans le jardin de la maison familiale par son ex-petit ami, et ses proches. Des crimes graves, et nombreux qui avaient menés un important changement dans le code pénal argentin. En 2012, le crime reconnu comme « féminicide » avait été inscrit au code pénal, comme circonstance aggravante et puni de 12 à 25 ans de prison.

(www.lepetitjournal.com/buenos-aires), Jeudi 20 octobre 2016

 

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

FAITS DIVERS

Du transit à la rétention, le calvaire de 3 Sud-Américaines en France

Jacqueline Madeline, Présidente de l'association Welcome a accepté de livrer son témoignage sur le cauchemar de trois touristes qui ont été placées en rétention alors qu'elles étaient en transit.  

Sur le même sujet