Lundi 21 mai 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LECON DE ROUMAIN (90) - Le génitif (4e partie)

Par La rédaction Radio Roumanie Internationale | Publié le 24/10/2017 à 00:00 | Mis à jour le 24/10/2017 à 00:00
Photo : Leçon de roumain
tee-1698288_640

Un petit mot de génitif, aujourd’hui encore, pour achever notre entretien sur cette manière d’exprimer la possession. Le génitif demeure certainement un peu étrange pour vous, puisque la langue française n’a pas conservé les cas du latin. Mais ne vous faites pas de soucis, nous nous contenterons de survoler ce dernier aspect de la question. Nous nous sommes limités jusqu’ici à un seul possesseur. Il nous reste à exprimer la possession par rapport à plusieurs possesseurs. Pour ce faire, nous mettrons un peu la charrue avant les bœufs, parce que vous ne connaissez pas encore le petit mot qui exprime la possession par rapport à la 3e personne du pluriel. Rien de plus simple, vu qu’il est invariable et ressemble beaucoup au français :

 

 

- lor – comme le français « leur(s) ».

Alexandra: prietenul lor – leur ami

            prietenul lor, Alexandru – leur ami, Alexandru

Alexandru: prietena lor – leur amie

prietena lor, Valentina – leur amie, Valentina

Valentina : prietenii lor – leurs amis

prietenii lor, Alexandru şi Andrei – leurs amis, Alexandru et Andrei

Alexandru: prietenele lor – leurs amies

prietenele lor, Alexandra şi Valentina – leurs amies, Alexandra et Valentina

 

Pour exprimer la possession par rapport à plusieurs possesseurs, on procède comme pour le singulier: le petit mot (lor) est ajouté à la fin du nom respectif et soudé à lui :

Alexandra:  flori (fleurs) – florilor (des fleurs)

              parfumul florilor – le parfum des fleurs

Alexandru: fructe (fruits) –  fructelor  (des fruits)

              gustul fructelor – le goût des fruits

Valentina : studenţi (étudiants) – studenţilor (des étudiants)

   examenele studenţilor – les examens des étudiants

 Alexandra: elevi (élèves) – elevilor (des élèves)

       vacanţa elevilor – les vacances des élèves

Alexandru:  trenuri (trains) – trenurilor (des trains)

       mersul trenurilor – l’horaire des trains

Valentina: francezi (Français) – francezilor

                                               (des Français)

       calităţile francezilor – les qualités des Français

                       

                                              &

Souvent, le génitif peut devenir très sympathique, surtout lorsqu’il nous aide à comprendre certains toponymes ou différents mots composés. Grâce à lui, vous pourrez regarder désormais en connaisseurs des syntagmes tels:

Autostrada Soarelui – l’Autoroute du Soleil – qui relie la capitale à la côte de la Mer Noire

Palatul Parlamentului – le Palais du Parlement

Valea Mureşului – la Vallée du Mureş

Valea Oltului – la Vallée de l’Olt

Delta Dunării –  le Delta du Danube. En fait, on devrait dire Delta Dunărei, pourtant cette forme a été limée par l’usage, c’est-à-dire façonnée sous la pression d’une loi qui régit le langage aussi, celle du moindre effort – articulatoire, en l’occurrence.

On dira, de la même façon :

Harta Americii – la carte de l’Amérique

Harta Africii – la carte de l’Afrique

Piaţa Unirii – la Place de l’Union, une des plus connues de Bucarest

Ou bien

Masa Tăcerii – la Table du Silence – une très belle oeuvre monumentale du sculpteur d’origine roumaine Constantin Brancusi

Calea Victoriei – l’Avenue de la Victoire – qui est une des plus connues de la capitale roumaine

Le nom de nombreuses fleurs reposent sur un génitif

gura leului – gueule de loup (textuellement « la gueule du lion »)

ciuboţica cucului – textuellement « le petit sabot du coucou », désignant la primevère officinale, communément appelée « coucou »)

   

A ce génitif de la possession nous devons également de très belles chansons.

Parfumul străzilor (Le parfum des rues) a charmé Corina Chiriac et il nous charmera, nous aussi, par son intermédiaire, au moins jusqu’à notre prochaine rencontre.

                                

                                  LA REVEDERE !

 

Corina Chiriac – Parfumul străzilor (Le parfum des rues)

 

 

0 CommentairesRéagir

Communauté

PANAIT ISTRATI VU PAR - Bianca Burtza-Cernat, critique et historienne

Par amour pour l'écrivain roumain de langue française Panaït Istrati et à l'occasion du festival Istrati qui démarrera bientôt, LePetitJournal.com de Bucarest est allé à la rencontre de l'historienne